Les libéraux se joignent en masse à l’APF pour sauver Francis Drouin

Les libéraux se joignent en masse à l’APF pour sauver Francis Drouin
Les libéraux se joignent en masse à l’APF pour sauver Francis Drouin

Les députés libéraux se joignent en masse à l’Association des parlementaires de la Francophonie (APF) pour protéger leur collègue Francis Drouin, président de l’organisation, d’un vote de confiance qui doit avoir lieu la semaine prochaine.

Dans la foulée du tollé soulevé par M. Drouin – qui a qualifié un témoin au Comité des langues officielles de « plein de conneries » – le député bloquiste René Villemure a convoqué une assemblée extraordinaire des membres de l’APF, où il agit à titre de deuxième vice-président. .

Depuis cet appel lancé vendredi dernier, le nombre d’élus libéraux inscrits à l’APF a pratiquement quadruplé, passant de 26 à plus d’une centaine en moins d’une semaine.

« Nous l’avions prévu dès le départ. C’était prévisible. Cela se passe comme nous l’envisagions», déplore René Villemure au téléphone. « Et vu l’arrogance avec laquelle ce sujet a été traité, cela ne me surprend pas. C’est un intérêt soudain pour la francophonie ! plaisante-t-il.

Il s’agit d’une stratégie « opportuniste » et « très partisane », selon le conservateur Joël Godin. « Les gens ont reçu un ordre de la fête. C’est comme une campagne électorale ou une course à l’investiture. Nous sommes en train de ranger la salle ! ricane celui qui était au premier rang le jour des faits.

Un mouvement perdu

La motion qui sera votée jeudi prochain, le 23 mai, propose que Francis Drouin soit relevé de ses fonctions au sein de l’exécutif de l’APF et qu’il ne puisse en faire partie des honorables membres après son destitution.

Avec l’ajout de nombreux libéraux, pas tous francophones, le nombre total de membres de l’APF, tous partis fédéraux confondus, est passé de 85 à plus de 170 entre la semaine dernière et aujourd’hui. Il pourrait encore augmenter compte tenu de la clôture des inscriptions mercredi soir, avant le vote prévu jeudi 23 mai.

Avec de tels changements dans la composition de l’APF, les chances que la motion soit adoptée deviennent pratiquement nulles, malgré l’appui des élus conservateurs et l’appui possible du NPD.

« Nous nous dirigeons probablement vers une défaite, et je trouve que cette défaite sera déshonorante. Nous le ferons savoir [quand on sera rendu là]», a indiqué René Villemure.

Le cabinet du ministre des Langues officielles, Randy Boissonnault, n’a pas souhaité commenter la situation.

Peu connue du grand public, l’APF permet aux élus de la francophonie qui en sont membres de voyager et de se réunir quelques fois par an. Ces réunions se tiennent notamment à Tahiti, Kigali, Bruxelles, Paris, Edmonton, Luxembourg et Tirana depuis 2020, selon un rapport de Journal publié l’année dernière.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV la droite dénonce les « résultats catastrophiques » des Écologistes à Lyon
NEXT Webinaire : Tout savoir sur le dispositif « Housing First » : Conférence à Besançon