Nogent-sur-Oise. La quatrième ville de l’Oise accueille le quatrième crématorium du département

La tâche a été confiée à Hervé Roberti, premier adjoint de Nogent-sur-Oise, d’inaugurer ce quatrième crématorium dans l’Oise. Photo de : obs-oh

Il y a trois ans, la ville de Nogent-sur-Oise a décidé de se doter d’un crématorium. Crématoriums de France (filiale de Funecap) a été choisi pour construire et gérer cet établissement en délégation de service public.

L’histoire ne dit pas si le maire de Nogent-sur-Oise, Jean-François Dardenne, a été retenu lors d’un barbecue, mais il n’a pas pu physiquement assister à l’inauguration du 4ème crématorium de l’Oise initiée par la volonté de son conseil municipal. et donc sous la houlette du premier magistrat. Plus grave, le maire était bloqué sur la route et c’est donc au pied levé que le premier adjoint de la ville, Hervé Roberti, a pris les commandes en coupant le traditionnel ruban inaugural.

Plus tard, après les interventions, la tâche a été confiée à Myriam Gervais, directrice de l’établissement, de présenter les tout nouveaux équipements. Des chambres spacieuses, très claires et à la fois neutres puisqu’elles se veulent respectueuses et adaptables à chaque confession. La mort fait partie de la vie. Un incontournable pour tout le monde, mais il faut avouer que de plus en plus de Français se sentent séduits par ce traitement de l’enveloppe corporelle.

« Nous sommes dans une salle pouvant accueillir 90 personnes, pour une cérémonie ou un hommage à la convenance des familles. Cela se prépare bien sûr à l’avance avec les proches. Nous vous proposons également un salon de retrouvailles baigné dans un espace de lumière. Un espace extérieur végétalisé permet des rencontres et des moments d’échange », explique le nouveau directeur de l’établissement avec naturel et avec une certaine conviction. Myriam Gervais est loin d’être une débutante dans le métier puisqu’elle était jusqu’alors responsable de l’espace de crémation du Père-Lachaise.

Cette inauguration s’est poursuivie par une visite où un sentiment de quiétude pour les uns se mêlait à celui d’un certain malaise pour d’autres. En effet, tout le monde n’a pas la même vision de la mort.

Objectif : réduire le temps d’attente

Ce lundi 13 mai, tout était fait pour mettre les visiteurs à l’aise. Ceux qui le souhaitaient pouvaient découvrir les coulisses et notamment la pièce maîtresse de l’établissement, le crématorium lui-même. Même expérimenté dans l’exercice, personne ne peut rester complètement indifférent à l’environnement de cette salle. Un rail en inox surmonté d’un plateau en inox accueille les cercueils qui peuvent être en bois ou en carton, mais qui doivent obligatoirement être validés pour la crémation. Toutes les opérations sont automatisées. La famille, si elle le souhaite, peut visualiser l’insertion du cercueil dans la machine de crémation grâce à une caméra. « Aucune flamme visible, aucune vision qui pourrait choquer, tout est fait pour que ce moment se passe sans encombre », rappelle Éloïse Lenoir, directrice d’un établissement en région parisienne et venue en renfort pour présenter le chantier au grand public.

A partir de juin, les équipements seront opérationnels 5 jours sur 7 avec possibilité d’ouverture le samedi. Cela laisse une capacité maximale de 1200 crémations par an.

Une offre indispensable

L’idée n’est pas tant d’atteindre une capacité maximale que de traiter un aspect local de la demande. Les responsables admettent qu’en cas de pic de demande des trois autres crématoriums du département, celui de Nogent-sur-Oise pourrait apporter sa contribution à la réduction des délais de traitement des défunts. En effet, il n’est pas rare d’attendre une semaine pour obtenir une place dans l’un des crématoriums. Ce délai, avec ce nouvel équipement, pourrait être réduit de 48 à 72 heures.

La cause de ces délais rallongés : l’augmentation croissante de la demande.

Un choix suivi par 45% de la population

Cédric Trouboul, directeur général adjoint des Crématoriums de France, a rappelé l’évolution de la demande au cours des quarante dernières années. Il y a quarante ans, seulement un pour cent de la population choisissait la crémation. Aujourd’hui, 45 % font ce même choix (plus de 50 % dans certaines régions, notamment dans le sud). « La pratique se développe et là où le délai d’attente pour des obsèques traditionnelles est de deux à trois jours, il fallait souvent attendre une semaine pour une crémation », souligne le directeur.

Ainsi, le bâtiment reste propriété de la ville. Un choix de délégation de service public qui explique aussi les délais d’exécution par la complexité des autorisations administratives complexes.

Un service public délégué

Hervé Roberti, l’adjoint au maire, a pris soin de rappeler ce qu’était le contrat de délégation de service public. Très attaché aux affaires publiques, le premier adjoint est revenu sur le choix de l’emplacement, à proximité immédiate du deuxième cimetière nogentais, envisagé comme un prolongement du service public.

« La crémation est une voie choisie par un tiers de la population. Nous exprimons ici le souhait d’améliorer l’offre funéraire. Confier la gestion déléguée, ce n’est pas abandonner la chose publique, mais offrir un service efficace et moderne », poursuit l’élu.

Une capacité annuelle de 1200 crémations

Enfin et pour être plus complet, il faut en moyenne 90 minutes pour consommer un corps. Celui-ci varie selon de nombreux critères, dont le poids, les qualités du cercueil et l’état de santé du défunt. La crémation se situe entre 750 et plus de 1200 degrés. Le site de Nogent-sur-Oise pourrait gérer au maximum cinq cérémonies quotidiennes. Ouvert cinq jours par semaine, le site peut donc potentiellement assurer 1 200 crémations par an.

Une pièce qui fait froid dans le dos et dont l’accès est interdit à la famille. La crémation se situe entre 700 et 1000 degrés. Photo de : obs-oh
L’accent est mis sur les espaces de réunion. La végétation est omniprésente. Photo de : obs-oh
Myriam Gervais, directrice, a fait visiter les équipements en ajoutant de précieuses explications. Photo de : obs-oh
Les Nogentais sont venus découvrir ce nouveau crématorium lundi 13 mai. Photo : obs-oh
Une inauguration musicale. Photo de : obs-oh
 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Éric Zemmour apporte « sa fraise » à la Foire de Sainte-Bazeille
NEXT Une agence Stavia pour louer des objets