L’épidémie de Mayotte peut-elle se propager à la France ? – .

L’épidémie de Mayotte peut-elle se propager à la France ? – .
L’épidémie de Mayotte peut-elle se propager à la France ? – .

La propagation de l’épidémie de choléra en France apparaît impossible. “En France métropolitaine, le risque épidémique est quasi nul., souligne François-Xavier Weill, responsable du Centre national de référence des vibrions et du choléra à l’Institut Pasteur. Une question qui inquiète de nombreux Français puisque l’épidémie de choléra à Mayotte a touché jusqu’à présent 67 personnes, dont une fillette de trois ans décédée en milieu de semaine dernière.

Pour rappel, le choléra est une infection intestinale provoquée par une bactérie. « L’infection se manifeste par des vomissements et des diarrhées sévères entraînant une déshydratation rapide », explique le responsable du Centre national de référence des vibrions et du choléra à l’Institut Pasteur. Un traitement comprenant des antibiotiques et des sels de réhydratation peut ensuite être administré aux patients.

Plusieurs facteurs contribuent à la propagation de l’infection au sein d’une population, comme le manque d’eau potable ainsi qu’un mauvais traitement des selles. Et en effet, Mayotte connaît depuis plusieurs mois une importante pénurie d’eau. « Cela pousse les gens à boire à des sources d’eau non contrôlées et potentiellement contaminées », déclare François-Xavier Weill. Sur ce point, “l’Etat continuera à distribuer de l’eau autant que nécessaire” Et “des rampes d’eau ont été installées dans certains quartiers”a déclaré ce vendredi le ministre chargé de la Santé Frédéric Valletoux, en déplacement sur l’île.

Entre 0 et 7 cas par an, quasiment aucune transmission

La France n’étant pas confrontée à ce problème d’accès à l’eau courante, le risque d’épidémie est donc extrêmement réduit. « Nous avons un accès rapide aux diagnostics de laboratoire et nous ne rencontrons pas de problèmes d’accès à l’eau potable ou à l’assainissement. Chaque année, nous recensons entre 0 et 7 cas de choléra sur le territoire français sur des personnes ayant récemment voyagé, mais grâce aux infrastructures dont nous disposons, il n’y a quasiment jamais de transmission secondaire.souligne le responsable du Centre national de référence des vibrions et du choléra de l’Institut Pasteur.

La dernière grande épidémie de choléra en France métropolitaine remonte à 1974 et était localisée en périphérie de Marseille. « 12 cas avaient été recensés, dont 10 personnes porteuses de l’infection mais ne présentant pas de symptômes. Ils revenaient d’Afrique du Nord, où une épidémie de choléra était en cours, mais l’infection ne s’était pas propagée. ne se propage pas. »

Mais à Mayotte, la situation est différente puisque l’accès aux soins est bien plus complexe. Frédéric Valletoux a reconnu les difficultés auxquelles sont confrontés le système de santé et le personnel soignant sur l’île, qui ne compte qu’un hôpital et cinq médecins urgentistes, pour quelque 31 000 habitants selon des chiffres officiels de population, sans doute largement sous-estimés. . « Les équipes ici souffrent car elles sont soumises depuis longtemps à des rythmes extrêmement tendus en permanence »il a noté.

Mais si le responsable de l’Institut Pasteur se veut rassurant sur la situation en France, il se veut aussi rassurant pour Mayotte. Alors qu’aux Comores, les îles voisines, l’épidémie actuelle flambe et a déjà fait 98 morts, la situation serait différente dans le 101e département français. « Nous n’atteindrons pas de tels chiffres. Notre département dispose encore de plus d’infrastructures sanitaires que les Comores. Le choléra ne s’y propagera pas aussi vite et la campagne de vaccination est en cours”, il assure. Actuellement, 3 700 personnes ont été vaccinées à Mayotte, selon le ministre chargé de la Santé.

Et en Guadeloupe, où les habitants sont également actuellement confrontés à des difficultés d’accès à l’eau potable, le risque d’épidémie de choléra semble également très contenu. « Il n’y en a jamais eu même si Haïti a fait face à plus d’un million de cas depuis 2010. Cela montre que le système de santé y est efficace »il dit.

#Français

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Élections européennes. Pour les agriculteurs de la Manche, une Europe essentielle mais perfectible
NEXT depuis la tempête, son entreprise est coupée du monde en Haute-Loire