Décider du lieu de l’Eurovision en septembre est « trop tard »

Décider du lieu de l’Eurovision en septembre est « trop tard »
Décider du lieu de l’Eurovision en septembre est « trop tard »

On le sait : grâce à la victoire de Nemo, la Suisse accueillera la prochaine édition de l’Eurovision de la chanson en mai 2025. Mais où ? Les intéressés ne manquent pas. En fin de compte, c’est la RSS qui choisira. Mais il n’annoncera l’heureux gagnant qu’en septembre. Une décision trop tardive, critiquent les candidats dans «Schweiz am Wochenende».

Car les sites susceptibles d’accueillir l’Eurovision sont aussi très fréquentés par d’autres événements. Ainsi, pour les concerts, les salles sont souvent réservées un an à l’avance. Et c’est même cinq ans pour certains congrès.

Résultat, certains intéressés ont déjà renoncé. Comme la Swiss Life Arena de Zurich qui s’est retirée de la course en raison d’événements déjà réservés et d’éventuels matchs de l’équipe de hockey des Zurich Lions.

Et d’autres candidats réclament une réponse rapide de la RSS. Car cela coûte cher de garder des sites libres ou de reporter des événements pendant les 6 à 8 semaines qu’exige l’Eurovision. Surtout s’ils ne se voient finalement pas attribuer l’événement.

Par exemple, plusieurs événements à la St. Jakobshalle devraient déjà être déplacés si Bâle accueille l’Eurovision. Idem pour les 12 événements prévus au Hallenstadion de Zurich, très motivés pour recevoir la compétition. «Une décision en septembre serait vraiment trop tard. Parce que nous devons continuer à accepter des événements, sinon nous risquons de nous retrouver avec six semaines gratuites sans aucune réserve», explique le directeur Philipp Musshafen.

Du côté de la RSS, on relativise les critiques. Nous indiquons que nous nous basons sur les pratiques d’autres pays pour choisir une ville huit mois à l’avance. Mais il est tout à fait possible qu’elle prenne une décision plus tôt que prévu, estime-t-elle. A l’image de la Suède, qui avait déjà annoncé en juillet 2023 que l’Eurovision se tiendrait cette année à Malmö.

A Genève, on est en ébullition

Pour rappel, à Genève, Palexpo et ses 32’000 m2 de surface sont dans les starters : le complexe a déposé un dossier de candidature dès l’attribution de la victoire de Nemo. Une résolution d’un député PLR a également été soumise ce mardi au Grand Conseil. Le texte invite le Conseil d’Etat “à tout mettre en œuvre” pour que Genève soit l’hôte de la 69e édition de l’Eurovision. En revanche, cela n’aura pas lieu à Lausanne. La Commune a en effet renoncé à être candidate faute d’infrastructures.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Payerne se mobilise contre le harcèlement de rue
NEXT 24 fenêtres sur l’été en Haute-Yamaska, d’hier à aujourd’hui