Des repas à 1 euro dans les cantines de tous les collèges publics de Loire-Atlantique à partir de septembre 2024

Des repas à 1 euro dans les cantines de tous les collèges publics de Loire-Atlantique à partir de septembre 2024
Descriptive text here

Le département de Loire-Atlantique met en place un tarif solidaire dans toutes les cantines universitaires publiques. Le prix du repas sera calculé en fonction des ressources des familles. A partir de septembre 2024, il sera compris entre 1 et 5,30 euros.

La cantine, un mauvais souvenir de poisson ou de langue de bœuf aux câpres pour les uns, pour d’autres la garantie de manger équilibré et en quantité suffisante. Dans ce domaine, les inégalités sociales sont flagrantes.

Car ce sont les enfants des familles les plus précaires qui bien souvent ne restent pas à l’école pour déjeuner. Le département de Loire-Atlantique a donc décidé, en instaurant de nouveaux tarifs, de permettre au plus grand nombre de collégiens de pouvoir se restaurer quotidiennement à la cafétéria.

De 1 à 5,30 euros le repas dans les 83 collèges publics de Loire-Atlantique dès la rentrée prochaine. Le nouveau mode de tarification sera basé sur le quotient familial, plus équitable et automatisé.

Le Ministère souhaite contribuer à lever la barrière financière pour les familles

Département de Loire-Atlantique

Dans certains collèges, moins de 4 élèves sur 10 fréquentent la cantine, avec une moyenne plus élevée pour l’ensemble de la Loire-Atlantique de 8 sur 10.

Pour faciliter l’accès aux repas du midi, le Département proposera donc une tarification progressive à partir de 1 euro et plafonnée à 5,30 euros par repas selon un barème (9 tranches), sans qu’il soit nécessaire de monter un dossier d’aide. sociale.

Le calcul du prix est automatique. « Un prix attractif pour un repas équilibré, varié, de qualité, réalisé sur place par les chefs avec des produits frais, bio et locaux ». Le coût restant attendu de cette mesure est estimé à plus de 1 million par an pour le Département.

Le déjeuner est un moment convivial entre les jeunes et le Département entend faciliter l’inscription à la cantine des familles modestes.

Michel Ménard

Président du département de Loire-Atlantique

« Bien manger est un enjeu de santé publique et chaque élève doit pouvoir rester déjeuner dans son école s’il le souhaite. Le coût de ce service public ne doit pas être une charge pour les familles, nous y sommes très attentifs. C’est pourquoi nous mettons en place un nouveau mode de tarification, plus juste et qui sera généralisé à la rentrée 2024. ajoute l’élu socialiste.

Depuis septembre 2023, le Département teste le déjeuner pour les enfants à partir de 1 euro dans cinq collèges publics. Les premiers bénéficiaires ? établissements situés en zone d’éducation prioritaire. Avant la nouvelle tarification, seuls 40 % des élèves fréquentaient la cantine.

Après expérimentation, une augmentation de 21,5% du nombre de demi-pensionnaires a été observée entre la rentrée 2022 et 2023.

Pour un certain nombre d’enfants, le repas scolaire est le seul déjeuner complet, varié et équilibré de la journée.

En France, les étudiants issus de familles défavorisées sont deux fois moins susceptibles de manger à la cantine que les étudiants issus de familles aisées.

En Loire-Atlantique, lors de l’année scolaire 2020-2021, 76 % des élèves des écoles publiques étaient demi-pensionnaires. Ce chiffre tombe à 53% en REP (Réseaux d’Éducation Prioritaire) et 33% en REP+.

La cantine est un levier de réduction des inégalités sociales. Diverses études internationales le démontrent et plus récemment une étude française, réalisée fin 2017 pour le CNESCO (Centre national d’étude des systèmes scolaires) affirme que « des repas scolaires équilibrés améliorent la concentration en classe et permettent aux enfants d’obtenir de meilleurs résultats scolaires ».

« La pause déjeuner joue un rôle crucial dans la journée d’un collégien ; sur leur santé avec une contribution équilibrée, adaptée à leur âge et à leurs besoins, également sociale avec le plaisir de partager des moments hors cours avec leurs amis C’est également entre midi et deux que de nombreuses activités et ateliers sont proposés aux jeunes (culture, arts, sports). note le Département.

L’application de la tarification solidaire dans les collèges publics est une mesure phare de la démarche « diversité collégiale 2024 » lancée en avril 2023.

Chaque année, le Département finance un fonds collégial (700 000 € en 2024) qu’il verse directement aux collèges publics et privés pour soulager certaines familles des frais de cantine. Mais tout le monde ne le demande pas

Vincent Danis

Vice-président du Département de Loire-Atlantique chargé de l’Éducation et des politiques éducatives

« C’est pourquoi le Département s’engage en faveur d’une tarification sociale et solidaire, basée sur l’équité. Notre objectif : permettre à plus d’enfants de bien manger et donc de mieux réussir à l’école. Il s’agit d’une mesure essentielle pour réduire les inégalités sociales », souligne Vincent Danis, vice-président du département de Loire-Atlantique chargé de l’Éducation et des politiques éducatives.

4,5 millions de repas scolaires sont servis chaque année. La collectivité s’est fixé comme objectif d’atteindre le seuil de 75 % de produits bio et locaux dans la composition des repas d’ici 2027.

Actuellement, les repas sont composés en moyenne de 21% de produits bio et de 31% de produits locaux.

Dans la Sarthe, les prix de la restauration scolaire ont augmenté en janvier dernier. Le prix du repas a augmenté à la rentrée de 3,70 euros à 3,95 euros, soit une augmentation de 7%. En revanche, le prix pour les collégiens boursiers ne change pas (3,05 euros). Ces prix, réduits ou non, restent bien en deçà du coût réel d’un repas pour la collectivité, à savoir 10,80 euros.

Depuis le 1er janvier 2024, le Conseil départemental expérimente la tarification à un euro pour les trois collèges Rep+ (réseau d’éducation prioritaire+) du Mans (Costa Gavras, Joséphine Baker et Alain Fournier). La mesure concerne tous les élèves souhaitant manger à la cantine. Son impact sera évalué d’ici deux ans.

En Mayenne, la tarification sociale est en place depuis la rentrée 2023.

Retrouvez-nous sur nos réseaux sociaux et sur france.tv

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Moncton et Saint-Jean soumettent une soumission conjointe
NEXT Européennes : Bardella lance le compte à rebours vers une victoire annoncée à Perpignan : Actualités