M. Fitzgibbon, terminez votre travail avant de partir ! – .

M. Fitzgibbon, terminez votre travail avant de partir ! – .
M. Fitzgibbon, terminez votre travail avant de partir ! – .

Désolé pour vous, M. Fitzgibbon, mais il est vraiment trop tard pour démissionner de vos nombreux postes ministériels. Vous êtes « condamnés » à terminer votre mandat d’ici les prochaines élections provinciales, en octobre 2026.

Le premier ministre François Legault a fait de vous son « numéro deux » depuis la réélection du gouvernement caquiste en octobre 2022.

Quand vous recevez un tel honneur et une telle marque de confiance de la part du Premier ministre, la moindre des choses est de lui en être reconnaissant en restant en fonction tout au long du mandat… Et pas avant les trois quarts du mandat, sous prétexte que vous avez j’en avais assez de la politique et de sa politique.

Je vous rappelle que rien ne vous a obligé à vous présenter à nouveau aux élections de 2022.

Grand bien à vous, vous avez été réélu et le Premier Ministre vous a confié plusieurs casquettes ministérielles, comme vous le souhaitiez, à savoir l’Économie, l’Innovation, l’Énergie et le Développement économique régional.

ÊTRE RESPONSABLE

Suite aux milliards de dollars que vous nous avez fait investir dans de nombreux projets industriels qui apparaissaient hautement pertinents et prioritaires, à vos yeux ainsi qu’à ceux de François Legault et du ministre des Finances, Eric Girard, je trouve inconcevable de laisser ouvertement entendez que vous pourriez démissionner avant la fin de votre mandat.

Par respect pour tous les Québécois qui ont cru en vous, il est trop tard pour quitter le bateau gouvernemental. Vous avez pris trop d’engagements financiers en notre nom. Par conséquent, vous devez mener à bien des projets coûteux.

DOIT PARTIR BIEN AVANT…

Monsieur Fitzgibbon, si vous n’étiez pas sûr de remplir votre mandat de superministre, vous auriez dû céder votre place à l’automne 2022 alors qu’encore une fois, en matière d’apparence de conflits d’intérêts, vous refaites les manchettes.

C’était suite à votre participation à une partie de chasse au faisan sur une île privée du lac Memphrémagog qui appartient à un groupe d’hommes d’affaires riches et influents bénéficiant de subventions publiques. Cela a provoqué un tollé de la part des partis d’opposition et de la population.

Mais heureusement pour vous, le Premier ministre n’a pas donné suite à l’expression : “Celui qui va à la chasse perd sa place.” Au contraire, il a continué à vous défendre et à faire de vous son puissant superministre de l’Économie, de l’Innovation, de l’Énergie et du Développement régional.

Même si en mai 2023, la commissaire à l’éthique Ariane Mignolet vous a blanchi dans cette affaire de chasse au faisan, elle a quand même tenu à vous mettre en garde (ainsi que tous vos collègues de l’Assemblée nationale) et a souligné l’importance de redoubler de prudence lors d’activités et d’événements auxquels les responsables politiques êtes invités.

CELA DIT…

Avec tous les enjeux économiques que vous affrontez actuellement et les engagements que vous avez pris pour les mener à bien, il serait véritablement irresponsable de tirer sa révérence avant la fin du mandat actuel.

M. Fitzgibbon, vous devez terminer votre mandat. François Legault a actuellement les bras occupés avec les problèmes gouvernementaux. Ce n’est pas le moment de lui transmettre vos multiples dossiers.

Je fais notamment référence au fameux « Plan d’action 2035 – Vers un Québec décarboné et prospère » d’Hydro-Québec qui prévoit des investissements sans précédent de 155 à 185 milliards de dollars d’ici 2035, soit une moyenne annuelle de 12 à 16 milliards de dollars.

Que dire des 150 projets industriels totalisant 13 500 mégawatts (MW) – soit le tiers de la capacité de production d’Hydro-Québec – qui sont actuellement sur votre bureau alors qu’à peine une poignée d’entre eux seront mis en chantier ? le gouvernement est-il vert ? Cette poignée s’ajoute aux 11 projets industriels qui avaient déjà obtenu le feu vert.

Et bien sûr « votre » secteur batterie. Les investissements déjà prévus dans le secteur des batteries totalisent jusqu’à présent 16 milliards de dollars. Et selon vous, Monsieur Fitzgibbon : « On finira à 20, 24 milliards peut-être ».

La concurrence mondiale dans le domaine des batteries de véhicules électriques est féroce. De nombreux projets risquent de tomber à plat en cours de route.

C’est pourquoi, Monsieur Fitzgibbon, vous devez achever votre mandat.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV restrictions de circulation et de stationnement à Paris
NEXT Européennes : Bardella lance le compte à rebours vers une victoire annoncée à Perpignan : Actualités