Quand les Lames d’Ariège recrée le temps d’un court métrage les épreuves d’escrime des JO de Paris 1924

Quand les Lames d’Ariège recrée le temps d’un court métrage les épreuves d’escrime des JO de Paris 1924
Descriptive text here

l’essentiel
Les Lames d’Ariège, section artistique du Cercle d’Escrime de Foix, ont participé à la reconstitution historique des Jeux de Paris en 1924, en hommage aux Olympiades qui s’ouvriront dans quelques mois dans la capitale.

Canotier, plumes dans les cheveux, robes à franges, appareils photo à soufflet, etc. Mais aussi machines à fumée et appareils photo dernier cri : en ce dimanche pluvieux, le Château de Fiches oscille entre les années 1920 et 2020. Ce week-end, l’hôtel particulier de Verniolle a été le théâtre d’une reconstitution historique, celle de la finale d’escrime des Jeux olympiques de Paris de 1924, mise en scène de main de maître par les Lames d’Ariège. Pendant deux jours, bretteurs et figurants se sont relayés pour faire revivre les combats d’il y a 100 ans, qui se termineront sous la forme d’un court métrage qui sortira avant les JO de 2024.

Lire aussi :
“C’est comme une grande famille” : Les lames de l’Ariège fêtent 10 ans d’escrime artistique et de voyage dans le temps

Finales féminines – les premiers Jeux auxquels elles participent –, finales masculines, à chaque touche, le public était aux anges, filmé sous toutes les coutures par tous les réalisateurs qui se relayaient derrière la caméra. « C’est un projet qui nous tenait à cœur, avec les Jeux de Paris en ligne de mire cette année, nous ne pouvions pas laisser passer cette opportunité. Nous avions vraiment envie de faire revivre ce moment pour tout le monde”, explique Pascal Dussol, président du cercle d’escrime de Foix. Les escrimeurs travaillent depuis septembre 2023 sur ce court-métrage dont une étape importante vient d’être franchie ce week-end avec le tournage des séquences d’assaut.

Chaque figurant pourrait être sollicité pour aider au tournage.
ML – DDM

Amateurs éclairés dans le tournage de courts métrages

Les lames de l’Ariège ne sont pas étrangères à ce type de reconstitution, la section artistique du cercle d’escrime de Foix n’en étant pas à son coup d’essai. Fondée en 2013, cette troupe d’escrimeurs se concentre avant tout sur l’aspect artistique de la discipline plutôt que de la pratiquer à des fins compétitives : une des raisons pour lesquelles on retrouve des hommes et des femmes de tous âges, qui s’attaquent rapidement à des sketches historiques ou à des créations de pure fiction. . « D’une certaine manière, cela satisfait l’enfant en nous de porter des costumes de toutes les époques pour nos événements », explique l’un des bretteurs. Depuis 2013, ils évoquent les Vikings, les chevaliers médiévaux, les mousquetaires ou encore Star Wars avec ses combats au sabre laser.

Lire aussi :
Escrime artistique : Lames d’Ariège présente son court métrage

En fait, la plupart des figurants sont des habitués du tournage et ont volontiers participé à l’exercice ; mais ils ont aussi réussi à réunir leurs proches pour remplir les bancs publics. « Cela me donne une excuse pour ne pas faire mes devoirs », s’amuse un jeune garçon. Même s’ils ont tourné pendant deux jours, jusque tard dans la nuit dans certains cas, on comprend que tout le monde soit ravi d’être là, au vu des blagues qui affluent et des rires échangés entre chaque prise. « Honnêtement, aucun regret de ne pas être au bord de la mer comme tout le monde », glisse l’un des figurants, tout de tweed vêtu, qui consacre son week-end de l’Ascension au tournage plutôt qu’au bronzage.

Le Château de Fiches a servi de décor au tournage.
ML – DDM

Pourtant, dès que le silence est demandé sur le plateau, on arrête de plaisanter et on se concentre. “On fait ça sérieusement sans se prendre au sérieux”, conceptualise Pascal Dussol, épaulé par son fils Gauthier, maître d’armes à Montpellier : “Il y a un investissement assez fou de la part des gens, ils sont tous passionnés et donnent d’eux-mêmes. Mais on ne le fait pas.” N’essayez pas de ne pas tirer les ficelles, les gens restent après tout des bénévoles. Au final, le court-métrage devrait durer entre 10 et 15 minutes et retracer cette finale olympique des vestiaires jusqu’aux interviews d’après-match : de quoi vous préparer aux véritables épreuves d’escrime à Paris dans quelques mois.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Cherbourg-en-Cotentin. Pourquoi Presqu’île en fleurs est « l’un des plus beaux événements du pays »
NEXT La Ville de Genève se veut durable pour la « toux »