La Gambienne Aisha Fatty, le chef d’entreprise Abdoulaye Thiam, les vidéos salaces… – À l’origine d’une affaire de sextorsion présumée… – .

La Gambienne Aisha Fatty, le chef d’entreprise Abdoulaye Thiam, les vidéos salaces… – À l’origine d’une affaire de sextorsion présumée… – .
La Gambienne Aisha Fatty, le chef d’entreprise Abdoulaye Thiam, les vidéos salaces… – À l’origine d’une affaire de sextorsion présumée… – .

Elle est finalement entre les mains de Lady Justice. En effet, la redoutable mais redoutable Special Cybersecurity Division (Dsc) était depuis des années sur les traces du Gambien. Aisha Fatty peut pousser un soupir de soulagement.

Aisha Thiam, a été arrêtée à Karang, à la frontière sénégalo-gambienne, selon des sources concordantes.

De cette affaire, nos confrères du quotidien Les Echos ont écrit qu’il détient des captations de vidéos obscènes et explosives du PDG d’une société informatique du nom d’Abdoulie Cham (un Sénégalo-Gambien)

Selon le récit du journal, A. Thiam et A. Fatty se sont rencontrés en février 2021, par l’intermédiaire d’un ami de Thiam, un certain M.Diaw. Le Gambien est ensuite venu au Sénégal pour suivre un traitement médical avant de rentrer chez lui. Ils finissent par tomber amoureux. Pour combler la distance, le couple a échangé via des appels vidéo, qui pourraient se transformer en séance de strip-tease.

Ce qu’Abdoulaye Thiam ne savait pas, c’est que sa fiancée gambienne en a profité pour filmer ses images nues, dans un but bien précis, souligne le journal. Lequel précise que A. Fatty a fini par montrer son vrai visage en menaçant le comptable de divulguer ses captures sur les réseaux sociaux.

Paniqué à la vue des images, il s’est empressé de saisir les hommes du commissaire Aly Kandé, les flics de la Dsc, pour abus de confiance et escroquerie à l’encontre des accusés. Il estime le préjudice financier à plus d’un milliard de francs CFA, dont 2 véhicules Mercedes et Benz Gle S3 et Gle 63S, coûtant respectivement 60 et 160 millions de francs CFA, et l’achat d’un bien immobilier à 19,5 millions de F CFA, et plus de 198 millions de francs CFA. millions pour l’achat d’une villa à la résidence Waterfront Fajara en Gambie ainsi que des bijoux en or estimés à 800 millions.

Activement recherché, A. Fatty était retranché dans une ville d’un pays arabe.

Nous comprenons que les biens en question seraient saisis, à l’exception de l’argent.

Dakarposte, qui suit l’évolution de cette affaire comme de l’huile sur le feu, promet d’y revenir en détail.

Qui est Thiam ?

Ce Sénégalo-Gambien a été cité dans ce que certains appellent prosaïquement « l’affaire de la limousine de Macky Sall » qui a pris feu à Ngueniène lors des obsèques du défunt secrétaire général du PS.

« Thiey Dakar » écrit que c’est Abdoulaye Thiam, le président de Computer Land qui avait acheté la Mercedes Maybach en question aux Etats-Unis, avant de procéder à un lifting du véhicule par des spécialistes mexicains.

Il a ensuite transporté la voiture jusqu’à Dakar pour l’offrir au chef de l’Etat. Mais il a eu du mal à sortir la voiture du port. Quoi qu’il en soit, l’Etat avait décidé d’acheter la voiture sous douane pour 375 millions de francs CFA, au lieu de l’accepter en cadeau.
Abdoulaye Thiam est connu pour avoir remporté plusieurs contrats de l’État dans le domaine informatique. En 2018, il lance la première usine de fabrication et d’assemblage de matériel informatique au Sénégal, à la technopole, pour un investissement de 10 milliards FCFA. Il est président de la fondation Computer Land qui soutient l’excellence académique en offrant des bourses et du matériel informatique aux étudiants et au ministère de l’Éducation nationale.

Mais la question qui mérite d’être posée est de savoir si Abdoulaye Thiam avait pris soin de procéder à tous les contrôles techniques et de sécurité nécessaires avant de transporter le véhicule à Dakar, notamment pour une voiture qui était destinée au Président de la République ?

En tout état de cause, l’accident survenu à Nguénièe, alors que le chef de l’Etat Macky Sall et son homologue malien Ibrahima Boubacar Keita, se trouvaient à bord du véhicule, avant d’être exfiltré par la garde présidentielle, suscite de nombreuses interrogations sur l’état réel de ce véhicule. . Ceci, même si selon certaines sources, la voiture avait un faible kilométrage.

On peut également s’interroger sur le traitement qu’a eu le véhicule dans le parc automobile de la Présidence de la République. Surtout si l’on sait que la voiture a fait l’objet de modifications.

En tout cas, l’affaire est à la fois inédite, surprenante et inquiétante, même si le pire a sans doute été évité.

Dans un autre registre, le même Thiam était au coeur d’une transaction de gré à gré de 41 milliards de francs CFA

Seneweb a publié le 11 juillet 2021 qu’Abdoulaye Thiam de Computer land, sa société la plus connue, avait bénéficié d’un marché de gré à gré de 41 milliards de francs CFA pour soi-disant créer des Espaces Numériques Ouverts (Eno). Mais depuis l’attribution du contrat, la livraison tarde. Ce qui n’a rien d’étonnant si l’on sait que ce sulfureux homme d’affaires, autrefois proche d’Abdoulaye Wade qui lui avait accordé un contrat controversé à l’Agence nationale informatique (Adie), n’en est pas à sa première fois.

Comme le révélait Libération, en décembre 2018, le projet de construction et d’exploitation d’une usine d’assemblage de matériel informatique avait été lancé en grande pompe à Technopole. Un marché qui devait être exécuté par la Société africaine des technologies de l’information (Sati), également contrôlée par Abdoulaye Thiam, que l’on dit proche de la Première dame. D’ailleurs, Sati assurait à l’époque que ses premiers smartphones seraient sur le marché « dans 9 mois ».

Mieux encore, le projet, dont le coût est estimé à 10 milliards de francs CFA, créerait « 10 000 emplois directs et indirects », chantait Sati. Mais, à ce jour, seule la première pierre, posée à l’époque, se trouve encore sur le site.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Une violente tempête géomagnétique pourrait déclencher des aurores généralisées au-dessus du Canada vendredi
NEXT déclenchement de la décompensation partielle de la subvention de l’État – .