L’Église réformée perd également des fidèles en Suisse romande

L’Église réformée perd également des fidèles en Suisse romande
L’Église réformée perd également des fidèles en Suisse romande

À l’instar de ce qui se passe en Suisse alémanique, le nombre de fidèles tend également à diminuer au sein de l’Église réformée en Suisse romande. Face à ce constat, l’institution multiplie les initiatives.

En Suisse alémanique, le nombre de personnes ayant quitté l’Église réformée n’a jamais été aussi élevé qu’en 2023. En Suisse romande, on note une légère tendance à la baisse. (image d’illustration)

Imago

L’Église évangélique réformée de Suisse (EERS) ne recevra les chiffres définitifs et détaillés de toutes ses Églises membres que d’ici cet été, a-t-elle indiqué à l’agence Keystone-ATS. Mais cela confirme globalement une tendance à une légère baisse du nombre de fidèles en Suisse romande l’année dernière.

Dans le canton de Neuchâtel, le nombre de paroissiens s’élève par exemple à 44’573 fin 2023, contre 46’888 en 2022, indique l’EERS. À Fribourg, ce chiffre s’élevait à 39’545 à la fin de l’année dernière, contre 40’257 fin 2022.

Dans le canton de Vaud, l’Église réformée ne tient pas de liste du nombre de protestants. Elle reçoit des informations sur une question subsidiaire via le contrôle des habitants. Ainsi, fin octobre 2023, le nombre de personnes ayant coché la case correspondante s’élève à 173.774, soit une baisse de 5.723 personnes par rapport à 2022. Genève, de son côté, ne voit pas d’évolution à ce stade.

Record en Suisse alémanique

En Suisse alémanique, le nombre de personnes ayant quitté l’Église réformée n’a jamais été aussi élevé qu’en 2023. Au total, 38’073 fidèles ont tourné le dos à leur Église l’année dernière, selon une récente enquête de ref.ch, l’Église réformée. portail média. Cela correspond à une augmentation d’un peu plus d’un quart par rapport à l’année précédente.

En 2022, 30’393 personnes ont quitté l’Église réformée de Suisse alémanique. Dans de nombreuses régions, un lien évident a été établi avec la publication en septembre dernier d’une étude sur les abus sexuels au sein de l’Église catholique, note l’étude.

L’attachement institutionnel s’affaiblit

Interrogé par Keystone-ATS, le directeur de la communication de l’EERS, Stephan Jütte, concède que le nombre de personnes quittant l’Église augmente depuis des décennies. « Lorsque l’Église catholique ou réformée fait la une des médias, certains membres qui n’ont pas de lien étroit avec l’institution en profitent pour la quitter », explique-t-il.

Seule une minorité mentionne un motif précis de départ. Ceux qui le font sont généralement insatisfaits des positions publiques de l’Église sur des sujets politiques ou sociaux, ou ne s’identifient plus à la foi prônée. “Mais ce n’est pas la religiosité qui décline, mais l’attachement institutionnel qui lie les individus aux églises et aux communautés religieuses qui s’affaiblit”, estime M. Jütte.

S’adapter à une nouvelle réalité

Pour remédier à la situation, différentes Églises ont mis en place des possibilités permettant le libre choix de la paroisse. Le principe selon lequel on appartient à la paroisse du lieu où l’on habite ne correspond souvent plus aux préoccupations d’une population mobile, constate l’EERS.

De plus, la « forme sociale » de la paroisse n’est souvent plus le lieu privilégié où les membres souhaitent se réunir. Les Églises s’engagent ainsi, par exemple, dans la « Nuit des Églises ». Ils sont également présents dans les foires cantonales pour rendre l’Église accessible aux citoyens d’une manière nouvelle.

De nombreux formats virtuels ont également vu le jour, comme le culte en ligne, les podcasts, les paroisses virtuelles ou les services d’aumônerie par chat, qui facilitent l’accès, quel que soit le lieu. Enfin, de nombreuses Églises et paroisses recherchent le contact avec la jeune génération, par exemple via les différentes journées régionales de l’Église de la jeunesse.

Statistiques

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Julien Morganti et Sacha Bastelica, candidats dans la 1ère circonscription de Haute-Corse, ont présenté leur démarche
NEXT violentes tempêtes et grêle cette semaine en raison d’une « chute froide »