Coop lance « Blingbox » en Suisse pour concurrencer Claire’s

Coop lance « Blingbox » en Suisse pour concurrencer Claire’s
Coop lance « Blingbox » en Suisse pour concurrencer Claire’s

Un nouveau format de bijouterie low-cost est lancé cette semaine avec, dans un premier temps, trois magasins. Coop est à l’origine de cette initiative. Les similitudes avec une chaîne sud-coréenne sont étonnantes. Voici ce qu’il y a derrière.

Stefan Ehrbar / ch médias

Il n’y a pas de meilleur emplacement pour le commerce suisse: la partie inférieure de la Bahnhofstrasse de Zurich, à proximité de la gare principale, accueille jusqu’à 80 000 personnes les jours de grande affluence. Il y a des magasins phares de Swisscom et Victorinox ainsi que le grand magasin Globus et un H&M de quatre étages. Les magasins y paient des loyers allant jusqu’à 9’000 francs le mètre carré. Coop y tente désormais sa chance avec un nouveau format : cette semaine, le distributeur ouvre un magasin « Blingbox ».

Dans l’ancien The Body Shop (centre) de la Bahnhofstrasse à Zurich, Coop ouvre une bijouterie bon marché.

Le magasin doit avant tout vendre des bijoux à des prix avantageux. Le porte-parole de Coop, Kevin Blättler, parle d’un « segment de prix d’entrée de gamme » et d’un « clientèle jeune ou restant jeune ». L’assortiment se compose de différents bijoux et accessoires. Il s’agit par exemple de boucles d’oreilles, de colliers et de pinces à cheveux ou de différents sacs. La marchandise vient d’Asie. Avec cette marque, Coop entre dans un « marché tendance et en croissance ».

Sur son site internet, on peut lire que les collections sont « destinées à celles qui aiment expérimenter et exprimer leur style personnel sans se ruiner ». Blingbox est « la nouvelle adresse des bijoux fantaisie tendance ». La « marque fraîche et jeune » s’est fixé pour objectif de créer des bijoux qui soient non seulement modernes, mais qui « reflètent également la diversité et l’individualité des clients ». Le concept ne peut fonctionner que si le plus grand nombre possible de personnes achètent un grand nombre de produits sur une surface de vente relativement petite.

Coop prend une licence en Corée du Sud

Ce n’est probablement pas un hasard si le magasin de la Bahnhofstrasse ouvre ses portes juste à côté d’un magasin de la chaîne américaine Claire’s, qui se concentre également sur les bijoux bon marché et est appréciée d’une clientèle plus jeune et plus âgée. sensible au prix. Avec 35 magasins en 2020, Claire’s est le leader local sur le segment des accessoires. La chaîne britannique Accessorize joue dans une ligue de prix similaire, mais elle n’exploite que deux magasins ici à Zurich et à Berne.

La chaîne australienne Lovisa, qui vend ses produits en Suisse dans des magasins à Lausanne, Genève, Lucerne, Berne, Emmenbrücke et Zurich – également au bas de la Bahnhofstrasse et donc à proximité immédiate du nouveau magasin Blingbox – fait également partie du concours. de Coop. En revanche, des enseignes comme Christ, filiale de Coop, avec plus de 60 magasins, ou Rhomberg, avec 28 sites en 2020, se positionnent sur le segment le plus cher. Ils ciblent une clientèle plus âgée et plus aisée.

Outre la succursale Blingbox à Zurich, Coop ouvre cette semaine des magasins de ce format dans les centres commerciaux Volkiland à Volketswil ZH et Perry-Center à Oftringen AG. Le porte-parole de Coop, Kevin Blättler, précise que dans tous les cas il s’agit de des sites pilotes destinés à tester la résonance auprès des clients ainsi que le concept opérationnel. Dans les deux centres commerciaux, les magasins seront ouverts sous forme de pop-up stores sur des surfaces promotionnelles, tandis qu’à la Bahnhofstrasse à Zurich, ce format remplace un magasin de The Body Shop, dont Coop détient la licence en Suisse.

Blingbox n’est pas non plus une invention : la chaîne vient de Corée du Sud et y exploite plusieurs magasins sous le même nom et avec le même logo. Coop est le titulaire de la licence dans notre pays. Si le concept est populaire, d’autres magasins sont possibles, selon Blättler.

Traduit et adapté par Chiara Lecca

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV « nous avons des exploitations qui vont perdre la totalité de leur récolte » affirme le président de la FDSEA du Bas-Rhin
NEXT Ce que préconise l’IRES – Le Maroc aujourd’hui – .