toutes les informations que vous devez savoir – .

Où, quand et comment ces petites araignées sucent notre sang.

Publié aujourd’hui à 15h01

Presque toute la Suisse est considérée comme une zone à risque pour les piqûres de tiques, y compris le canton de Genève depuis le printemps 2024. Seul le canton du Tessin échappe encore au fléau.

On retrouve les zones particulièrement concernées sur cette carte de l’OFSP modélisant le risque de piqûres par région. On voit que les tiques prospèrent jusqu’à 1500 m voire plus, et que les zones de haute montagne sont peu touchées.

À ce stade, vous trouverez du contenu externe supplémentaire. Si vous acceptez que des cookies soient placés par des fournisseurs externes et que des données personnelles leur soient ainsi transmises, vous devez autoriser tous les cookies et afficher directement le contenu externe.

Autorise les cookiesPlus d’informations

Les tiques sont plus actives lors des périodes chaudes, à partir de 8° degrés, de mars à octobre. Le pic d’activité se situe en juin, selon données de l’OFSP pour 2021-2023.

Certaines applications vous permettent de voir où les piqûres sont signalées et de les signaler vous-même, comme Zecke – Tique.

Les tiques font partie de la famille des arachnides. Ils ont donc 8 pattes, et non 6 comme les insectes. Quand on parle de morsure de tique, c’est en réalité d’une piqûre dont on parle. Ils sont le plus souvent bruns au stade adulte et blancs ou brun clair au stade larvaire ou lymphatique.

Les tiques prospèrent à proximité des forêts, dans les buissons mais aussi dans les jardins ou les parcs. Ils sont plus présents dans les buissons et les graminées que dans les arbres. Les tiques ne peuvent ni voler ni sauter mais s’accrochent à votre chemin et grimpent sur votre corps.

Après son repas de sang, la tique gonfle et s’arrondit. Il peut atteindre 200 fois son poids initial.

Les tiques sécrètent un anesthésique lors de leurs piqûres, ce qui les rend quasiment indolores. Ils peuvent tenir une semaine avant de tomber. Le site de la piqûre ne démange pas et n’est souvent pas reconnaissable en tant que tel : dans la plupart des cas, seule une petite tache sombre est visible.

Une piqûre de tique peut également ressembler à une piqûre de moustique. Cette irritation cutanée disparaît généralement au bout de quelques jours.

Borréliose

La maladie transmise par les tiques la plus courante est la maladie de Lyme ou borréliose. Entre 5 et 50 % des tiques sont porteuses de Borrelia, selon les régions.

En 2023, près de 9’400 cas de borréliose auront été recensés en Suisse. Sans parler des cas qui n’ont pas été diagnostiqués lors d’une consultation médicale, et des cas où la piqûre de tique est passée inaperçue.

La borréliose de Lyme peut être traitée avec des antibiotiques, mais il n’existe aucun vaccin pour la prévenir.

Chez la moitié des personnes infectées, seule une rougeur apparaît sous la forme d’un cercle rouge s’étendant, appelé érythème migrant. Elle peut se former jusqu’à 30 jours après la morsure.

L'érythème migrant apparaît en moyenne 7 à 10 jours après une piqûre de tique.

Des symptômes de grippe peuvent survenir et disparaissent généralement quelques jours après la piqûre de tique. L’érythème migrant peut persister jusqu’à plusieurs mois. Un traitement antibiotique est nécessaire pour éviter une progression grave de la maladie.

La borréliose est difficile à diagnostiquer et passe souvent inaperçue. Les symptômes varient et peuvent apparaître très tard, parfois des mois ou des années plus tard, comme un gonflement et des douleurs dans les articulations, ainsi qu’une paralysie faciale.

Encéphalite à tiques (FSME)

L’encéphalite à tiques est causée par un virus transmis par la piqûre d’une tique infectée. On estime qu’entre 0,5 % et 6 % des tiques sont porteuses du virus.

Chez une minorité de personnes, des symptômes pseudo-grippaux (fièvre, douleurs dans les membres, maux de tête, frissons) surviennent entre 2 et 28 jours après la piqûre.

Ces symptômes disparaissent au bout de quelques jours, la personne étant alors immunisée à vie. Mais chez la moitié des malades, l’infection peut se propager au cerveau et, 4 à 6 jours plus tard, déclencher une méningite (méningoencéphalite).

Les symptômes dus à des lésions cérébrales (encéphalite) comprennent la prostration (état de découragement profond), l’agitation, la somnolence, le délire, les troubles du tonus musculaire, la perte d’équilibre, avec 2 à 3 % de décès et des séquelles (paralysie). ) dans 10 à 20 % des cas.

