Les militants pro-palestiniens veulent démystifier Chaim Weizmann

Les militants pro-palestiniens veulent démystifier Chaim Weizmann
Les militants pro-palestiniens veulent démystifier Chaim Weizmann

Contenu réservé aux abonnés

Les militants qui occupent l’Université de Fribourg depuis lundi veulent effacer la marque de ce docteur en chimie, premier président de l’Etat d’Israël.

Chaim Weizmann, docteur en chimie de l’Université de Fribourg en 1899, est considéré comme le père de la fermentation industrielle. ©DR

Chaim Weizmann, docteur en chimie de l’Université de Fribourg en 1899, est considéré comme le père de la fermentation industrielle. ©DR

Publié le 13/05/2024

Temps de lecture estimé : 2 minutes

Parmi les revendications de la Coordination étudiante pour la Palestine figure le démantèlement, à l’Université de la Miséricorde, de la plaque commémorative dédiée à Chaim Weizmann, premier président d’Israël (de 1949 à sa mort en 1952) et docteur en chimie de l’Alma mater en 1899. Les militants exigent également que soit rebaptisée la conférence annuelle portant le nom de cet homme d’État et scientifique, qu’ils décrivent, dans leur communiqué, comme « l’un des fondateurs de l’État colonial d’Israël et leader sioniste faisant campagne pour l’occupation du territoire palestinien ». territoires.

Occupation de l’Unifr : Ouverture d’un dialogue entre manifestants et rectorat

Organisées depuis 2009 par le département de chimie, sous la houlette de l’actuelle rectrice de l’Université de Fribourg Katharina Fromm, les Conférences Chaim Weizmann rendent hommage à une personnalité au destin hors du commun. Né dans l’actuelle Biélorussie, ce fils d’un marchand de bois et d’un médecin a étudié en Allemagne, à Darmstadt et à Berlin, avant d’obtenir son doctorat à la Faculté des Sciences de l’Université de Fribourg, alors nouvellement créée. Il enseigne à l’Université de Genève de 1901 à 1903.

Selon Dictionnaire historique suisseil fonde des associations sionistes à Berne, Lausanne et Genève, ainsi que la Éditions Judischer. Il intervint également lors de plusieurs congrès sionistes organisés en Suisse et présida l’organisation sioniste mondiale (de 1920 à 1931, puis de 1935 à 1946), ainsi que l’Agence juive à partir de 1929.

Mobilisation à l’UniFr : Une action montée pour la Palestine par un groupe informel

En 1918, il fonde aux côtés d’Albert Einstein l’Université hébraïque de Jérusalem, qu’il préside de 1932 jusqu’à sa mort. Considéré comme le père de la fermentation industrielle, il conseille le gouvernement britannique pendant la Seconde Guerre mondiale et fonde un institut de recherche à Rehovot, au centre d’Israël, qui porte aujourd’hui son nom. En 2005, l’ancien recteur de l’Université de Fribourg Urs Altermatt s’y rendit en visite officielle avec l’ancien conseiller fédéral Pascal Couchepin.

Admirateur de la structure politique suisse, Chaim Weizmann a voulu s’en inspirer en partie lors de la création de l’État d’Israël.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV [Les plus beaux villages de France] Aiguèze dans le Gard
NEXT un ancien prêtre ayant travaillé dans des colonies de vacances dans les Côtes-d’Armor condamné à 17 ans de réclusion criminelle