« L’entretien du réseau routier est une priorité absolue »

« L’entretien du réseau routier est une priorité absolue »
« L’entretien du réseau routier est une priorité absolue »
Nizar Baraka, ministre de l’Equipement et de l’Eau, a souligné le rôle crucial du développement des infrastructures pour le Maroc. Selon lui, cela permettra de briser l’isolement géographique des régions et de répondre aux attentes des autorités dans le cadre de programmes contractuels visant à assurer un développement intégré au niveau de chaque région. Par ailleurs, cette initiative s’inscrit dans le cadre de la préparation de la Coupe du monde et d’autres événements majeurs que le Maroc accueillera avant et pendant l’année 2030.

Lors de la séance de questions orales à la Chambre des conseillers mardi, Baraka a présenté les projets routiers lancés en préparation de la Coupe du monde 2030 et d’autres événements internationaux.

Baraka a souligné qu’il existe “des projets d’infrastructures liés à la préparation du Maroc à accueillir des événements internationaux, notamment la Coupe du monde 2030”. Et d’ajouter que “nous avons élaboré un plan national des infrastructures routières à l’horizon 2040 les parties prenantes, car nous sommes convaincus de la nécessité de définir ce plan en impliquant les acteurs concernés, les élus et les ministères concernés”.

Par ailleurs, le ministre a précisé qu’il y a “des aspects liés à la Coupe du Monde, et SM le Roi a donné des directives pour prendre toutes les mesures nécessaires pour que nous nous conformions au cahier des charges de la FIFA, ce qui nécessite une vision intégrée et une mobilisation globale dans ce domaine”. , révélant que “nous avons eu une réunion avec le ministre de l’Intérieur, le président de la Fédération royale marocaine de football, les ministères concernés, les présidents de régions et les maires, pour élaborer une vision commune et coordonner nos efforts”.

Le responsable gouvernemental a également évoqué plusieurs grands projets routiers, dont le projet d’autoroute continentale reliant Rabat à Casablanca, qui devrait être achevé d’ici 2030. Cette autoroute sera adjacente au grand stade qui sera construit dans la ville de Benslimane, qui permettra c’est le plus grand stade d’Afrique. “C’est une valeur ajoutée majeure qui va grandement valoriser ce stade, qui sera le plus grand d’Afrique”, a déclaré le ministre.

Nizar Baraka a également présenté une série de projets routiers en cours. Outre l’autoroute reliant Guercif à Nador, de grande importance, il a évoqué le projet d’autoroute Casablanca-Berrechid, ainsi que celui reliant Tit Mellil à Berrechid, tous deux récemment lancés et couvrant une distance de 30 kilomètres. Par ailleurs, il a annoncé que les études relatives au projet d’autoroute entre Fès et Marrakech, via Béni Mellal et Khénifra, ont été achevées, soulignant leur importance dans la revitalisation de ces provinces. Répondant aux directives royales, le ministère de l’Equipement travaille à étendre le réseau autoroutier national à 3.000 kilomètres à moyen terme, a ajouté le ministre.

Désenclavement des provinces isolées

Dans un effort continu pour améliorer l’accessibilité et le développement socio-économique, le ministère de l’Equipement et de l’Eau, dirigé par Nizar Baraka, a dévoilé le lancement d’une série d’initiatives ambitieuses visant à moderniser et étendre le réseau routier du Maroc. Parmi ces initiatives, une nouvelle vision du désenclavement des provinces est au cœur des préoccupations, avec des accords majeurs signés avec plusieurs régions.

Dans ce sens, Nizar Baraka a annoncé que son ministère avait signé des conventions d’un montant de 20 milliards de dirhams avec six régions et qu’il travaillait à la conclusion d’autres conventions avec d’autres régions, dans le cadre d’une nouvelle stratégie visant le désenclavement de certaines provinces.

A cet égard, le ministre a souligné que la préservation du bilan actuel du réseau routier national demeure une priorité absolue pour son ministère dans le cadre de la politique routière. A cet effet, environ 3 milliards de dirhams, soit environ 46% du budget total alloué aux routes, sont consacrés chaque année à cette mission.

Parmi ces fonds, 1,250 milliards de dirhams sont spécifiquement destinés à la réhabilitation des routes locales, dans le cadre du programme de réduction des disparités territoriales et sociales. Le ministre a également souligné que près de 63,9% du réseau routier est en état bon à moyen, grâce à la réalisation annuelle de 2.000 kilomètres d’opérations d’entretien, dont le renforcement, la réparation, l’élargissement des routes, et l’entretien de près de 50 ouvrages techniques chaque année. .

Identification de 340 points noirs sur les routes nationales

Par ailleurs, le ministre de l’Equipement et de l’Eau a souligné lors de la même séance que de nombreux tronçons des routes nationales sont sujets à des accidents fréquents, avec 340 points noirs recensés par son département.

En réponse à une question orale à la Chambre des Conseillers, Baraka a expliqué que le ministère a élaboré une stratégie l’Agence Nationale de la Sécurité Routière (NARSA) pour accélérer les réparations sur les tronçons dangereux et réduire ces points noirs.

Il a précisé que 15 points noirs ont été traités en 2023 et que cette opération se poursuivra à un rythme soutenu. Parmi les réalisations, Baraka a cité la réhabilitation de la route nationale n°9 entre Marrakech et Ouarzazate, ainsi que le tronçon de route régionale n°413 reliant Meknès à Souk El Arbaa sur 88 km.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Ce qu’il faut savoir sur la deuxième édition du festival « Quand je sera petit.e », à Boulogne
NEXT un charmant nid douillet à 234 900$