La mairie dévoile son projet pour la dent creuse

La mairie dévoile son projet pour la dent creuse
La mairie dévoile son projet pour la dent creuse

Dans la salle des mariages de la mairie, l’émotion est palpable. ” C’est un projet hautement symbolique », présente Sophie Camard, maire (GRS) du 1-7.

L’élu est venu présenter le projet de reconstruction de la dent creuse de la rue d’Aubagne. Cette dernière devrait débuter au printemps 2025, pour une livraison prévue avant la fin de la même année. ” L’idéal serait que les travaux soient terminés à temps pour la commémoration du 5 novembre 2025 », explique-t-elle, sans promettre.

Un espace de vie évolutif

Le projet final a été choisi parmi cinq autres par un jury composé de la mairie, d’habitants, de familles de victimes et du directeur général du SPLA-IN Aix-Marseille-Provence, la société publique locale d’aménagement de la Métropole.

Le bâtiment qui verra le jour prendra la forme d’une salle polyvalente sur deux niveaux. Ce dernier occupera un tiers de l’espace vide. Le reste deviendra une cour et une pépinière dont les plants serviront à végétaliser la rue et le quartier de Noailles. Le portail vert empêchant l’accès à la dent creuse sera remplacé par une structure en pierre rappelant les façades sur rue. ” C’est un espace qui se veut accueillant, il peut être utilisé par les gens du quartier et loué par des associations. », explique le maire du secteur.

Le projet se veut « évolutif ». S’il ne comporte pour l’instant que deux niveaux, il peut être agrandi. “ Les fondations sont prévues pour », assure Maxime Sollier, l’un des deux architectes choisis. L’objectif affiché par la mairie est de combler cet espace rapidement tout en laissant la possibilité d’aménager le bâtiment au fil des années. “ Lorsqu’on nous parlait de reconstruction au tout début, nous évoquions un retard de 10 à 12 ans, témoigne Madame Larbi, cousine d’une des victimes, je suis heureux qu’un projet ait vu le jour plus tôt. Ce vide était devenu insupportable. La vie va enfin pouvoir revenir. »

Rendre hommage

aux victimes

Sophie Camard n’est pas venue seule. Dans sa présentation, elle est soutenue par les familles des victimes, un habitant de la rue et Franck Caro, directeur général du SPLA-IN Aix-Marseille-Provence. Toutes les parties impliquées ont fait le déplacement. Certains proches sont présents par visioconférence, comme les parents de Simona, une étudiante italienne de 30 ans. “ Une partie de notre cœur est restée à Marseille avec notre fille », témoigne la maman de l’autre côté de l’écran. Elle pourra venir méditer dans un espace mis à disposition par le projet, conçu en concertation avec ses proches.

« Ce vide était devenu insupportable. La vie va enfin pouvoir revenir »

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Mohamed Amra fait l’objet d’une notice rouge d’Interpol
NEXT Des experts aideront le ministre à « moderniser » CBC/Radio-Canada