L’UNIGE prend position sur le conflit à Gaza

L’UNIGE prend position sur le conflit à Gaza
L’UNIGE prend position sur le conflit à Gaza

Vainqueur en 2021 et 2022 à l’Open de Genève, Casper Ruud est désormais un habitué du Parc des Eaux-Vives.

Le Norvégien veut monter en puissance cette semaine avant, pourquoi pas, de triompher enfin en Grand Chelem, à Roland-Garros.

Malgré une déception lors de son premier match au Masters 1000 de Rome, Casper Ruud fait partie des hommes en forme de ce début de saison. “J’aurais aimé faire mieux à Madrid (ndlr : élimination en huitièmes de finale) et à Rome, mais j’ai fait de très bonnes semaines avant, à Barcelone et à Monte-Carlo”, explique le numéro 1 mondial. 7, présent en conférence de presse à Genève lundi. “D’ailleurs, je n’ai jamais gagné autant de matches à ce stade de la saison (rouge : 31) depuis mes débuts sur le circuit.”

Niveaux atteints

Après dix premiers titres obtenus dans des tournois ATP 250, dont deux à Gstaad et deux à Genève, Ruud remporte le tournoi le plus prestigieux de sa carrière en Catalogne (un ATP 500). Et cela avec la manière, en dominant Stefanos Tsitsipas, une semaine après avoir perdu face au Grec en finale sur le Rocher de Monaco, où il a également raflé le scalp de Novak Djokovic.

Cette victoire, sa première face au Serbe et face à un numéro 1 mondial, a sans doute permis au natif d’Oslo de franchir un cap. « Je pense que je joue à un meilleur niveau qu’il y a un an. Mais je sais que mon année sera jugée sur mes performances en Grand Chelem. Cela ne s’est pas très bien passé à l’Open d’Australie (défaite au 3e tour face à Cameron Norrie), donc j’espère que ce sera une autre histoire à Paris”, confie-t-il.

Avec les pépins physiques de Jannick Sinner et Carlos Alcaraz, la méforme de Djokovic, Casper Ruud peut légitimement nourrir de grandes ambitions à Roland-Garros, après avoir buté sur la dernière marche lors des deux éditions précédentes. “Ce sera un tournoi ouvert, il y a cinq ou six joueurs qui peuvent prétendre au titre à mon avis”, prédit le Norvégien.

S’il n’a pas le style flamboyant d’Alcaraz ni la puissance brute de Sinner, Ruud n’en reste pas moins l’un des joueurs les plus forts du circuit, notamment sur terre battue. Seul « Nole » a fait mieux que ses trois finales atteintes lors des huit derniers tournois du Grand Chelem. Il faut aussi rappeler qu’une victoire à New York en 2022, où il n’avait pas réussi à contenir la fureur d’Alcaraz, aurait fait de lui le numéro 1 mondial.

Une carrière déjà réussie

Lorsqu’on lui demande de jeter un coup d’œil dans le rétroviseur, le Norvégien de 25 ans estime qu’il a déjà dépassé certaines attentes. « Il y a évidemment beaucoup d’objectifs que j’aimerais atteindre, mais d’un autre côté, j’ai déjà accompli des choses que j’aurais jugées irréalistes quand j’étais plus jeune », juge-t-il.

Mais le double vainqueur du tournoi de Genève ne compte pas s’arrêter là. « Maintenant que je suis à ce poste, cela me donne envie de pousser plus, de jouer de gros matches, d’obtenir de bons résultats dans les plus grands tournois. Quand on regarde ce que font Novak, Rafa (Nadal) et Roger (Federer), on prend conscience de tout ce qu’il est possible de gagner dans ce sport. Ce sont des objectifs que je poursuis et pour lesquels je m’entraîne chaque jour.

Avant d’imiter ses glorieux aînés, Casper Ruud veut retrouver la victoire à Genève après avoir cédé sa propriété au Chilien Nicolas Jarry, qui l’avait battu en quart de finale l’an dernier : « J’ai toujours bien joué ici et « C’est une place importante dans ma carrière. J’espère pouvoir rester jusqu’à samedi.

Mais l’adversité n’a peut-être jamais été aussi forte au Parc des Eaux-Vives. En route vers un troisième titre en quatre ans, il pourrait affronter le « terrien » argentin Sebastian Baez et le fougueux Américain Ben Shelton, demi-finaliste du dernier US Open. Avant une éventuelle affiche digne d’une finale de Grand Chelem qui ne déplairait ni aux organisateurs ni aux spectateurs, samedi contre Novak Djokovic.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV La CCI Lot-et-Garonne vient en aide aux vignerons de Buzet
NEXT Pontarlier. Quelques idées de sorties dans le Haut-Doubs pour le week-end du 1er et 2 juin