La Suisse a connu des pics d’infection en 2018 et 2020 et le nombre estimé de cas actuels jusqu’à présent est similaire à celui des années précédentes.

Et la fièvre Crimée-Congo ?

La tique Hyalomma, plus grosse que l’espèce trouvée ici et récemment présente en Suisse, peut être porteuse du virus de la fièvre de Crimée-Congo.

«En Suisse, nous n’avons aucune tique porteuse de ce virus, ni aucun cas de patients ayant contracté cette maladie en Suisse», précise le professeur Gilbert Greub. En revanche, il pourrait y avoir des cas en Suisse parmi les personnes revenant de voyage, d’autant que le virus est désormais présent en Corse et en Espagne notamment.

Le vaccin « anti-tiques » est celui qui protège contre l’encéphalite à tiques. L’abréviation allemande de cette maladie est FSME, et MEVE en français.

L’Office fédéral de la santé publique, qui surveille les cas d’infections par le virus de la méningoencéphalite à tiques (FSME), vient d’étendre ses recommandations concernant le vaccin contre cette maladie. Les enfants dès l’âge de 3 ans peut maintenant le faire administrer. Jusqu’au printemps 2024, ce vaccin était recommandé dès l’âge de 6 ans.

Les vaccins contre la méningo-encéphalite à tiques contiennent des virus tués. Leur action est soutenue par un sel d’aluminium.

Trois doses sont nécessaires (0, 2 à 4 semaines, 6 à 12 mois). Des rappels sont alors recommandés tous les dix ans.

Les effets secondaires courants pouvant survenir après la vaccination FSME comprennent :

– douleur au point d’injection, mal de tête, fièvre.

Effets secondaires moins courants :

– gonflement au point d’injection, nausées et vomissements, fatigue, agitation, douleurs musculaires et articulaires, gonflement des ganglions lymphatiques.

Ce qui est remboursé

Le remboursement dans les zones à risques « en général à partir de 6 ans et au cas par cas de 1 à 5 ans », reste en vigueur jusqu’à nouvel ordre.

Les recommandations ayant été modifiées au printemps 2024, l’incertitude persiste concernant la prise en charge dans le canton de Genève et pour les 3 à 5 ans.

«La couverture par l’assurance maladie obligatoire suite à la modification des recommandations vaccinales et à l’inclusion du canton de Genève dans les zones à risque est actuellement en cours d’évaluation», écrit l’OFSP.

Généralement, la vaccination contre la méningo-encéphalite à tiques est remboursée “conformément aux recommandations publiées dans le plan suisse de vaccination”.

Selon les cantons, la vaccination en pharmacie est possible, mais, dans ce cas, le vaccin n’est remboursé que s’il a été prescrit par un médecin. La vaccination en tant qu’acte de soins relève, en pharmacie, toujours de la responsabilité de la personne vaccinée.

Avant la balade :

• Portez des vêtements longs et de couleur claire pour mieux voir les tiques.

• Glissez le bas du pantalon dans les chaussettes.

• Portez des vêtements couvrants et des chaussures fermées.

• Procurez-vous un dissolvant de tiques pour pouvoir éliminer le parasite le plus rapidement possible.

• Appliquez un anti-tique sur la peau, voire un insecticide sur les vêtements.

Pendant le trajet :

• Restez sur les sentiers balisés.

• Évitez les broussailles, les fougères et les herbes hautes.

• Examinez souvent les vêtements et les parties du corps en contact avec les plantes, car les tiques ne s’attachent pas immédiatement à la peau.

Après la promenade :

• Inspectez le plus tôt possible tout le corps et particulièrement les zones où la peau est la plus fine : aisselles, plis des genoux, zones génitales, nombril, oreilles et cuir chevelu. Il s’agit également d’identifier les plus petites tiques, c’est-à-dire les nymphes qui ne mesurent que 1 à 3 mm.

• Répétez cet examen le lendemain lorsque la tique sera mieux visible après son repas de sang.

• Obtenez de l’aide pour inspecter le dos et la tête.

Bulletin

“Dernières nouvelles”

Voulez-vous rester au courant de l’actualité? « 24 Heures » vous propose deux rendez-vous par jour, directement dans votre boîte email. Ainsi, vous ne manquez rien de ce qui se passe dans votre canton, en Suisse ou dans le monde.

Ouvrir une session

Fanny Giroud est data journaliste depuis sa spécialisation en 2015 à l’Université Columbia de New York. Elle travaille au sein de l’équipe « interactive » de Tamedia, où elle gère les textes et l’analyse informatique des données.Plus d’informations

Avez-vous trouvé une erreur ? Merci de nous le signaler.

0 commentaire

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

NEXT Pontarlier. Quelques idées de sorties dans le Haut-Doubs pour le week-end du 1er et 2 juin