Menaces contre un procureur marocain

Menaces contre un procureur marocain
Menaces contre un procureur marocain

Hicham Jerando fait également face à des accusations criminelles pour ses menaces en ligne visant un avocat marocain.


Publié à 2h22

Mis à jour à 5h00

Un homme d’affaires montréalais qui aurait suggéré sur sa chaîne YouTube qu’un ancien procureur général du roi du Maroc soit « exécuté, puis ressuscité, puis de nouveau condamné et exécuté à mort » devra répondre d’un procès de 2 millions intenté devant le Supérieur. Cour du Québec par l’avocat marocain.

L’entrepreneur accusé, Hicham Jerando, fait également face à des accusations criminelles de menace de mort, pour les mêmes propos visant Najim Bensami, aujourd’hui conseiller au ministère marocain de la Justice.

M. Jerando a plaidé non coupable à ces accusations criminelles lors de sa comparution le 8 mars devant la cour municipale de Montréal.

L’homme d’affaires canado-marocain se décrit comme un militant anti-corruption sur TikTok, Facebook et YouTube, où il compte plus de 400 000 abonnés.

Il avait déjà été reconnu coupable d’outrage au tribunal en janvier dernier pour avoir refusé de se conformer à une ordonnance de la Cour supérieure du Québec lui ordonnant de supprimer des vidéos en arabe dans lesquelles il décrivait, sans preuve, un autre officier de justice marocain d’« avocat véreux » lié à un « réseau criminel de corruption lié au système judiciaire et au blanchiment d’argent ».

Dans cette nouvelle affaire, l’huissier de justice qui le poursuit, Najim Bensami, est une personnalité connue au Maroc pour avoir notamment instruit les procès liés aux attentats terroristes survenus à Casablanca en mai 2003. Ces attentats suicide, perpétrés par un groupe terroriste lié à Al-Qaïda contre le consulat belge et plusieurs entreprises dirigées par des juifs, a fait 33 victimes.

Sur sa chaîne YouTube, M. Jerando aurait accusé M. Bensami d’avoir « falsifié les aveux » des accusés qui ont été condamnés à 20 ou 30 ans de prison à l’issue de ces procès.

M. Bensami qualifie ces propos de « hautement diffamatoires, faux et irresponsables » et réclame 1,5 million de dollars pour « atteinte à son honneur, à sa dignité et à sa réputation » ainsi que 500 000 dollars de dommages et intérêts punitifs.

Il affirme avoir reçu un message de menace à son domicile marocain lui disant qu’il « mérite d’être enterré vivant » et qu’on lui « coupe la tête ainsi que tout le reste ». [sa] famille » peu après la diffusion des vidéos de M. Jerando.

Aux fins de la poursuite, M. Bensami s’est déclaré domicilié au bureau du cabinet d’avocats montréalais Fasken « pour des raisons de sécurité ».

Directeur de la Société de Développement Chabanel

Hicham Jerando, propriétaire d’un commerce de confection rue Chabanel, était jusqu’il y a peu directeur de la Société de développement commercial du District Central. Il y a siégé aux côtés de la mairesse du district d’Ahuntsic-Cartierville, Émilie Thuillier.

L’organisation affirme avoir pris au sérieux les différentes accusations portées contre l’homme d’affaires en « soumettant le dossier au comité de gouvernance pour étude et recommandation ». “Une discussion a eu lieu avec M. Jerando au cours de laquelle il a mentionné qu’il ne voulait pas nuire à l’organisation et qu’il ne solliciterait donc pas un nouveau mandat”, a déclaré la porte-parole Elena Di Stefano. Son rôle d’administrateur a pris fin le 27 mars.

M. Jerando a décliné notre demande de commentaires sur les allégations et accusations portées contre lui.

Il affirme sur sa page LinkedIn qu’il est vice-président et directeur du développement commercial pour GOPS.7 Aeronautics, une entreprise qui fait « des ventes et [location] avions d’affaires » ainsi que « l’accompagnement dans le monde de l’aéronautique ».

Sur sa page Facebook, l’entreprise ne présente que des publications faisant la promotion d’un robot culinaire. « Il semble que, bien que le défendeur se présente comme travaillant dans le domaine de l’aviation […]», les activités de l’entreprise semblent se limiter aux transformateurs de produits alimentaires », indique le procès de Bensami.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Qui est Louise Renée, une artiste peintre de Villeneuve-sur-Lot qui exposera ses toiles au Pub Echo ? – .
NEXT Les Suisses ont leurs tenues