Il avait été banni quatre fois de la STM

Il avait été banni quatre fois de la STM
Il avait été banni quatre fois de la STM

Après des années à terroriser les femmes dans les bus, un exhibitionniste répété a été surpris en train de se masturber dans un parc. Mais l’homme s’en est tiré avec une peine clémente en raison du recours éventuellement excessif à la force par la police.


Publié à 1h03

Mis à jour à 7h00

« Merci à votre avocat qui a fait un excellent travail en négociant cette peine. Aujourd’hui, normalement, cela aurait été une peine de prison sévère », a conclu le juge Salvatore Mascia, approuvant sans enthousiasme la suggestion commune des parties : une peine clémente de six mois de confinement à domicile, suivis d’une mise à l’épreuve. de trois ans.

Rosenthal Jr Dorleans a plaidé coupable le 3 mai à un chef d’accusation d’actes indécents dans un lieu public commis à l’été 2022. L’homme de 35 ans errait aux alentours du parc Thomas-Chapais, dans l’est de Montréal, lorsqu’il a ciblé un femme qui accompagnait son neveu de 4 ans.

Dorleans se tient à trois mètres de la victime tout en faisant semblant de parler au téléphone. La femme se rend alors compte que l’homme est en train de se masturber en la regardant. Paniquée, elle réussit à lui faire fuir. Un mois plus tard, elle l’a revu et a appelé le 911.

Les policiers apparaissent rapidement, mais par pur hasard. Ils commencent à courir après l’exhibitionniste. La course s’étale sur 500 mètres. La police utilise son spray OC, mais les vents leur renvoient le poivre de Cayenne.

Finalement, un policier a réussi à asperger Dorleans au visage. Mais le produit n’a aucun effet sur lui. Les policiers ont fini par l’attraper par le cou et le mettre à terre. Mais le fugitif résiste. Un policier lui pose un genou sur les omoplates. Lorsqu’il refuse de déposer les armes, le policier lui asperge les yeux avec du spray.

« Force excessive », peine clémente

La défense avait déposé une requête fondée sur la Charte pour mettre fin au processus judiciaire en raison de la prétendue « force excessive » utilisée par la police lors de l’intervention. Sans cette demande, la peine infligée aurait pu être « plus lourde », convient la procureure de la Couronne M.e Sylvie Barrette.

Rosenthal Jr Dorleans est un exhibitionniste invétéré. Au cours des dernières années, il a multiplié ses actes indécents dans les autobus de la Société de transport de Montréal (STM), au point d’être banni du réseau à quatre reprises. Il pouvait exhiber son pénis très près du visage de ses victimes dans le bus ou se frotter contre des femmes. Un jour, il a attrapé les fesses d’une adolescente.

Déjà en 2020, le juge Salvatore Mascia était sceptique quant aux chances de réhabilitation de l’accusé. «Je ne mettrais pas en gage mon hypothèque sur Monsieur», dit le juge.

Début mai, le juge Mascia a demandé à l’accusé ce qu’il pouvait faire pour éviter de revenir devant le tribunal.

« J’ai une vie différente depuis 2019. Cela m’a beaucoup aidé de ne plus recommencer dans les bus. Je n’ai plus jamais refait ça. J’ai fait beaucoup d’efforts”, a déclaré l’accusé, défendu par M.e Charles Schiller.

“Je suis loin d’être convaincu”, a répondu le juge.

“Vous ne me reverrez plus”, a conclu Dorleans

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Guillaume Lepers lance officiellement sa campagne pour les députés
NEXT Un centre de liquidation occupera l’ancien Canadian Tire à Fleurimont