Fidèle au poste, même un jour férié ! – .

Fidèle au poste, même un jour férié ! – .
Fidèle au poste, même un jour férié ! – .

«S’il fait beau lundi, ça peut être très chargé et c’est tant mieux pour nous», abonde Sandrine G.-Grenier, à la tête de la bijouterie Le Forgeron d’or.

Ces magasins ne seront pas les seuls à être ouverts en ce lundi de la Journée nationale des patriotes, jour férié exclusif au Québec et prévu par la loi.

Même si de nombreux lieux de travail et bureaux sont fermés, la plupart des services sont néanmoins maintenus, les commerces, épiceries et pharmacies étant ouverts.

Au Petit Champlain, le modèle d’affaires fait en sorte que le propriétaire, qui est également membre de la coopérative regroupant les commerces et les restaurants du secteur, soit souvent sur place. Même les jours fériés.

« J’ai passé longtemps à faire les jours fériés seule, faute de salariés. Aujourd’hui, j’ai deux salariés qui se relaient, mais je viens quand même donner un coup de main, quand je ne suis pas à l’atelier familial en Beauce. J’habite dans le quartier», raconte Sandrine G. Grenier, qui est en voie de reprendre l’entreprise fondée par ses parents avec sa sœur.

>>>>>>

Selon Sandrine G. Grenier, copropriétaire de la boutique Le Forgeron d’or, les vacances sont parmi les journées les plus achalandées dans le quartier du Petit Champlain. (Frédéric Matte/Le Soleil)

«Je suis là à Noël et au Nouvel An!» ajoute Isabelle Rivard, qui représente la deuxième génération de maîtres confiseurs. « Mes enfants et mon conjoint viennent souvent m’aider puisqu’ils sont en congé. L’ambiance est à la fête. Les clients sont de bonne humeur et nous aussi.

Moins de dépenses, plus de service

Ces deux entrepreneurs ne font pas exception. Selon la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI), de nombreux commerçants et propriétaires de PME vont travailler les jours fériés.

“Selon nos chiffres, 78 % des entrepreneurs du commerce de détail travailleront plus d’heures pour compenser la pénurie de main-d’œuvre.”

— Francis Bérubé, directeur des affaires provinciales de la FCEI

Selon la FCEI, ils invoquent le manque de personnel, mais surtout le coût de la main d’œuvre pendant ces jours fériés.

Les hausses de salaires exercent une pression supplémentaire sur les petites entreprises, insiste la FCEI.

« Dans bien des cas, le propriétaire préfère travailler plus d’heures et même remplacer un employé à l’étage pour économiser sur les dépenses salariales », ajoute M. Bérubé.

Au-delà des raisons financières, c’est aussi pour offrir un bon service en magasin que les propriétaires assurent une présence physique lors de ces journées chargées.

« Un lundi férié, il y a souvent plus de clients dans les magasins et les propriétaires souhaitent offrir un bon service pour se démarquer des grandes surfaces. Ils ont parfois plus d’employés sur le terrain et sont également présents», explique M. Bérubé.

>>>>>>

Les commerces et restaurants membres de la Coopérative du Quartier Petit Champlain sont ouverts tous les jours de l’année, sauf Noël et le jour de l’An qui sont à leur discrétion. (Frédéric Matte/Le Soleil)

La loi

Un employeur peut-il obliger un salarié à travailler un jour férié ? La réponse est oui, même si ce salarié est à temps partiel (sous certaines conditions). Toutefois, selon la loi, l’employeur doit compenser le congé, soit en versant une compensation monétaire au salarié, soit en lui accordant un jour de congé à un autre moment, dans les trois semaines qui suivent.

La rubrique Workplace a été créée pour aborder les thématiques des relations entre employeurs et salariés, dévoiler des initiatives originales pour contrer la pénurie de main d’œuvre, parler d’un univers en constante évolution, notamment par les temps qui courent… Vous avez des idées ? Écrivez-nous à [email protected].

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV La Bourse de Paris a fini en forte hausse de 1,34%
NEXT aux législatives, la bataille de Paris ronge LFI