le tribunal se déclare « incompétent » pour juger plusieurs militants de la manifestation contre la réforme des retraites

le tribunal se déclare « incompétent » pour juger plusieurs militants de la manifestation contre la réforme des retraites
le tribunal se déclare « incompétent » pour juger plusieurs militants de la manifestation contre la réforme des retraites

L’une des infractions reprochées aux sept prévenus relevait du droit militaire, le tribunal de Rodez s’est référé à celui de Toulouse, compétent en la matière.

Il y avait du monde devant le palais de justice de Rodez ce mercredi. Accompagnés de nombreux sympathisants, plusieurs militants aveyronnais devaient répondre de plusieurs délits suite à une mobilisation le 1er juin à Millau. Ce jour-là, la sous-préfecture de l’Aveyron recevait plusieurs ministres pour la « Conférence des Petites Villes ». Au même moment, de nombreuses organisations altermondialistes et syndicats avaient lancé un appel à manifester sous le nom des « Intervilles du zbeul »…

Très rapidement dans la journée, un des manifestants a été interpellé suite à une bousculade avec des brigades mobiles en centre-ville de la Cité du gant. Plusieurs militants se sont ensuite rendus dans l’après-midi à la gendarmerie de Millau pour prendre des nouvelles de leur camarade. Sept d’entre eux étaient alors poursuivis pour « entrée frauduleuse sur un terrain attribué à l’autorité militaire ». Tous ont également refusé par la suite de se soumettre à un prélèvement d’ADN ou à une prise d’empreintes digitales…

«Je saisis le procureur de la République pour qu’il agisse mieux»

Ce mercredi 15 mai, ils s’attendaient donc à recevoir leur peine, une amende voire davantage de la part de la justice. Mais cela ne s’est pas produit. Le procès n’a pas eu lieu, selon le tribunal de Rodez “incompétent” gouverner. En effet, comme l’ont soulevé la défense et les avocats Me Pour Arnaud Cagnac et Aziza Dridi, la juridiction n’est pas compétente en matière pénale en ce qui concerne les infractions militaires… Ces dernières relèvent de la compétence du tribunal judiciaire de Toulouse. «Je saisis le procureur de la République pour qu’il agisse mieux»a conclu le président du jour.

“C’est magique, ils ne savent même plus comment nous poursuivre dans cette chasse antisociale”, souriaient plusieurs des partisans de l’accusé en quittant la salle, tout sourire. Car ce procès avait déjà commencé par un « couac ». Elle a été retardée de plusieurs minutes en raison des portes fermées du tribunal, ne permettant pas l’accès au public et donc la publicité requise des débats. Les juges ont alors demandé aux policiers de laisser entrer les militants.

«C’est un nouveau camouflet pour le préfet»

Qui, avant de partir pour le Sud Aveyron ou Vallon pour la plupart, a écouté l’un des prévenus, Christian Roqueirol, figure historique de la Confédération paysanne. Micro en main, ce dernier a regretté “le ridicule de la situation”. S’il ne sait toujours pas si le dossier sera désormais transmis à Toulouse, il a souligné “Répression sociale dangereuse et de plus en plus forte de la part du préfet de l’Aveyron”. « Nous sommes ici parce que nous avons dénoncé la réforme des retraites, même si la majorité de la population y est opposée. A Millau, nous sommes entrés dans la cour de gendarmerie à visage découvert et en toute quiétude pour simplement prendre des nouvelles de notre camarade interpellé. Le policier en place nous a même accueilli chaleureusement ! C’est incompréhensible d’être poursuivi suite à cela, c’est le résultat d’une politique de plus en plus antisociale et répressive. c’est surtout un nouveau camouflet pour le préfet”.

#Français

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV la ville de Dammartin-en-Goële victime d’une cyberattaque « majeure »
NEXT Federer a toujours des problèmes avec sa mégavilla en Suisse