Patrice Soudy prend les rênes du parti Renaissance avant les élections européennes

Patrice Soudy prend les rênes du parti Renaissance avant les élections européennes
Patrice Soudy prend les rênes du parti Renaissance avant les élections européennes

Comment avez-vous appris la démission de Robinson Barbier ?

Patrice Soudy : « Il a annoncé son départ sur les réseaux sociaux sans même m’avoir prévenu ni même interagir avec moi qui suis ici le numéro deux du parti. Pourtant, c’est lui qui, un an auparavant, m’avait poussé à mettre le pied dans la porte en vue des prochaines élections électorales. C’était normal de faire confiance à un jeune et de lui passer le relais. Depuis, il n’y a eu qu’un seul meeting, en septembre 2023, pas de quoi augmenter le nombre de nos militants… »

Est ce que tu comprends ça?

« Il a dit qu’il n’était plus en phase avec le parti et avec Emmanuel Macron. De 2017 à 2023, il était donc tout à fait d’accord et, en moins d’un an, il a changé d’avis ? Je n’ai pas l’impression que le président de la République ait autant changé en si peu de temps. Cela ne tient pas la route. C’est juste moi, mais peut-être qu’il a vu d’autres opportunités ailleurs pour gravir les échelons. »

“Il nous a craché au visage”

La forme vous a également agacé…

« C’est un manque de respect envers tous ceux qui ont fait campagne avec et avant lui. (Il fait référence à une tribune publiée sur le site de l’hebdomadaire d’extrême droite Valeurs contemporaines). Ce n’est pas à la hauteur d’un garçon qui a fait de brillantes études, qui est devenu avocat et qui aspire à des responsabilités politiques. Je suis peut-être un « vieux con », mais je crois à certaines valeurs, nous a-t-il craché au visage. Il n’aurait pas dû s’étaler ainsi. »

Dans quel état est la Renaissance dans l’Indre aujourd’hui ?

« Il n’y a plus de référent officiel puisqu’il n’y a pas eu d’élections internes. Par ailleurs, notre bureau a perdu deux de ses cinq autres membres avec le décès de Laetitia Guillot et de Colette Renard. Mais il ne vous a pas échappé que des élections européennes approchent. Paris m’a contacté et j’ai accepté de reprendre du service officieusement, je ne prétends pas redevenir référent départemental de la Renaissance dans l’Indre. »

Quel sera votre rôle ?

« Mon rôle sera de réactiver le mouvement, fédérer, coordonner les équipes (le parti réclame “une trentaine de sympathisants et adhérents” dans l’Indre) avant l’élection d’un nouveau bureau. Nous avons déjà repris les collages, nous allons organiser des rencontres. J’ai contacté le député François Jolivet (Horizons) qui accepte de participer à la campagne. Il invitera les partisans des composantes majoritaires. »

La dynamique est compliquée pour votre camp en vue des élections européennes du 9 juin. Comment l’inverser ?

« Les sondages sont clairs : le RN dépasse les 30 % (d’intentions de vote) alors qu’on peine à atteindre les 20 %. Inverser la tendance est impossible, mais combler l’écart l’est. Le problème c’est que les gens voteront contre Macron mais l’enjeu de cette élection c’est l’avenir de l’Europe et donc celui de la France. L’Europe est un point de passage nécessaire dans le monde d’aujourd’hui pour rivaliser avec les États-Unis, la Chine et d’autres blocs. J’aime mon pays mais, seule, la France ne joue pas dans le même championnat. »

Comment la guerre en Ukraine change-t-elle les enjeux ?

«On ne le dit pas assez, mais l’Union européenne s’est construite sur un projet de paix. Grâce à elle, il n’y a pas eu de guerre sur notre territoire depuis un siècle alors que les coups de feu n’ont sans doute jamais autant retenti à travers le monde. Aujourd’hui, c’est à nous. Nous n’allons évidemment pas envoyer nos troupes se faire tuer en Ukraine mais Macron a raison d’évoquer ce sujet. Si nous disons à Poutine « Ne vous inquiétez pas, nous n’irons pas », donnons-lui les clés de la maison. Il n’a pas de limites. Faisons-le réfléchir. »

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV « Des goulots d’étranglement » à Francisation Québec
NEXT 99 pharmacies sur 118 en grève jeudi 30 mai dans le Lot-et-Garonne