Après Genève, Zurich se laisse aussi tenter par l’organisation de l’Eurovision

Après Genève, Zurich se laisse aussi tenter par l’organisation de l’Eurovision
Après Genève, Zurich se laisse aussi tenter par l’organisation de l’Eurovision
Lire aussi : Le versant politique de la victoire de Nemo à l’Eurovision : un troisième genre entrera-t-il dans le Code civil suisse ?

La ville de Zurich a organisé lundi une réunion en prévision d’une éventuelle candidature à l’organisation du concours Eurovision de la chanson en 2025. Elle félicite Nemo pour sa victoire. La RSS et l’Union européenne de radiodiffusion (UER) décideront probablement en septembre quelle ville de Suisse accueillera le concours 2025.

Palexpo officiellement en lice

Palexpo Genève “a déjà déposé sa candidature”, a indiqué dimanche le parc des expositions et des congrès. Palexpo indique travailler “depuis plusieurs semaines” les autorités genevoises pour accueillir l’un des “plus importants événements télévisuels mondiaux”. La structure genevoise précise qu’elle dispose de 32.000 m2 pouvant accueillir près de 15.000 spectateurs. Le parc des expositions peut également mettre à disposition l’ensemble de ses trois centres de conférences pouvant accueillir plus de 2 000 journalistes.

Lire aussi : Nemo, le retour triomphal à Zurich

Palexpo rappelle également que l’Union internationale des radiocommunications (UIR), prédécesseur de l’UER, a été créée à Genève en 1925.

Les villes de Bâle et de Saint-Gall intéressées

Bâle est également “prête” à accueillir la prochaine édition du concours Eurovision de la chanson, a déclaré dimanche le porte-parole du gouvernement de la ville de Bâle. Le canton souhaite approfondir la question avec les responsables du concours lors d’entretiens.

Notre éditorial : A l’Eurovision, c’est toujours l’Eurovision qui gagne

Christine Bolt, responsable du salon agricole Olma, souhaiterait également amener le concours à Saint-Gall, a-t-elle indiqué dimanche sur la plateforme Linkedin. Selon elle, la nouvelle salle Olma, inaugurée début mars, serait un lieu idéal pour l’événement. Il peut accueillir jusqu’à 12 000 personnes.

Berne, le canton d’origine de Nemo, n’est guère euphorique. Le conseiller d’Etat Philippe Müller (PLR) a annoncé lundi sur la plateforme X qu’il ne souhaitait pas que le Concours européen de la chanson (ESC) ait lieu à Berne. «L’ESC reste loin de Berne», écrit le chef du service de sécurité.

« Corrompu jusqu’à la moelle »

Selon Philippe Müller, le CES est « corrompu jusqu’à la moelle ». Cette année, la manifestation a également été marquée par l’antisémitisme et accompagnée d’événements violents qui ont provoqué des interventions policières.

Des propos qui ont profondément irrité le bourgmestre socialiste de Bienne, Erich Fehr. “J’ai honte d’être Bernois, j’ai honte de notre président du gouvernement”, a-t-il déclaré sur Canal 3 et Ajour.ch. Selon le bourgmestre de Bienne, chacun est libre d’avoir son avis sur le CES, mais il s’attend à ce que le président du Conseil exécutif bernois félicite au moins Nemo au préalable. La ville de Berne, de son côté, souhaite au moins vérifier si l’organisation d’un tel événement est possible compte tenu des nombreuses autres manifestations dans la ville fédérale.

A Lucerne, les gens sont également réticents. Selon le maire de la ville Beat Züsli, le seul site envisageable serait celui de la foire. La ville est en contact avec ses responsables. Cependant, des collisions de dates se profilent déjà car la Foire de printemps de Luga a lieu en même temps que l’ESC.

La question des coûts reste ouverte

Le lieu de la manifestation étant déterminant, la SSR ne peut pas encore se prononcer sur les coûts. Trente-six ans après sa dernière édition en Suisse, l’ESC revient dans le pays où il a été inventé et organisé pour la première fois, en 1956 : « C’est peut-être le moment de le réajuster et de le recalibrer », explique un porte-parole contacté par Keystone. -ATS.

Lire aussi : L’Eurovision 2025 sera « un défi financier » pour la RSS, Palexpo est déjà en lice pour l’accueillir

Elle rappelle qu’outre la SSR et la ville hôte, l’UER et les pays participants prennent en charge une partie des frais, sans oublier les sponsors ou la billetterie, qui participent également. Selon les experts, les coûts d’organisation de l’ESC 2023 à Liverpool se situeraient entre 27 et 36 millions de livres (30 à 40 millions de francs), indiquait la semaine dernière le Frankfurter Allgemeine Zeitung.

Lire aussi : Avec Nemo, la Suisse remporte l’Eurovision pour la troisième fois
 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Faute de moyens, la Fédération attend un geste de l’Etat – Agence de presse sénégalaise – .
NEXT Lancement de la feuille de route régionale de lutte contre les addictions – Le Petit Journal