deux maisons touchées par la betterave sucrière à Guerbigny ont dû être démolies

deux maisons touchées par la betterave sucrière à Guerbigny ont dû être démolies
deux maisons touchées par la betterave sucrière à Guerbigny ont dû être démolies

L’accident a eu un grand impact. Le 27 janvier, au croisement de Guerbigny (280 habitants), rue de la Chaussée (RD 329), un camion chargé de tonnes de betteraves est entré en collision, en fin de matinée, après une sortie de route, avec plusieurs habitations : il était immobilisé, incliné, contre les façades de deux maisons notamment.
Trois maisons, toutes d’un seul étage, étaient depuis très fragilisées.

Les maisons seront reconstruites

Deux d’entre eux ont été démolis : une pelle à pneus, équipée d’une pince de tri, était en activité ce jeudi 16 mai au matin, lorsque nous sommes arrivés. Les travaux ont débuté lundi 6 mai et devraient se poursuivre jusqu’au mardi 21 ou mercredi 22 mai. Les deux habitations ont été envahies par 18 tonnes de betteraves jetées lors de l’accident. Les maisons seront reconstruites. La troisième maison devrait être réhabilitée.

Jean-Marc et Annie Babaut, victimes : “Nous reviendrons vivre à Guerbigny”

Les victimes, Jean-Marc et Annie Babaut, respectivement âgés de 69 et 74 ans, qui résident actuellement à Montdidier depuis fin mars, expliquent : « Nous avons assisté à la démolition de notre maison pendant trois jours. Cela a été très difficile, car il y a beaucoup d’expériences et de souvenirs liés à cette maison. Nos cœurs sont déchirés. La démolition et la reconstruction sont couvertes par une assurance. Quand notre maison sera reconstruite, nous reviendrons vivre à Guergbny. »

Maryline Desprez, maire de Guerbigny : « Les propriétaires des maisons démolies, qui craignent un nouvel accident avec une plantation de betteraves, souhaiteraient que leur future habitation soit plus en retrait de la route, mais il n’est pas sûr que cela soit possible »

Egalement contactée par nos soins, Maryline Desprez, maire de Guerbigny, indique : « Deux maisons ont dû être démolies car très fragiles. Une troisième maison sera réparée. Les experts ont estimé que c’était possible, même s’il est vrai que la maison paraît fragile. Les propriétaires des maisons démolies, qui craignent un nouvel accident avec un cultivateur de betteraves, souhaiteraient que leur future maison soit plus éloignée de la route, mais il n’est pas sûr que cela soit possible. »

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Pierre Palmade déféré à la justice, un maire du Cantal menacé de mort… L’actualité de ce lundi
NEXT Une splendide maison entièrement recouverte de noir à vendre à Boisbriand pour 1 899 999$ – .