les pistes de la police clarifiées

les pistes de la police clarifiées
Descriptive text here

Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a annoncé le déploiement de « nombreux moyens » pour mettre la main sur Mohamed Amra. 450 policiers et gendarmes sont sur le pont, la BRI nationale anti-gangs a également été dépêchée.

L’essentiel

  • Deux fourgons pénitentiaires ont été attaqués ce mardi dans l’Eure au péage d’Incarville.
  • L’attaque a eu lieu alors que le convoi pénitentiaire extrayait un détenu de Rouen vers Évreux. Le détenu s’est enfui avec les assaillants. Ils étaient au moins cinq, vêtus de noir et lourdement armés.
  • Ce mercredi, la chasse à l’homme se poursuit et le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a annoncé « de nombreux moyens pour retrouver la personne qui s’est enfuie et la bande qui l’a libéré ».
  • Pour l’heure, la trace des fugitifs se perd à quelques kilomètres du péage d’Incarville. Le commando a incendié les deux premiers véhicules avant de monter dans un troisième pour s’enfuir. Le harcèlement est également numérique. Des milliers de lignes téléphoniques et des dizaines de caméras de surveillance sont scrutées.
  • Par ailleurs, la Brigade nationale de recherche des fugitifs (BNRF) et la BRI nationale anti-gang ont été dépêchées pour assurer une fin rapide de la traque et mettre la main sur Mohamed Amra. Au total, plus de 450 policiers et gendarmes sont mobilisés dans l’Eure
  • Connu sous le surnom de « La Mouche », Mohamed Amra, 30 ans, détenu transféré via le convoi, est très mal connu des services de police et de justice.
  • Une enquête est ouverte pour « assassinat et tentative de meurtre en bande organisée – passible de la réclusion à perpétuité – évasion en bande organisée, acquisition et détention d’armes de guerre, association de malfaiteurs en vue de la commission d’un crime », a déclaré le ministère public lors d’une conférence de presse mardi soir.

En direct

22h32 – Que sait-on des assaillants ?

Mardi soir, le procureur de la République n’a fourni aucune information concernant les agresseurs du fourgon, hormis la rare violence dont ils ont fait preuve. On sait peu de choses sur eux, leur nombre est simplement estimé à « au moins cinq ». Ce mercredi soir, la chasse à l’homme se poursuivait.

21h47 – Une cagnotte constituée pour les obsèques d’Arnaud Garcia

Alors que le père du surveillant Arnaud Garcia est adjoint au maire et ancien commandant de gendarmerie de Blangy-le-Château, dans le Calvados, la mairie de la petite commune de 700 habitants a constitué un fonds pour ses obsèques. Près de 3 000 euros avaient déjà été récoltés mercredi soir. Il est possible de participer ici.

21:01 – “Il adorait son métier”, l’hommage poignant du père d’Arnaud Garcia

Mort dans la sanglante attaque d’un fourgon dans l’Eure mardi, Arnaud Garcia est décrit comme ayant été “un bon vivant” par son père, qui s’est confié à BFMTV. Evoquant « l’humour » qui caractérisait son fils, le père a indiqué qu’il « aimait son métier ». Et de conclure : « J’étais fier de mon fils. Il a tout réussi, que ce soit professionnellement ou au niveau familial.

20h17 – Ce que l’on sait des cinq agents pénitentiaires tués ou blessés lors de l’attaque du fourgon dans l’Eure

Ils étaient cinq, répartis dans deux véhicules. Parmi eux, un capitaine âgé de 52 ans, en poste dans l’administration pénitentiaire depuis 1996, pacsé et père de jumeaux nés en 2003, et un contremaître-brigadier en fonction depuis 2009, âgé de 34 ans, marié et qui s’apprêtait à devenir père. Ils sont tous deux morts dans l’attaque. Les trois autres agents, âgés de 48, 52 et 55 ans, « tous pères », selon le procureur de la République, ont été blessés.

