Un écrivain raconte ses souvenirs de la guerre d’Algérie à Cocumont

Un écrivain raconte ses souvenirs de la guerre d’Algérie à Cocumont
Un écrivain raconte ses souvenirs de la guerre d’Algérie à Cocumont

Par

Rédaction Le Républicain Marmande

Publié le

13 mai 2024 à 18h16

Voir mon actualité
Suivre Le Républicain Lot-et-Garonne

Guy Céspedes a quitté l’Algérie à l’âge de 4 ans. Ses vagues souvenirs d’anxiété pendant guerre l’a amené à écrire pour faire la lumière sur son exil forcé. Invité à Cocumont (Lot-et-Garonne) par l’association Cultur’Ailes à la bibliothèque intercommunale, l’auteur a consacré samedi 4 mai ses trois ouvrages, présentant notamment le premier, autobiographique : « Quitter Sidi, c’est un hymne à la famille et à la thérapie. valoriser ceux qui nous ont aidé sans trop parler de ce qui était négatif. »

Sidi, c’est Sidi Bel Abbès, la ville où il est né dans cette famille d’origine espagnole arrivée il y a cinq générations. Les souvenirs sont un peu diffus. Enfant, il garde le souvenir de la guerre, des communautés qui se déchiraient, « mais qui vivaient ensemble jusque-là ».

C’est aussi le souvenir de l’embarcadère, des côtes qui s’éloignent et larmes de son grand-père Joseph qui savait en ce mois d’août 1962 qu’il ne reviendrait jamais.

« L’image forte, c’est ce tournage sur le manège »

« J’ai encore des images de la petite enfance, en raison du traumatisme vécu, mais surtout à travers ce que me disaient les anciens. Rares photos où j’ai demandé une explication. L’image forte est cette fusillade sur le manège, quand mon père s’est précipité sur moi pour me protéger. C’est cette atmosphère lourde que peut ressentir un enfant que j’ai voulu mettre en lumière dans ce livre où j’évoque cet exil forcé, l’identité Pied noir et notre intégration dans un petit village des Landes après notre arrivée en 62. »

Après des études à Bordeaux, et revenu enseigner dans le même lycée de sa jeunesse, Guy Cespedes cultive alors un intérêt pour les livres et devient bénévole dans une bibliothèque. « C’est ma femme et mes enfants qui m’ont poussé à écrire ma première œuvre pour laisser une trace de l’identité Pied noir. »

Et de fil en aiguille, l’auteur de Quitter Sidi se prend au jeu de l’écriture : « Cela m’a donné envie d’écrire des romans, avec parfois des clins d’œil à l’Algérie, ce sont des romans de terroir. » Après l’excellent « Quitter Sidi », « Le fer et la flamme » puis « Un nouveau rivage » sont les derniers ouvrages de Guy Cespedes, en vente en ligne et dans toutes les librairies.

Suivez toute l’actualité de vos villes et médias préférés en vous abonnant à Mon -.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Attention, une partie de l’A64 sera fermée au public dans les nuits du 13 au 17 mai
NEXT découvrez tous les résultats des huitièmes de finale de coupes dans la Manche