Le comité de transition de l’agence Santé Québec dépose son premier rapport d’étape

Le comité de transition de l’agence Santé Québec dépose son premier rapport d’étape
Le comité de transition de l’agence Santé Québec dépose son premier rapport d’étape

Le comité de transition de la nouvelle agence Santé Québec a déposé son premier rapport d’étape. Douze projets de travaux ont été amorcés, dont trois ont pour mandat « à court terme » la création de Santé Québec et la fusion d’établissements de santé. Les autres concernent entre autres la coordination et la fluidité, l’accès aux soins et services de santé et les défis sociodémographiques comme le vieillissement de la population.

Créé en janvier, le comité de transition est présidé par le sous-ministre Daniel Paré. Il rassemble une douzaine d’experts, tels que des sous-ministres de la Santé, d’anciens présidents et directeurs généraux d’établissements, le président de l’Association des spécialistes en médecine d’urgence du Québec, une infirmière, un représentant d’un groupe de patients et un patient partenaire. Entre le 12 janvier et le 3 mai, il a tenu 17 réunions.

Dans son premier rapport, le comité décrit le mandat de chaque chantier. Celui sur le « management de proximité » a notamment pour mission de recruter « des responsables d’installation (responsables de proximité) responsables et plus accessibles sur le terrain ». «Chaque installation d’un établissement de Santé Québec est donc sous la supervision d’une personne chargée d’assurer le bon déroulement de ses activités et la détection opportune des situations anormales», est-il écrit.

Le projet d’accès aux soins et services s’est fixé comme objectif d’améliorer la prise en charge des patients « par la bonne personne au bon moment ». Il priorise les domaines des urgences, de la chirurgie et des consultations avec un médecin de famille et un spécialiste. Elle travaille sur la question de la gestion des listes d’attente permettant aux patients « de connaître leur rang et de se voir proposer d’autres options en cas de délais d’attente jugés déraisonnables ».

La « pertinence clinique » fait également l’objet de travaux. Il portera entre autres sur les « moyens » et les « mécanismes » de partage des « bonnes pratiques » entre établissements de santé. « La notion de « capacité de paiement de l’État », en vue d’une répartition équitable des ressources, doit également être prise en compte », est-il précisé.

Le point de vue du patient

Un projet est consacré à « la responsabilité des populations et la participation citoyenne ». Il vise à identifier les moyens d’impliquer les usagers, entre autres, « dans les réflexions entourant le développement d’une offre de soins et de services innovante, menée en co-construction, de manière à être centrée sur la création de valeur et la santé durable.

Le comité de transition se penche également sur le vieillissement de la population. Dans le cadre de ses travaux, un projet doit analyser « les tendances sociodémographiques actuelles » et « les changements à moyen et long terme, avec un accent sur la clientèle âgée ». « D’autres groupes de population touchés (jeunes, communautés ethnoculturelles [par exemple, les personnes réfugiées]les membres des Premières Nations, etc.) peuvent également être considérés », écrivons-nous.

Le comité de transition doit remettre un nouveau rapport d’étape les 12 septembre et 12 janvier 2025.

Plus de détails à venir.

A voir en vidéo

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Un magnifique toit avec vue sur la Seine s’ouvre au sommet de la Tour d’Argent
NEXT huit candidats en lice dans la campagne brestoise