Deux petites chouettes sont nées au Château des Milandes, en Dordogne

Deux petites chouettes sont nées au Château des Milandes, en Dordogne
Deux petites chouettes sont nées au Château des Milandes, en Dordogne

S’il n’y avait pas les griffes et les grands yeux jaunes qui vous fixent, ils pourraient facilement être confondus avec deux animaux en peluche. Le petit hibou grand-duc est le dernier né parmi les rapaces du Château des Milandes, à Castelnaud-la-Chapelle (Dordogne).

Si leur naissance était espérée, elle n’était pas attendue si vite, en avril. «Nous avons perdu un grand-duc d’Afrique cet hiver», explique Steeve Paille, le fauconnier. Il est mort de vieillesse. Nous avons donc récupéré un couple venu d’un autre parc dans l’espoir d’avoir une couvée. »

Attention quotidienne

Habituellement, les rapaces sont plutôt casaniers, ils mettent du temps à s’habituer à un nouvel environnement et donc à se reproduire. A priori, le couple reproducteur se sent bien aux Milandes, puisque, dès leur arrivée, ils se sont accouplés.

Près d’un mois après la ponte, ces deux petits sont nés. A priori, un mâle et une femelle. « Chez les rapaces, le mâle est plus léger que la femelle », explique le fauconnier. En moyenne, un tiers de moins. C’est pourquoi on les appelle tierlets. Quant aux femelles, ce sont des formes. »

“Ils ne se tiennent pas encore debout, ou pas pour longtemps”

En effet, l’un des deux petits est plus grand que l’autre. « Mais, pour l’instant, ça ne veut rien dire, sourit Steeve Paille. Il peut y avoir des femelles plus petites et des mâles plus gros. » Le bruit des travaux ne semble pas gêner les poussins. Logiquement, ils devront participer aux spectacles de rapaces organisés par le site. Et pour les habituer, l’équipe de fauconniers les manipule quotidiennement. Pour le moment, ils sont transportés en caisse, un peu partout. «Ils ne se tiennent pas encore debout, ou pas pour longtemps», précise l’entraîneur.

Sur le même sujet

Vidéo. Chouettes superstars à Périgueux

Alexandre Thévenin a participé, avec Jibral, au tournage de « Harry Potter et la pierre philosophale ». Il a proposé de découvrir ses hiboux lors de Châteaux en fête, ce samedi 13 avril à Périgueux

Les fauconniers les chouchoutent

Aujourd’hui, ce sont les fauconniers qui ont pris la place des parents. Nourris par l’homme, les petits, aujourd’hui âgés d’un mois, s’habituent à la présence humaine. « Chaque jour, après le spectacle, nous les sortons devant le public, afin de les désensibiliser », explique le fauconnier. De cette façon, lorsqu’ils seront relâchés dans la nature, ils n’auront pas peur. »

Il reste encore de la marge avant de les voir survoler l’espace dédié aux spectacles. «Quand ils se relèveront, on va commencer à les prendre sur le gant», poursuit Steeve Paille. En leur donnant à manger. S’il n’y a pas de récompense, ils ne viennent pas. Dans la nature, on ne bouge pas pour rien. »

Prêt pour la fin de saison ?

Puis, petit à petit, ils apprendront à partir puis à revenir dans les bras de leur fauconnier. “En étant optimiste, on peut penser qu’ils seront prêts à faire leurs premiers spectacles en fin de saison”, espère l’entraîneur. Ne vous laissez pas tromper par leur apparence potelée. À l’âge adulte, le grand-duc d’Afrique ne pèse que 500 à 600 grammes pour les mâles et 700 à 800 grammes pour les femelles.

Même si les Milandes voulaient un oiseau pour remplacer le leur, les deux frères resteront ici. Ils ne sont pas les seuls à être nés cette année. Pour rappel, le site participe à des programmes de réintroduction d’espèces dans la nature. C’est le cas des chouettes de l’Oural et même des pygargues à queue blanche.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Guillaume Larrivé renonce, Céline Bähr sera candidate aux élections législatives dans la première circonscription de l’Yonne
NEXT « L’un des effets les moins chers et très satisfaisants. Mais c’est dangereux » – .