cohabitation difficile dans le Vieux-Lévis

Les résidents du Vieux-Lévis dénoncent ce qu’ils qualifient de cohabitation difficile avec 55, un centre de ressources qui accueille, entre autres, des personnes en situation d’itinérance depuis 2022. Ils demandent à la Ville et aux autorités responsables d’agir, plaidant pour la relocalisation du refuge. géré par le Centre d’aide et de prévention à la jeunesse (CAPJ).

Les habitants déclarent tous d’emblée qu’ils sont conscients de l’importance de disposer de ce type de lieux. Nous comprenons leur situation qui est problématique, toute société qui se respecte se doit d’aider ces personnes.soutient Jean Dumont, résident du Vieux-Lévis depuis plus de 30 ans.

Les gérants de ce lieu sont de très bonnes personnes avec une vocation incroyable. Ils essaient d’intervenir mais on sent qu’ils perdent eux-mêmes le contrôleil continue.

Les résidents et commerçants interrogés ont exprimé les désagréments occasionnés par la proximité du centre. On dit toujours à propos de ces organismes le fameux « pas dans mon jardin », mais lorsque je marche dans la rue, je me sens souvent dans leur jardin plutôt qu’eux dans mon jardin.affirme Jean Dumont.

Vieux Lévis (photo d’archive).

Photo : Radio-Canada / Carl Boivin

Certains ont commencé à craindre pour leur sécurité et celle de leurs enfants. Quelques semaines plus tard, les enfants rentraient à la maison parce que quelqu’un voulait leur montrer quelque chose dans leur sac. Ce n’est peut-être rien de dramatique, mais il n’en demeure pas moins qu’il s’agit d’événements non sollicités », « texte » : « Il y a 2-3 semaines, les enfants sont rentrés à la maison parce que quelqu’un voulait leur montrer quelque chose dans son sac. Ce n’est peut-être rien de dramatique, mais il n’en reste pas moins qu’il s’agit d’événements non sollicités”}}”>Il y a 2-3 semaines, les enfants sont rentrés à la maison parce que quelqu’un voulait leur montrer quelque chose dans leur sac. Ce n’est peut-être rien de dramatique, mais il n’en reste pas moins qu’il s’agit d’événements non sollicités.raconte un autre résident, père de deux enfants, âgés de 8 et 10 ans.

Le Service de police de la ville de Lévis admet que depuis l’ouverture du 55, on constate une augmentation des déplacements policiers à cet endroit, notamment pour des plaintes liées au bruit.

Lors de la dernière séance du conseil municipal, un citoyen a déposé une pétition portant 92 signatures d’autres résidents et commerçants du secteur qui réclament des changements.

Au cœur d’un secteur commercial

Le bâtiment du 55, qui ne comporte ni cour ni espace extérieur, n’est pas le mieux adapté, selon eux. Les gens restent sur le trottoir, sur le bord de la porte et quand ça déborde, ça déborde soit sur le trottoir, dans la rue ou même sur notre terrain.raconte Jean Dumont.

Les résidents remettent également en question l’emplacement, qui se trouve en plein cœur d’un secteur commercial en difficulté. Avant même de parler de 55 ans, il y a eu une pandémie qui a fermé de nombreux petits services locauxobserve le résident du Vieux-Lévis, Pierre Longchamps.

Là, nous avons installé un service tout à fait louable, car je ne dis pas que ce n’est pas important, mais nous l’avons installé au centre de la seule partie commerciale, où nous pourrions ouvrir des cafés, des restaurants et des magasins.il ajoute.

>>>>

Ouvrir en mode plein écran

Vieux Lévis au coin de l’avenue Bégin et de la rue Marie-Rollet (photo d’archive).

Photo : Radio-Canada

La Ville et le CISSS se renvoient la balle

La mairie de Lévis s’appuie sur le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) pour le choix d’implanter le refuge à cet endroit. La Ville a répété à plusieurs reprises que l’emplacement choisi par le CISSS Chaudière-Appalaches n’est pas idéalaffirme-t-il dans une réponse écrite.

Également conscient des enjeux entourant la localisation de cette ressource, le CISSS indique avoir de la difficulté à obtenir une collaboration dans ce dossier. À cet effet, le CISSS de Chaudière-Appalaches a rencontré la Ville de Lévis et le Service de police pour les informer que l’emplacement du 55 n’était pas l’endroit idéal. En réponse à cette rencontre, ils ont laissé entendre qu’ils laissaient le CISSS négocier avec les organismesrévèle-t-il par écrit.

>>>>

Ouvrir en mode plein écran

Gilles Lehouillier, maire de Lévis

Photo : Radio-Canada

Il mentionne néanmoins que malgré les enjeux de cohabitation, le centre répond aux besoins et aux objectifs du financement prévu par la Stratégie canadienne de lutte contre l’itinérance. Le CISSS de Chaudière-Appalaches […] n’a donc pas l’intention de payer pour déplacer la ressource vers un autre emplacementil maintient.

Le CISSS reste ouvert à des modifications si la Ville parvient à s’entendre avec l’organisme. Le rôle du CISSS est de s’assurer que les services sont offerts et que les ententes de financement sont respectées. Ce n’est pas son rôle d’interférer dans les opérations administratives des organisationsrappelle l’organisation.

Lors de la dernière séance du conseil municipal, le Service de vie communautaire a été mandaté pour élaborer un plan d’action en itinérance à Lévis et implanter, à court terme, des mesures dans le secteur du Vieux-Vieux. Lévis afin d’apaiser les tensions.

Le cabinet assure que les discussions ont déjà commencé. La Ville a rencontré tous les organismes communautaires qui interviennent et sont directement ou indirectement impliqués dans ce dossier. La Ville a discuté avec les organismes des actions et des solutions qui doivent être mises de l’avantécrit la firme. De plus, plusieurs discussions ont eu lieu avec les citoyens du secteur.

Les administrateurs du Centre d’aide et de prévention à la jeunesse n’ont pas répondu aux demandes d’entrevues de Radio-Canada.

Avec les informations de Magalie Masson

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV « La Belgique va perdre contre eux »
NEXT voici comment accéder à la version dématérialisée sur votre téléphone