Colombie-Britannique | Fort Nelson menacé par de violents incendies de forêt, nouvelles évacuations

Colombie-Britannique | Fort Nelson menacé par de violents incendies de forêt, nouvelles évacuations
Descriptive text here

(Ottawa) Les évacuations d’habitants se poursuivaient lundi en raison de l’avancée des flammes qui menacent une ville de l’ouest canadien en proie à de violents incendies en début de saison.

“Les prochaines 48 heures seront décisives”, a déclaré Bowinn Ma, ministre de la gestion des urgences de la Colombie-Britannique, la province de la côte Pacifique.

Au total, près de 5 000 personnes ont reçu l’ordre d’évacuer dans cette région en raison d’un incendie jugé hors de contrôle et qui a dépassé les 5 200 hectares dans le nord près de Fort Nelson.

Après avoir connu l’année dernière la pire saison d’incendies de son histoire, le pays a connu l’un de ses hivers les plus chauds, avec peu de neige dans de nombreuses régions. Des conditions qui font craindre un nouvel été apocalyptique, d’autant que quelques incendies ont brûlé tout l’hiver.

“Nous sommes extrêmement inquiets”, a ajouté Bowinn Ma, lors d’une conférence de presse, évoquant des conditions difficiles avec une “forte sécheresse et l’arrivée de vents d’ouest”.

« Il est très rare qu’autant de personnes soient sous ordre d’évacuation à cette période de l’année », a-t-elle déclaré.

Au total, la province a enregistré 137 feux de forêt en cours lundi matin, dont 14 hors de contrôle.

Dans la province voisine de l’Alberta, des hélicoptères combattaient 45 incendies actifs, dont deux hors de contrôle.

L’une d’elles est particulièrement surveillée car proche de Fort McMurray, ville connue pour son exploitation de sables bitumineux, qui a été ravagée en 2016 par un incendie monstre, obligeant l’évacuation de 90 000 personnes.

Autre point chaud : le Manitoba, au centre du pays, où un incendie a déjà détruit 35 000 hectares et contraint l’évacuation de 550 personnes au cours du week-end. Le ministre fédéral de la Protection civile, Harjit Sajjan, s’est dit lundi “très inquiet” de la situation dans ces trois provinces.

Depuis ce week-end, les fumées de ces incendies sont responsables d’une dégradation importante de la qualité de l’air, une situation déjà vécue par des millions de Nord-Américains. Lundi, de l’autre côté de la frontière, le Montana, le Dakota du Nord et du Sud, le Minnesota et le Wisconsin ont été touchés.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Kylian Mbappé, élu meilleur joueur de Ligue 1 pour la cinquième fois avant de partir
NEXT ils ont choisi l’accouchement à domicile