19h33 – “Il n’était donc pas improbable qu’ils aient laissé des grenades ou des explosifs dans leur véhicule”

Proche Figaro, un démineur intervenu sur les lieux de l’attaque, notamment pour vérifier que le wagon-bélier n’était pas piégé, explique : « On nous avait prévenus que les assaillants étaient équipés d’armes de guerre. Il n’est donc pas improbable qu’ils aient laissé des grenades ou des explosifs dans leur véhicule, voire que la voiture ait été piégée. L’opération a duré une heure. Les assaillants, qui avaient tenté d’incendier le véhicule avant de prendre la fuite, n’avaient pas réussi à coincer la voiture.

18h43 – «Je veux à mon tour rendre hommage, au nom du gouvernement, à ces agents déchus»

A l’issue du Conseil des ministres, la porte-parole du gouvernement, Prisca Thévenot, a à son tour rendu hommage, “au nom du gouvernement”, aux agents tombés lors de l’attaque de la camionnette, ainsi qu’à leurs proches. . Elle a également assuré : « Nous n’épargnerons aucun effort ni aucun moyen pour garantir que les auteurs soient retrouvés, arrêtés et jugés pour les crimes qu’ils ont commis ».

18h13 – Emmanuel Macron annonce un hommage national aux surveillants pénitentiaires tués

En Conseil des ministres ce mercredi, le président de la République a annoncé qu’un hommage national serait rendu aux deux agents qui ont perdu la vie mardi dans l’Eure. Un hommage souhaité, car « la violence de l’attaque a stupéfié une partie du pays », a confié à Parisien » un participant, qui souligne que les conditions de cet hommage doivent encore être précisées dans les prochaines heures.

17h53 – Le blocage des établissements pénitentiaires maintenu jeudi

L’intersyndicale FO-UFAP-UNSA Justice-CGT-Syndicat des surveillants pénitentiaires entend poursuivre le blocus des prisons ce jeudi 16 mai. La décision a été prise après la réunion de plusieurs heures organisée avec le garde des Sceaux, Eric-Dupond. Moretti discutera des revendications des syndicats visant à améliorer la sécurité lors des transferts de prisonniers. Le blocus doit se poursuivre jusqu’à ce qu’un accord écrit soit envoyé aux autorités. « Un certain nombre d’engagements seront pris rapidement » par le ministère a déclaré Emmanuel Baudin, de FO, à l’issue de la réunion. « Nous attendons un communiqué de décisions qui nous sera envoyé le plus rapidement possible, apparemment demain matin. En attendant, nous maintiendrons la pression et les mouvements sur les établissements pénitentiaires », a-t-il ajouté.

17h11 – Le père d’un policier assassiné témoigne

« Mon fils adorait son travail. Il allait être papa”, s’est exprimé sur RTL Dominique Garcia, père de l’un des surveillants décédés. Il exerçait ce métier depuis 2009, avant de décéder ce mardi 14 mai. « Les amis, c’était toute sa vie », se souvient le père du policier Arnaud Garcia. “J’attends des réponses fermes de la part du gouvernement”, a-t-il ajouté. “Cet acte ne doit pas rester impuni.”

16:15 – Les 4 surnoms de Mohamed Amra

Alors que l’Office antidrogue OFAST le considère comme un trafiquant « d’envergure internationale », une figure de la drogue connue de Marseille aux Antilles, Le monde indique que l’homme est connu de la pègre et des réseaux du crime organisé sous quatre surnoms : « Momo », « The Fly ». Mais aussi « Yanis » et plus surprenant, « Schtroumpf ».

16h03 – « Un niveau super inquiétant a été atteint »

“Un niveau super inquiétant a été atteint, avec une attaque de grande envergure avec quasiment une colonne d’assaut, des armes de guerre et aucune chance donnée aux surveillants pénitentiaires” d’évacuer un détenu qui “n’était pas l’ennemi public numéro un” indique Grégory Joron, général secrétaire du syndicat de police de l’Un1té auprès duAFP.

