Plus de 70 000 étudiants en Indre-et-Loire confinés en même temps pendant plusieurs minutes pour un exercice de sécurité

Plus de 70 000 étudiants en Indre-et-Loire confinés en même temps pendant plusieurs minutes pour un exercice de sécurité
Plus de 70 000 étudiants en Indre-et-Loire confinés en même temps pendant plusieurs minutes pour un exercice de sécurité

Une forte tempête touche l’Indre-et-Loire et une partie de l’ouest de la France. Donc le scénario de départ d’un exercice des mesures de sécurité grandeur nature menées mardi 14 mai dans les 472 établissements scolaires publics, de la primaire au lycée, du département. Un exercice sécuritaire d’une ampleur inédite, jamais réalisé auparavant, pour tester les capacités de coordination de la préfecture et de l’académie. Au total, plus de 70 000 étudiants se sont confinés en même temps.

Coordination entre la préfecture et l’académie

Lorsqu’une telle crise survient, c’est la préfecture qui donne l’alerte et décide de déclencher le plan de sécurité spécifique qui peut être mis en place lors d’un sinistre tel qu’un incendie, une inondation, un accident chimique ou un attentat. L’académie est à son tour prévenue et doit faire passer le message à tous les établissements qui doivent appliquer ce plan à leur échelle et confiner les étudiants.

« Dans notre établissement, nous disposons de six chambres pour confiner nos 470 étudiants, explique Laurent Thieux, le proviseur du collège Léonard de Vinci de Tours, où s’est déroulé l’exercice. L’objectif est de scotcher les fenêtres pour éviter que les vitres n’explosent et ne blessent les élèves. Ensuite, nous avons quelque chose à écouter de France Bleu Touraine qui doit nous donner les informations et les actions à mener. France Bleu Touraine, à l’instar des stations du réseau France Bleu qui ont passé une convention avec le ministère de l’Intérieur, est effectivement la radio de référence à écouter en cas de crise.

« Des réflexes à avoir »

« L’objectif avec un exercice comme celui-ci est de travailler la coordination entre la préfecture, l’académie et la transmission de l’alerte sur le terrain » analyse le préfet d’Indre-et-Loire Patrice Latron. « L’un des premiers enseignements à tirer est qu’il y a un gain de temps à faire dans la transmission de l’alerte ». Pour le préfet, ces gestes sont “Les réflexes à avoir, quel que soit le type de menace, ces réflexes sont les mêmes.”

#Français

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

NEXT Encore plus de goût et de soleil avec cette plancha à gaz dont le prix part en fumée