« pour que les gens se sentent bien »

En prévision de la création d’un parcours de Biodanza à la rentrée à Thiers, Louise Dupraz propose une séance découverte le 25 mai.

Pas de spectacle, pas de miroir. On lâche les apparences pour apprécier le plaisir de danser. Un cours de Biodanza, ou « danse de la vie » débutera à Thiers à la rentrée de septembre. Une séance découverte de cette pratique créée dans les années 1960 sera donnée le samedi 25 mai.

C’est Louise Dupraz, 32 ans, qui est à l’initiative de ce futur groupe. Originaire de Paris, elle a ensuite quitté Lyon pour s’installer à Trézioux l’été dernier. En parallèle de sa vie professionnelle orientée vers l’insertion et la formation, elle a rencontré la Biodanza il y a plusieurs années.

Danse Déméter

« Je venais de passer un an à voyager au Mexique, j’explorais la spiritualité et la nature. Et j’ai découvert la Biodanza en vacances au camping « L’espace des possibilités », en Charente-Maritime, l’un des hauts lieux d’épanouissement personnel en France. Le professeur donnait des cours à Paris, je les suivais et en 2015, j’ai commencé ma formation.

Louise Dupraz devient à son tour professeur de Biodanza en 2018 (titulaire en 2020), et elle crée son association : Demeter Danse. C’est dans ce cadre qu’elle propose ce stage à Thiers. Par ailleurs, elle reprend ses études et obtient un diplôme en psychologie.

prime Le nouveau lieu du conservatoire de danse et de théâtre de Thiers est enfin connu

De Paris à Trézioux

C’est la Biodanza, quelque part, qui l’a conduite en Auvergne. « J’ai fait ma formation avec un collègue qui était du Puy-de-Dôme. Je suis tombé amoureux de cette région et c’est pour cela que je suis arrivé.

Un département où Biodanza est déjà ancrée, puisque des groupes existent à Clermont-Ferrand, Issoire, dans le secteur de Cunlhat, ainsi qu’à Billom, où Aude Mermilliod donne des cours hebdomadaires.

“Donc il n’y a rien à Thiers, et je suis disponible !” dit Louise Dupraz en souriant. “C’est une ville qui m’attire vraiment, que je trouve vraiment belle, j’aime son histoire et j’ai envie de proposer quelque chose depuis longtemps.”
(vide)

Recevez notre newsletter loisirs par email et trouvez des idées de sorties et d’activités dans votre région.

“Le premier critère, c’est que les gens se sentent bien”

Enfant, Louise Dupraz avait fait de la danse classique, mais elle n’en était pas convaincue. « J’aimais beaucoup danser mais le côté performance, le comptage des pas, la recherche de la beauté qu’on a dans les danses chorégraphiques, ça ne m’attirait pas. La Biodanza, c’est le plaisir de danser.

Elle décrit les trois objectifs de cette pratique : « ressentir du bien-être, le plaisir d’explorer différentes manières de bouger ; favoriser les liens entre les gens, danser ensemble dans un esprit « fête de village », être dans le partage simple qui peut parfois faire défaut à l’époque où nous vivons ; et il y a aussi une dimension plus large de connexion à la nature, car nous affinons notre capacité à prêter attention aux autres, à nous-mêmes, au jardin.

prime Les claquettes américaines se pratiquent désormais à Thiers

Concrètement, les gestes sont « très simples », insiste le danseur. « On fait souvent des rondes en début et en fin de séance, pour « être un groupe ». Il y a des promenades, des danses à deux en face-à-face, des jeux. Par exemple, on s’aligne à quatre ou cinq, il y en a un qui avance en faisant un certain geste et les autres vont le reproduire. L’objectif est de s’amuser. Pendant la danse festive, on met de la musique et tout le monde danse ! pleinement. Dans la partie relaxation, les gestes sont plus amples, les yeux fermés, on peut danser en couple avec des contacts très légers.

Est-ce sportif ? « Oui parce qu’il y a des exercices de rythme, les cœurs battent plus vite, on s’étire dans des danses d’extension. Mais le premier critère est que les gens se sentent bien. Elle s’adresse à tous car l’objectif est que tout le monde puisse danser. La Biodanza se pratique dans les maisons de retraite, à l’école maternelle, et peut même se danser assise, pour les personnes handicapées par exemple.

Peut-être aussi des séances en famille

Avec son groupe de Billom, composé de « personnes de tous âges et de toutes origines sociales », Aude Mermilliod a pu constater « un bénéfice principal : l’appartenance à un groupe. Ils sont heureux de se retrouver. Et puis, comme les choses s’acquièrent – ​​présence, sens du rythme, etc. – la Biodanza permet de se sentir capable, puissant.

Le cours à Thiers sera dispensé une fois par semaine ou tous les quinze jours. Peut-être ponctuellement, Louise Dupraz proposera également des séances pour les familles, ouvertes aux enfants dès l’âge de 2,5 ans. Modalités à affiner d’ici septembre. Notamment auprès de ceux qui ont été convaincus par la séance découverte.

Séance découverte

Le 25 mai à 16h dans les locaux Metamorf’ose, 81 avenue Béranger à Thiers. Prix ​​libre. Réservations conseillées au 06.22.90.26.32.

Alice Chevrier

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV un magasin de consignation de luxe échappe à un braquage de voiture-bélier
NEXT « Parachuté », « godillot », « zadiste »… Le sénateur Folliot sort le sulfate