Dominic Lobalu peut courir sous les couleurs suisses

Dominic Lobalu peut courir sous les couleurs suisses
Descriptive text here

La croissance du produit intérieur brut (PIB) suisse devrait être pénalisée cette année par la faiblesse de l’économie de la zone euro. En revanche, l’inflation devrait rester dans la fourchette de 0 à 2% fixée par la Banque nationale suisse, anticipent les économistes de l’UBS.

La croissance du PIB devrait atteindre 1,3% cette année, puis 1,5% en 2025, les experts de la triple banque pariant sur une amélioration de l’économie européenne qui devrait soutenir l’industrie suisse.

“L’inflation en Suisse a diminué de manière significative au cours des 12 derniers mois, à mesure que les prix des produits alimentaires et de l’énergie se sont stabilisés et qu’il y a eu peu d’effets de second tour”, indique mardi le rapport. Ces effets, c’est-à-dire des hausses de salaires entraînant à nouveau des hausses de prix, ne devraient pas être significatifs au cours des prochains trimestres. Les spécialistes d’UBS anticipent donc une inflation de 1,2% en 2024, puis de 1% en 2025.

Deux baisses de taux de la BNS

UBS prévoit que la Banque nationale suisse (BNS) abaissera son taux directeur de 25 points de base en juin et septembre, à 1,00%, contre 1,50% actuellement. Cette prévision « suppose que l’inflation restera confortablement dans la fourchette cible et que la croissance économique devrait rester inférieure à la tendance ».

Toutefois, deux éléments pourraient gâcher la fête. L’inflation a été supérieure aux attentes, à 1,4 % sur un an en avril, et au-dessus du niveau de 1,0 % de mars. Une autre surprise haussière en mai pourrait inciter la BNS à maintenir son taux directeur inchangé lors de sa réunion de juin et à retarder la prochaine baisse des taux jusqu’en septembre.

Par ailleurs, si l’inflation dans la zone euro et aux Etats-Unis ne ralentit pas suffisamment, les banques centrales concernées pourraient reporter leurs premières baisses de taux. Comme le franc devrait encore se déprécier par rapport à l’euro et au dollar, la BNS pourrait également décider d’attendre jusqu’en septembre pour procéder à un assouplissement de sa politique monétaire.

Comme les attentes du marché reflètent déjà deux baisses de taux d’intérêt de la part du gardien du franc, le potentiel de baisse des rendements est limité. Les experts estiment que les taux des obligations de la Confédération suisse à 10 ans évolueront latéralement autour du niveau actuel de 0,7% au cours des prochains mois.

En outre, la consommation suisse reste soutenue par un marché du travail solide. Même s’il a récemment perdu beaucoup de dynamisme, le chômage reste à un niveau très bas dans le pays. Le taux de chômage est attendu à 2,3% cette année, puis à 2,4% en 2025.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats/awp

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV En Nouvelle-Calédonie, Marine Le Pen plaide pour un nouveau référendum (un revirement spectaculaire)
NEXT un réseau de bus 100% électriques entre en service à Dakar