Faits divers. L’ancien caïd de Grenoble Mehdi Boulenouane abattu en Seine-Saint-Denis

Faits divers. L’ancien caïd de Grenoble Mehdi Boulenouane abattu en Seine-Saint-Denis
Faits divers. L’ancien caïd de Grenoble Mehdi Boulenouane abattu en Seine-Saint-Denis

Mehdi Boulenouane, considéré dans les années 2010 comme l’un des principaux patrons de la région grenobloise, et plus précisément comme le patron du trafic de drogue du quartier du Mistral, a été abattu ce jeudi 16 mai après-midi en Seine-Saint-Denis, Le Dauphiné Libéré apprend de sources concordantes.

Agé de 38 ans, il faisait l’objet d’une modification de peine sous surveillance électronique dans ce département de la région parisienne. Condamné fin 2016 à dix ans d’emprisonnement pour trafic de stupéfiants et blanchiment de trafic de stupéfiants, le Grenoblois a bénéficié fin mars de cet aménagement pour purger les derniers mois de cette peine. C’est donc sous bracelet électronique qu’il a comparu en avril dernier devant le tribunal correctionnel de Lyon qui a jugé l’affaire de la caution de 500 000 euros versée en espèces et qui a permis sa libération au printemps 2016.

L’hypothèse d’un règlement de comptes privilégié

Une audience au cours de laquelle il a exprimé publiquement sa crainte d’être victime d’un règlement de comptes. Les circonstances de sa mort ne sont pas encore formellement établies mais selon nos informations, il a reçu plusieurs balles, dont une à la tête et une à la poitrine, dans la commune de Dugny. Il semblerait que Mehdi Boulenouane marchait dans une rue en compagnie d’un autre homme lorsqu’une voiture avec à son bord trois hommes cagoulés s’est arrêtée à ses côtés, l’un des inconnus tirant dans sa direction avec une arme à feu. une arme de poing.

Ces dernières années, plusieurs gangsters réputés proches de son équipe Mistral ont été tués dans la région grenobloise. L’hypothèse d’un règlement de compte lié à la scène du banditisme grenoblois semble à ce stade privilégiée.

#Français

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV « Depuis six ans, il y a des signes systématiques de partialité de l’État » malgré les accords de Matignon, estime Christiane Taubira
NEXT Un an après l’incendie du monastère du Bon Pasteur, la reconstruction est toujours attendue