Les « métiers humains » ont défilé sur les routes du Nord et du Pas-de-Calais ce mardi

Les « métiers humains » ont défilé sur les routes du Nord et du Pas-de-Calais ce mardi
Les « métiers humains » ont défilé sur les routes du Nord et du Pas-de-Calais ce mardi

Comme elles l’avaient annoncé, les associations du secteur médico-social ont manifesté massivement ce mardi matin en plusieurs points de la région, avec près de 2 000 personnes mobilisées selon le collectif « Professions humaines en péril ». A Lille, ils étaient près de 150 véhicules pour l’opération escargot qui s’est déroulée sur le périphérique nord-ouest et qui a provoqué des embouteillages sur plusieurs grands axes de la métropole. En Arrageois, environ 200 manifestants ont tenu deux barrages filtrants pour sensibiliser les automobilistes aux difficultés de leur secteur.

Nous nous mobilisons depuis trois ans mais rien n’a changé, s’enrage Stéphanie Hauchin, directrice générale du groupe Arras-Montreuil APEI, qui regroupe près de 500 salariés et 1.100 personnes accompagnées. Le secteur médico-social n’a pas été modernisé contrairement aux autres secteurs de santé avec le Ségur. Nous avons des professionnels qui, après quinze ans de service, sont toujours payés au Smic là où leur participation à l’accompagnement des personnes est essentielle. »

On se voit cet automne

D’autres actions ont eu lieu à Béthune, Calais, Lens, Boulogne-sur-Mer et Longuenesse, avec à chaque fois le même slogan pour ces salariés qui travaillent en EHPAD, en ESAT, auprès d’enfants handicapés en IME ou auprès de personnes sans abri : plus financier et humain. ressources, à l’heure où ces métiers souffrent d’un manque d’attractivité. “ Cela pose des difficultés de recrutement lorsque le secteur a besoin de travailleurs. Les bas salaires et la lourde charge de travail démotivent certaines personnes qui, bien que passionnées par leur métier, démissionnent », indique un salarié de l’APEI-Papillons Blancs de Béthune.

#Français

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV à Sciences-Po Paris, un débat « dur » et des « positions fermes » de la direction – Libération
NEXT salut fasciste et mime de singe, les supporters italiens brillent tristement à Marseille