Père et fils abénakis se mettent aux pédales de guitare

Ingénieur en mécanique de formation, Charles Rousseau de Granby a eu le virus de la guitare à l’âge de 15 ans sans imaginer un jour qu’il concevrait et fabriquerait ses propres pédales permettant des variations sonores presque infinies.

« N’ayant pas assez d’argent pour m’en acheter une, j’ai loué ma première guitare. Au début, je jouais à l’oreille, puis j’ai pris des cours et j’ai suivi une formation technique en son pendant un an à Drummondville», indique Charles Rousseau, en entrevue avec La voix de l’Est.

Nom d’origine amérindienne

L’origine du nom de l’entreprise fait référence à la Première Nation Abénakie que revendique haut et fort cet entrepreneur.

« Selon certains textes, un homme venu de l’Ouest aurait été adopté par les Abénakis. Considéré comme un héros puisqu’il a aidé ce peuple à remporter plusieurs batailles contre les colons, on lui a donné le nom de Wawanolett, qui signifie en langue abénakise : celui qui trompe et éloigne», dit M. Rousseau.

Une pédale de guitare est constituée d’un boîtier métallique dans lequel sont installés des composants électroniques.

>>>>>>

Les composants électroniques d’une pédale avant d’intégrer un boîtier métallique. (Stéphane Champagne/La Voix de l’Est)

« J’ai testé beaucoup de composants pour trouver la recette magique. »

— Charles Rousseau

Pour les guitaristes, les artisans de Wawanolett fabriqueront des pédales surmultipliéede retard et de booster.

«J’ai acheté plus d’une centaine de pédales de guitare dans ma vie. Depuis longtemps, je rêvais de le concevoir. Ceux que nous commercialisons auront le son que je recherchais», souligne M. Rousseau.

>>>>>>

Thomas et Charles Rousseau espèrent que leur pédale d’overdrive Altosis sera appréciée des guitaristes. (Stéphane Champagne/La Voix de l’Est)

Après avoir terminé ses études secondaires, son fils Thomas rejoint son père dans l’entreprise. « Mon fils est méticuleux et a beaucoup de patience. J’aime concevoir les pédales que Thomas fabriquera.

« Ayant un côté cartésien, je suis attiré par le côté technique de la musique », indique Thomas Rousseau qui est heureux de travailler avec son père dans un domaine qui le passionne.

Studio d’enregistrement

Dès qu’on franchit la porte de leur local, des guitares sont accrochées à un mur. L’ambiance est cosy puisque la compagnie abrite également un studio d’enregistrement.

« En 2012, j’ai fondé le studio Mikkorason – aujourd’hui le studio Kiunak – pour les auteurs-compositeurs émergents et les artistes locaux », mentionne Charles Rousseau.

>>>>>>

En plus de concevoir et fabriquer des pédales de guitare, Charles Rousseau exploite également un studio d’enregistrement à Granby. (Stéphane Champagne/La Voix de l’Est)

Les affaires vont bon train pour les deux entrepreneurs puisque M. Rousseau vient d’obtenir la confirmation d’une aide du niveau fédéral. Au total, Les Artisans Wawanolett pourront compter sur un coup de pouce financier d’Ottawa mais aussi du Québec.

« Ces sommes vont beaucoup nous aider à démarrer. Nous allons pouvoir développer notre site Internet et acheter nos matières premières nécessaires à la fabrication des pédales », indique Charles Rousseau.

D’ici un mois, les artisans Wawanolett pourront vendre leurs premières pédales via leur site Internet et leurs magasins spécialisés.

En avril dernier, la petite entreprise s’est démarquée au Défi OSEntreprendre comme gagnante au niveau local.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Cure de jeunesse pour Fort-Prével
NEXT Jeunes handballeurs en compétition en France métropolitaine