Exécutifs municipaux | Montréal a dû transformer les primes en salaire, dit Valérie Plante

Exécutifs municipaux | Montréal a dû transformer les primes en salaire, dit Valérie Plante
Exécutifs municipaux | Montréal a dû transformer les primes en salaire, dit Valérie Plante

Montréal avait l’obligation légale de verser à ses 1 800 cadres l’enveloppe de 6 millions prévue pour leurs primes, même après leur abolition, a indiqué lundi Valérie Plante.

Le maire a été interrogé par l’opposition officielle sur les révélations de - concernant les nouvelles conditions de travail négociées pour les cadres municipaux de la métropole. Celles-ci prévoient que les exécutifs municipaux bénéficieront d’une augmentation récurrente de 3,5% de leur salaire qui représente « l’enveloppe monétaire ». [auparavant] prévu des primes», se réjouissait leur association dans un communiqué interne daté de fin mars. Cette augmentation s’ajoute à une augmentation salariale négociée de 2,15 % pour 2024 et de 2,5 % pour 2025.

En décembre, Valérie Plante et son directeur général, Serge Lamontagne, assuraient que les primes accordées pour l’année 2023 seraient « les dernières ». Personne n’avait précisé que cet argent serait simplement intégré aux salaires des cadres.

“C’est la loi qui l’exige”

Lundi, la mairesse de Montréal a fait valoir que son administration n’avait pas le choix de transformer les primes en salaires.

«C’est la loi qui exige que ce soit compté différemment, mais il n’y aura plus de primes année après année», a indiqué Valérie Plante, au conseil municipal. « Depuis le début de notre premier mandat, nous avons toujours fait preuve de beaucoup de transparence et de rigueur. »

Valérie Plante a été interrogée par le chef de l’opposition Aref Salem. « L’administration Plante a-t-elle entraîné les Montréalais dans une balade ? “, Il a demandé.

#Canada

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Limoux secoué par les intempéries
NEXT Les Québécois insatisfaits de l’offre politique