Abdourahmane Diouf promet une amélioration des conditions de travail, « dans quelques mois » – Agence de presse sénégalaise

Thiès, 18 mai (APS) – Le ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, Abdourahmane Diouf, a donné rendez-vous, « dans quelques mois », aux étudiants de l’Université Iba Der Thiam de Thiès pour une amélioration de leurs études et de leur logement. conditions, y compris la réception des infrastructures en phase de finition.

A la tête d’une délégation hétéroclite, Abdourahmane Diouf a passé la journée de vendredi à visiter différentes composantes de l’Université Iba Der Thiam de Thiès (UIDT), ainsi que les établissements d’enseignement supérieur de la ville relevant de son département.

Le ministre a visité notamment l’École nationale d’agriculture (ENSA), l’Institut supérieur de formation professionnelle (ISEP), l’École polytechnique de Thiès (EPT), les Cours préparatoires aux grandes écoles (CPGE), avant de terminer son parcours à l’UIDT. .

A l’issue de la visite des campus sociaux UIDT du Rail Hôtel et du site Northern Bypass (VCN), y compris dans les chambres, restaurants et salles de classe des étudiants, il se dit « très heureux » d’avoir passé toute une journée à Thiès, qu’il a qualifiée de « ville universitaire par essence ».

M. Diouf a exprimé son “sentiment de satisfaction” né du constat de “beaucoup de sérénité et de sens des responsabilités” parmi les responsables académiques, ceux du campus social, et “particulièrement” parmi les étudiants, “malgré toutes les difficultés”.

S’exprimant après les étudiants, les syndicats et les responsables universitaires, il a déclaré avoir pris conscience des “nombreux problèmes” d’ordre éducatif, avec la pénurie de salles de classe, et social, notamment avec les dortoirs. et nombre insuffisant de restaurants.

Les étudiants se plaignaient de leurs conditions d’études, caractérisées notamment par une capacité limitée de l’infrastructure universitaire, avec deux pavillons de 53 chambres chacun et 250 places à l’Hôtel du rail, situé dans le quartier Ballabey, situé à 7,4 km du site de VCN.

Les deux restaurants d’une capacité totale de 700 couverts ont atteint leurs limites depuis deux ans, a constaté Adama Sow Kébé, président de la Conférence des associations étudiantes.

Ce dernier a évoqué la situation des laboratoires qui, deux ans après leur ouverture, ne sont toujours pas fonctionnels, pour une « université à vocation scientifique », déplore-t-il.

Il en profite pour demander aux autorités d’ouvrir de nouveaux pavillons de 1 000 lits et un troisième restaurant sur le campus social.

Le porte-parole des étudiants a également demandé l’intervention du ministre pour régler leurs difficultés de transport.

Le retard du calendrier académique de l’UIDT, le sort des étudiants de Licence 3 qui perdent leur bourse en raison du chevauchement des années académiques, le choix des « opérateurs accessibles dans la ville de Thiès » pour le paiement des bourses, figurent également sur la liste des leurs préoccupations.

« La situation était très tendue, mais vous l’avez sauvée », a déclaré Cheikh Sall, directeur du Centre universitaire et d’action sociale de Thiès (CROUST), qui s’est dit « séduit » par le style de gestion du nouveau ministre. , ce qui a permis à toutes les composantes de l’institution de s’exprimer. Cela a permis à tous les participants d’apprendre.

Les syndicats ont profité d’une séance d’échanges avec le ministre pour lui soumettre leurs doléances, au moment où l’institution traverse, selon eux, des « crises » liées à la décision de la direction de revenir sur certains acquis.

« L’espace universitaire a besoin d’être pacifié », a déclaré Abdoulaye Sy, secrétaire général de la section universitaire du Syndicat des professionnels de l’information et de la communication sociale (SYNPICS).

Les doléances des responsables syndicaux concernaient, entre autres, l’augmentation du budget universitaire, afin de régulariser les contractuels, le relèvement de l’âge de la retraite à 65 ans, l’amélioration du plateau technique des centres médicaux.

“Partout où j’ai vu des problèmes, j’ai vu des solutions, car les solutions de l’Université de Thiès sont dans l’Université de Thiès, dans la capacité de gestion de tous (ses) acteurs”, a-t-il toutefois tempéré, saluant la “maturité” du les syndicats.

“Nous admettons que vous avez des difficultés, mais admettons qu’il y a des solutions en vue”, a insisté Abdourahmane Diouf.

Il a fait appel à « l’esprit patriotique » des étudiants, les assurant que le nouveau gouvernement « prend ces questions à bras-le-corps ». “Nous travaillerons avec toutes les parties prenantes présentes et nous espérons que dans des délais raisonnables, les différents projets seront livrés”, leur a-t-il promis.

Cela devrait permettre à l’UIDT et aux grandes écoles qui l’entourent de « poursuivre leur montée en puissance ».

Abdourahmane Diouf a toutefois invité les étudiants à « la patience et au sacrifice », rappelant que l’université Gaston Berger de Saint-Louis dont il fait partie de la première génération a démarré dans des « conditions similaires ».

“J’espère revenir très prochainement pour retrouver des étudiants, des personnels et des dirigeants motivés, pour que l’Université continue de briller, à la mesure de son sponsor”, a insisté l’instance.

ADI/CMS

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Plages de Noirmoutier-en-l’Ile Vendée. Lundi 17 juin 2024
NEXT Michel Aebischer, un héros discret – rts.ch