Un propriétaire accumule 100 000 $ de loyer impayé

En début de semaine, M. Bouchard s’est rendu à l’adresse de ce locataire, rue Gill à Granby, avec la police, suite à un appel.

« Un réseau de prostitution est découvert dans l’appartement. Ils ont emmené un gars menotté parce qu’il était recherché par la police », explique-t-il.

Ça se prépare. “Là nuittout est un montrer

28 arrêts à la même adresse

Vu de l’extérieur, l’état du logement n’augure rien de bon. “Ils ont cassé ma fenêtre, la nouvelle porte est défoncée… J’ai hâte de voir l’intérieur.”

Il pourra constater l’état de l’intérieur le 22 mai, date de l’avis d’expulsion délivré par le Tribunal administratif du logement (TAL).

“J’ai hâte de voir”, a-t-il déclaré.

Ce quartier est connu pour être mouvementé. « C’est l’une des pires rues de la ville », a-t-il déclaré.

>>>>>>

Voici l’état dans lequel Alexandre Bouchard a déjà retrouvé certains de ses appartements après le passage de locataires négligents. (Alexandre Bouchard)

Cet immeuble de Gill Street lui donne du fil à retordre. Rien que pour cette adresse, il a reçu 28 jugements de la Cour en sa faveur en huit ans. Y compris celui du lundi.

Propriétaires sans recours

Alexandre Bouchard est actuellement propriétaire de 120 logements, répartis entre « huit ou neuf immeubles », précise-t-il.

Il se décrit comme « un bon Samaritain propriétaire ». « Je suis très, très impliqué socialement, d’ailleurs je n’ai jamais fait de « rénovitions ».

« À un moment donné, on n’a plus envie de donner des chances. »

— Alex Bouchard, propriétaire de 120 logements à Granby

En donnant leur chance aux plus fragiles, ce propriétaire, qui affirme n’avoir augmenté ses loyers que de 2 à 4 % ces dernières années, commence clairement à perdre patience.

Il sait déjà qu’il ne reverra plus son argent. « C’est un dossier qui m’aura coûté 10 000 $ parce que j’ai fait confiance à quelqu’un », calcule-t-il.

Bénéficiaire de l’aide sociale, sans biens de valeur, son locataire problématique actuel sera, selon lui, incapable de rembourser les six mois de loyer impayé, encore moins de réparer le logement. Comme plusieurs autres avant elle.

>>>>>>

Encore un exemple de logement insalubre, au moment de la reprise de l’appartement par M. Bouchard (Alexandre Bouchard)

En 10 ans, Alexandre Bouchard a accumulé plus de 100 000 $ de loyers impayés, plus de 100 jugements en sa faveur et 50 appartements sens dessus dessous.

Pas de dépôt de garantie

« On voit beaucoup dans les journaux des locataires victimes de « rénovictions », c’est bien dommage, car il y a beaucoup de propriétaires sans scrupules, mais on voit rarement le revers de la médaille : les propriétaires sont pris en otage et qui sont on détruit tout», déplore M. Bouchard.

Selon lui, « le fléau du non-paiement des loyers est un phénomène croissant ».

“J’ai en main un jugement qui est en ma faveur, mais il est bon pour les égouts.”

— Alexandre Bouchard

Puisque l’État protège — jusqu’à un certain point — ces personnes, ces dernières étant incapables de rembourser et d’en payer le prix, pourquoi alors l’État ne rembourse-t-il pas les propriétaires lésés, se demande-t-il ?

“Ces gens sont tellement protégés qu’au final, cela ne les protège pas, parce qu’on ne veut plus d’eux.”

Avec le soutien du gouvernement, la situation pourrait être différente, selon lui : « Je donnerais des chances [à d’autres locataires] si j’étais un peu plus protégé par l’État.

>>>>>>

Le propriétaire Alexandre Bouchard (Stéphane Champagne/La Voix de l’Est)

L’absence de recours judiciaire dans de telles situations pour les propriétaires, « c’est le gros problème d’un système corrompu à plusieurs niveaux », analyse-t-il.

Pourquoi, donne-t-il comme autre exemple, l’immobilier est-il le seul secteur où aucun dépôt de garantie – ou dépôt de garantie – n’est exigé ? «Le dépôt de garantie est illégal au Québec pour le logement», rappelle M. Bouchard. Mais si je loue une voiture, une chambre d’hôtel, quoi que ce soit, ils prennent une carte de crédit ou une caution, c’est sûr.

Locataires sélectionnés

Cet argent perdu, le propriétaire voudra le retrouver d’une manière ou d’une autre, surtout dans un contexte où tout augmente — les impôts, les assurances, etc.

« C’est le prochain locataire qui va souffrir. Parce qu’à la fin, je dois me ressaisir, je suis une entreprise indépendante, je n’ai aucune subvention.

— Alexandre Bouchard, propriétaire

Il se dit désormais de plus en plus strict dans la sélection de ses locataires. « Nous demandons qu’il y ait un endosseur [en cas de non-paiement]on contacte l’ancien propriétaire, on gratte, on gratte… »

Quant à la locataire de la rue Gill, qui l’a « envoyé chier » cette semaine, il ne lui prédit pas d’avenir radieux.

« Les gens avec de bons dossiers ont déjà du mal à trouver un appartement, cette Madame n’en trouvera probablement pas. Elle va se retrouver dans un endroit sans abri.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Absente des marches depuis 35 ans, Meryl Streep reviendra à Cannes lors du 77e Festival… pour recevoir une récompense un peu particulière
NEXT Européennes : Bardella lance le compte à rebours vers une victoire annoncée à Perpignan : Actualités