Bonhams accueille la collection Speelman à Genève

Bonhams accueille la collection Speelman à Genève

Publié aujourd’hui à 14h02

D’une certaine manière, l’aventure touche à sa fin. La dynastie Speelman ne remonte peut-être pas aussi loin que celle des empereurs chinois, mais elle a quand même commencé aux Pays-Bas au 19e siècle. Ces marchands d’art asiatiques transitent ensuite vers l’Angleterre, plateforme par excellence des productions d’Extrême-Orient. Jules rejoint ainsi très jeune son père Alfred en 1964. Il serait exagéré qu’il ait aujourd’hui abandonné toute activité commerciale. Toutefois, l’homme a compris que ses enfants ne prendront pas la relève. Une chose aujourd’hui commune à de nombreuses galeries ayant jusqu’ici traversé les générations sans difficulté. Alors que faire? Vendre au moins une petite partie de la collection. Il existe, notamment en Chine, une nouvelle clientèle pour ces œuvres, illustrant en l’occurrence la création bouddhiste tibétaine, népalaise ou himalayenne.

Partie de New York en septembre dernier, la sélection des œuvres est depuis passée par Los Angeles, Pékin (Pékin, si vous préférez), Chengdu, Shanghai, Hong Kong et Taipei (le grand saut entre les deux Chine !). Elle s’arrête jusqu’à jeudi à Genève, où Bonhams a ses bureaux suisses depuis 2014 (1). La galerie (où je connais depuis longtemps des jouets) se prête bien à l’exposition de vingt-cinq pièces accompagnées en tournée par Edward Wilkinson. Un gentleman avec une apparence et un accent très britanniques. L’ensemble partira ensuite pour Paris, où la vente aura lieu « en personne » le mardi 11 juin à 14 heures. « Nous avons choisi la capitale française car elle nous paraissait aujourd’hui la localisation la plus adaptée en Europe après le Brexit. » Mais comme le souligne l’expert, « une vente d’une telle qualité produirait partout les mêmes résultats à l’heure d’Internet ». Il faut dire que les estimations s’avèrent modestes, même si l’expert les trouve « très raisonnables ». On atteint rapidement des centaines de milliers d’euros (2).

Œuvre aux armes multiples du Tibert central, XVe-XVIe siècle.

L’ensemble s’avère être un musée. Cela m’a fait penser, à plus petite échelle bien sûr, à celui proposé au Musée Rietberg de Zurich par la fondation créée par Berti Aschmann. Une dame que j’avais rencontrée une fois. J’ai été étonné de constater que l’experte mondiale en art tibétain ancien était une Allemande souriante d’un certain âge. Elle m’a rappelé la Betty Bossi, résolument familiale, des recettes de cuisine suisse. Il existe à Genève de nombreux bronzes dorés, souvent petits, mais d’une finesse incroyable. Je pense au Vasudhara népalais du XVIe siècle, à six bras. A l’incroyable Usnishavijaya en argent et bronze doré. « Une pièce exceptionnelle », selon Edward Wilkinson. Ou encore le grand Vajrapani en laiton avec incrustations d’argent de l’Himalaya. Elle date des XIe-XIIe siècles. Il s’agit donc ici d’un contemporain de la statuaire romane. Il est parfois bon de risquer ce genre de comparaisons.

Une pièce de monnaie en cuivre doré du Népal, 14ème siècle.

Bien présenté, le tout est à découvrir jusqu’au jeudi 16 mai dans des vitrines situées au rez-de-chaussée du 10 rue Étienne-Dumont. Nous visitons de 10h à 18h. Il y a un numéro de téléphone, 022 300 31 60. Plus un site internet https://bonhams.com Allez-y! La visite en vaut la peine. Je ne vois pas qui pourrait présenter un si bel ensemble à Genève, autre que la Fondation Baur. Pas le MEG en tout cas !

(1) Depuis 2015, il existe également un bureau Bonham’s à Zurich.

(2) Les œuvres à moins de 50 000 euros seront vendues sans prix de réserve, comme s’il s’agissait de bagatelles.

Bulletin

« La semaine d’Etienne Dumont »

Chaque vendredi, retrouvez l’actualité culturelle croquée par le célèbre journaliste.

Ouvrir une session

Né en 1948, Étienne Dumont étudié à Genève qui lui furent de peu d’utilité. Latin, grec, droit. Avocat raté, il se tourne vers le journalisme. Le plus souvent dans les sections culturelles, il travaille de mars 1974 à mai 2013 à la Tribune de Genève, commençant par parler de cinéma. Viennent ensuite les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le constater, rien à signaler.Plus d’informations

Avez-vous trouvé une erreur ? Merci de nous le signaler.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Quel est cet événement dédié aux cerfs-volants qui s’envolera dans le ciel du Puy-de-Dôme les 24, 25 et 26 mai ? – .
NEXT Comparis prévoit une hausse des primes de 6% pour 2025