Communauté du Triangle Évolutionnaire | Fraude pyramidale à 100 000 $ : condamnée à 15 mois de confinement à domicile

(Saint-Hyacinthe) La fraude pyramidale refuse de mourir. Il se développe toujours sous la forme d’un « cercle de dons » ou d’un « triangle évolutif ». Une figure de proue de cette communauté de 2 000 membres a été condamnée jeudi à 15 mois de confinement à domicile pour avoir empoché plus de 100 000 dollars auprès de victimes naïves.

Donner 5 000 $ pour obtenir 40 000 $ ? C’est la promesse que les recruteurs de la Communauté du Triangle Évolutionnaire, comme Lioudmila Minina, ont faite aux nouveaux membres. De la poudre aux yeux, évidemment. Grâce à des agents infiltrés, la fraudeuse est tombée de son piédestal en 2020.

« La force de la Communauté et de Mmoi Minina est de convaincre les membres qu’ils participent à un mouvement de solidarité pour les détourner de la triste réalité : la Communauté constitue un système pyramidal classique», a résumé la juge Catherine Perreault jeudi au palais de justice de Saint-Hyacinthe.

À l’issue d’un long procès l’été dernier, un jury a reconnu Lioudmila Minina coupable de fraude et d’accusations de loterie et de jeu. Le naturopathe de 60 ans espérait s’en sortir sans détention, alors que la Couronne exigeait 18 mois de prison. Le juge de la Cour supérieure lui a finalement imposé une peine de prison avec sursis (à domicile). Elle devra rembourser 100 000 dollars d’ici trois ans pour éviter de purger 23 mois de prison.

Autrefois, il y avait « The Harvest » ou les « Dream Weavers », comme le révèle une enquête menée par - en 2019. Cette fois, le groupe frauduleux s’appelait Evolutionary Triangle Community, une organisation initialement nébuleuse comptant 2 000 membres. Lioudmila Minina, alias Milady, n’était ni la dirigeante ni la fondatrice, mais une membre très prolifique de ce groupe « d’entraide et de partage ».

Un « voyage vers l’abondance » et un « partage des richesses ». C’est ainsi que les « présentateurs » ont présenté la Communauté aux recrues. Un « don » de 5 000 $ à la communauté permettait certainement à une recrue de recevoir 40 000 $ grâce au « mouvement circulaire de l’argent », disait-on.

“La question n’est pas de savoir si vous allez faire votre fête, mais quand”, a promis Lyoudmila Minina aux recrues.

Quinze femmes font partie de chaque « triangle en évolution », une en haut et huit en bas, qui ont chacune fait un don de 5 000 $. Lorsqu’une pyramide est terminée, la « fille d’anniversaire » au sommet reçoit 40 000 $ en « cadeaux » lors d’une célébration d’abondance et de partage. Lioudmila Minina a été « célébrée » six fois.

Deux nouvelles pyramides sont alors formées avec les membres restants. Chaque membre monte d’un étage dans le « triangle ». Ceux qui se trouvaient auparavant au bas de l’échelle doivent alors recruter deux personnes prêtes à donner 5 000 $ pour que l’arnaque continue. Plusieurs « triangles » existent simultanément dans la Communauté.

type="image/webp"> type="image/jpeg">>>

PHOTO DÉPOSÉE AU TRIBUNAL

Nous pouvons voir comment un triangle terminé est ensuite séparé en deux nouveaux triangles

Dans le même temps, Lioudmila Minina a manœuvré pour « évoluer » plus vite que les autres. Par exemple, elle a négocié avec les participants pour partager des positions plus avantageuses sur certains triangles. Le but n’est pas de rester coincé dans un triangle « mourant » faute de membres en bas de l’échelle.

Des « noms amusants » pour garder le secret

Pour garder le stratagème secret, les membres devaient utiliser des « noms amusants » plutôt que leurs vrais noms. Par exemple, Milady, Athéna, Maximus ou Volchok. Les échanges entre membres avaient lieu sur l’application cryptée Telegram. Il leur était interdit d’enregistrer les présentations ou de parler du « triangle » en public.

Par ailleurs, des membres de la Communauté ont témoigné en faveur de l’accusé lors du procès. L’organisation semble toujours exister.

type="image/webp"> type="image/jpeg">>>

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, -

Lioudmila Minina était accompagnée de plusieurs amis au palais de justice de Saint-Hyacinthe.

Sur une fraude de plus de 250 000 $, Lioudmila Minina a bénéficié de plus de 170 000 $, selon la Couronne. Une somme qui justifiait une détention ferme. Du côté de la défense, nous avons avancé un montant moindre. Toutefois, le juge Perreault a plutôt estimé le profit du fraudeur à 109 000 $.

Parmi les circonstances aggravantes, le juge considère le degré de fraude, la préméditation, la récidive, le rôle important de l’accusé et la vulnérabilité des victimes. Toutefois, le juge n’a pas admis que l’accusé ait agi au profit d’une organisation criminelle.

Des facteurs atténuants ont cependant fait pencher la balance vers une peine de prison à domicile. En effet, Lioudmila Minina présente un faible risque de récidive, respecte ses conditions de libération depuis son arrestation et ne représente pas un danger pour la société.

La Couronne a exigé la confiscation partielle de la résidence de l’accusé et de son concubin Dominic St-Pierre, puisqu’une vingtaine de « fêtes » y ont eu lieu. Mais le juge a conclu que la mesure serait disproportionnée.

M.e Simon Lacoste et M.e Cimon Sénécal représentait le procureur de la République, tandis que Me Gabriel Bérubé-Bouchard et Me Célia Hadid a défendu l’accusé. Elle a fait appel du verdict de culpabilité.

L’histoire jusqu’ici

  • Janvier 2019 : Lioudmila Minina devient une figure de proue de la communauté du Triangle Évolutionnaire
  • Février 2021 : La femme de 60 ans est accusée de fraude
  • Juillet 2023 : Un jury déclare Lioudmila Minina coupable
  • 16 mai 2024 : Elle est condamnée à 15 mois de confinement à domicile
 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV SMIC à 1.600 euros, pouvoir d’achat, retraites, le programme du Nouveau Front Populaire
NEXT L’exclusion d’Eric Ciotti suspendue par le tribunal judiciaire de Paris