15h51 – “Cet acte ne doit pas rester impuni” pour le père d’une des victimes

Ce mercredi, Dominique, le père de l’une des deux victimes d’Incarville (Eure) – Arnaud Garcia – s’est exprimé sur RTL, rendant hommage à son fils, un homme passionné et engagé dans son métier. Il attend désormais « des réponses fermes de la part du gouvernement. Cet acte ne doit pas rester impuni », a-t-il déclaré.

15h33 – Gabriel Attal assure que les auteurs « paieront pour ce qu’ils ont fait »

Ce mercredi, le Premier ministre Gabriel Attal est revenu sur la terreur vécue la veille dans l’Eure, au péage d’Incarville, où deux agents pénitentiaires ont perdu la vie après l’attaque de leur camionnette transportant un détenu par un commando armé. C’est une « larme pour la République ». Les auteurs « paieront ce qu’ils ont fait » a encore déclaré le premier locataire de Matignon depuis l’Assemblée nationale. « Non, nous ne bafouons pas les lois de la République. Non, on ne tue pas en toute impunité », a-t-il insisté.

Apprendre encore plus

Ce mardi, deux agents de l’administration pénitentiaire ont été tués et trois ont été grièvement blessés lors du braquage de deux fourgons au péage d’Incarville dans l’Eure. Le convoi transportait un détenu entre Evreux et Rouen. Il s’agit de Mohamed Amra, dit « La Mouche », récidiviste et condamné à 18 mois de prison avec sursis par le tribunal d’Evreux pour cambriolage, indique la Juridiction nationale de lutte contre la délinquance organisée. Il est également mis en examen pour meurtre et tentative de meurtre en bande organisée, passibles de la réclusion à perpétuité. Ce mercredi 15 mai, la traque se poursuit pour tenter de mettre la main sur le fugitif.

Des « moyens de coopération internationale » déployés selon Darmanin

« Nous avons déployé beaucoup de ressources pour retrouver la personne qui s’est enfuie et le gang qui l’a libéré dans des conditions ignobles. Des moyens de coopération internationale ont été mis en place à la demande du Président. J’espère, dans les jours qui viendront interroger à nouveau la personne, qu’elle répondra de ses actes, et de la bande d’assassins” a indiqué ce matin Gérald Darmanin sur RTL. « Ce n’était pas le plus gros délinquant que nous connaissions. La tuerie, les moyens disproportionnés mis en place pour libérer cette personne, ne correspondent pas au plus grand délinquant que nous ayons dans nos prisons. Nous devrons également juger cette personne. une sauvagerie qui affecte notre société», a poursuivi le ministre de l’Intérieur ce mercredi.

La BRI nationale anti-gang dépêchée

Les magistrats de la Juridiction nationale de lutte contre la délinquance organisée (Junalco) ont ouvert une enquête pour « assassinat et tentative de meurtre » et « évasion en bande organisée », confiée à l’Office central de lutte contre la délinquance (OCLCO) et à la police judiciaire de Rouen. . Dans cette chasse, les grands moyens sont mis en œuvre. La Brigade nationale de recherche des fugitifs (BNRF), la BRI nationale anti-gangs et les brigades de répression du banditisme de Rennes et Nantes sont sur le pont.

Le garde des Sceaux Eric Dupond-Moretti est allé à la rencontre des collègues du défunt pour leur témoigner son soutien, et sa détermination et celle de l’Etat dans l’idée de capturer « La Mouche » – Mohamed Amra – et ses complices, désormais considéré comme « l’ennemi public numéro 1 ». De son côté, le maire socialiste d’Alençon Joaquim Pueyo, ancien directeur des prisons de Fresnes et de Fleury-Mérogis, assure qu’« il va falloir trouver des solutions pour renforcer la sécurité de ces escortes. Les véhicules, les armes, sont adaptés aux fusils à pompe ou aux fusils d’assaut. Je crois qu’il y a beaucoup de réformes à faire”, a-t-il déclaré dans les colonnes du Figaro.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV depuis cinq ans, cette épicerie indépendante mise sur les produits locaux et bio
NEXT des panneaux solaires au lieu d’arbres – journal de 20 heures