Occupation pro-palestinienne aux Universités de Fribourg et de Bâle

Occupation pro-palestinienne aux Universités de Fribourg et de Bâle
Occupation pro-palestinienne aux Universités de Fribourg et de Bâle
>>>>

Ce contenu a été publié sur

13 mai 2024 – 15h48

(Keystone-ATS) Le mouvement de protestation contre Israël et de solidarité avec les Palestiniens a atteint lundi les Universités de Fribourg et de Bâle. A Fribourg, une centaine d’étudiants occupent paisiblement le hall du bâtiment Pérolles 21 depuis 11h30, a constaté Keystone-ATS.

Les manifestants réclament un boycott universitaire des institutions israéliennes et un cessez-le-feu immédiat et permanent en Palestine. Ils ont installé quelques banderoles proclamant notamment : « Stop au génocide, solidarité avec la Palestine » et « Complices unis, notre silence tue ».

En tant qu’étudiants, scientifiques, ou même simplement citoyens de Suisse, «nous ne pouvons pas continuer à contribuer à l’effort de normalisation de cet État colonial, à cet effort de guerre génocidaire et à cette situation d’apartheid», a indiqué la Coordination étudiante pour la Palestine dans un communiqué. .

« L’occupation d’aujourd’hui est un message d’espoir, un appel à la paix et à l’humanité », ont déclaré les étudiants. Ils ont ajouté qu’il s’agissait d’une action spontanée, sans leader ni leader.

Retrait d’une plaque commémorative

La Coordination appelle l’Université de Fribourg à mettre immédiatement fin à toute collaboration avec les institutions israéliennes, jusqu’à ce qu’Israël respecte un cessez-le-feu permanent. Cela nécessite également une transparence totale avec une liste exhaustive des collaborations avec Israël et aussi une position ferme de swissuniversities.

Les étudiants souhaitent également que l’institution retire la plaque commémorative, située dans le bâtiment Mercy, au nom de Chaim Weizmann, l’un des fondateurs de « l’État colonial d’Israël » et « leader sioniste faisant campagne pour l’occupation des territoires palestiniens ». Ils demandent également de renommer la conférence Chaim Weizmann organisée par le département de chimie.

Bâle emboîte le pas

A Bâle, une trentaine d’étudiants occupent depuis lundi matin le Bernouillanum, l’un des bâtiments universitaires, précise-t-on. Dehors, une cinquantaine de manifestants se sont rassemblés. Ils demandent à l’Université de Bâle « d’assumer ses responsabilités et de suspendre sa collaboration avec les institutions israéliennes ».

Les étudiants dénoncent les « tentatives d’intimidation » de la direction de l’université, qui a annoncé dimanche que l’accès n’était possible qu’avec une carte d’étudiant.

Cette nouvelle occupation fait suite à un mouvement amorcé à l’Université de Lausanne, qui s’est ensuite étendu dimanche aux écoles polytechniques de Lausanne et de Zurich ainsi qu’à l’Université de Genève et à celle de Berne.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Beauchemin confiant de trouver également du soutien chez les 16-25 ans
NEXT Un syndicat de l’Université du Manitoba souhaite plus de clarté sur les accords avec les donateurs