Vidéo. Pourquoi cinq cochons sauvages se sont retrouvés à errer dans les rues de Mimizan-Plage

Vidéo. Pourquoi cinq cochons sauvages se sont retrouvés à errer dans les rues de Mimizan-Plage
Vidéo. Pourquoi cinq cochons sauvages se sont retrouvés à errer dans les rues de Mimizan-Plage

Mercredi 10 avril, une truie a été découverte morte à proximité du sud de la station balnéaire, dans le jardin d’une maison. Selon nos informations, cela serait la conséquence d’un acte de braconnage. Le corps a été évacué par les services techniques de la mairie de Mimizan.

Laissés à eux-mêmes

Résultat : ces cinq cochons sont livrés à eux-mêmes depuis leur plus jeune âge. Ils font leurs premiers pas dans ce milieu urbain. D’ailleurs, en regardant les vidéos, ils ne semblent pas du tout gênés par les voitures, ni même par la présence humaine. Ils ont été aperçus à plusieurs reprises dans la station balnéaire. Même lorsque les habitants sifflent, les animaux ne sont pas effrayés et continuent leurs activités. « J’ai pu les approcher à 2 mètres sans qu’ils bougent », raconte un Mimizanais sur les réseaux sociaux. Ils semblent s’installer durablement dans la zone et sont très souvent repérés à proximité de l’endroit où la truie a été retrouvée morte.

Les habitants voient l’évolution de ces cinq bébés sangliers. Ils ont pris de l’ampleur. Et plusieurs kilos au passage. Ils visitent la partie de la plage située entre le sud et le nord à la recherche de nourriture. Cela n’est pas sans problèmes, dont l’épaisseur augmente à mesure que les animaux grandissent. « On se demande si les gens ne leur donnent pas à manger », s’inquiète un proche du dossier, préférant garder l’anonymat.

Rejoignez leur biotope

Évidemment, une chasse en milieu urbain est impossible. Une seule solution : les attraper pour les ramener dans leur biotope naturel et leur permettre de rejoindre un autre groupe de sangliers. Une action sera tentée très prochainement par l’ACCA (Association Municipale Agréée de Chasse) de Mimizan. «Nous allons installer une cage pour les capturer», explique le président de l’ACCA, Rémy Jeanin. Les chasseurs attendent désormais les différentes autorisations préfectorales pour agir.

Pour le moment, les cinq cochons ne semblent pas décidés à quitter Mimizan-Plage. Cette présence met en lumière un fléau de plus en plus grave pour la ville. Les intrusions de ces animaux sauvages sont très fréquentes. Les ronds-points sont victimes de dégâts, tout comme les terrains municipaux et de nombreux jardins résidentiels. « Ils trouvent le gîte et le couvert. Ils s’y installent », constate le président de l’association des chasseurs. Un problème notamment sur certaines propriétés qui ne sont pas entretenues et qui sont entourées de bambous voire de broussailles. Un terrain de jeu idéal pour les sangliers. « Il nous est arrivé d’intervenir pour retirer des truies avec leurs petits », explique Rémy Jeanin.

Ils s’invitent même sur la plage pour s’offrir un bain, comme ce fut le cas début 2022. Un instant capté par un résident de la station, en balade sur la plage déserte à cette époque de l’année.

#Français

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Expulsé du pays pour avoir poignardé un chauffeur à Zurich
NEXT La guerre des tramways n’aura pas lieu