elle vit gratuitement à Toronto tout en gardant sa maison

Christine Estima a trouvé une solution aux coûts de logement exorbitants à Toronto. Depuis un an et demi, l’auteur y vit gratuitement, faisant garde à domicile, c’est-à-dire du home-sitting, à temps plein. En se déplaçant d’un logement à l’autre et d’un client à l’autre, elle réalise d’importantes économies à l’heure où le coût de la vie devient de plus en plus élevé dans la Ville Reine.

Ce n’est pas la première fois que Mme Estima fait du gardiennage à domicile. Elle l’a déjà fait lors de ses séjours en Europe par exemple. Mais cette fois, elle le fait pour vivre dans sa propre ville.

La Torontoise Christine Estima fait du gardiennage à temps plein pour vivre à prix abordable à Toronto.

Photo : Radio-Canada / Soumis par Christine Estima

La Torontoise trouve ses clients sur des sites Internet qui permettent à ceux qui souhaitent faire « garder » leur domicile de trouver des gardiens.

Sur le site, elle compte une quarantaine de références grâce à son expérience passée. Elle a été rapidement embauchée par son premier client à Toronto et s’est occupée de son appartement du centre-ville sur la rue Gerrard pendant quatre semaines.

Depuis, elle occupe des logements dans toute la ville. Cela lui a permis d’économiser beaucoup d’argent, dit-elle.

Maintenant, mes dépenses mensuelles ne s’élèvent qu’à quelques centaines de dollars, alors que si je louais, je dépenserais près de 3 000 $ par mois.

Une citation de Christine Estima, auteure torontoise

Même si elle aimerait un jour louer un appartement abordable, voire acheter une propriété, elle estime que c’est impossible, du moins pour le moment.

Je n’ai pas le choix. Je regarde l’économie de Toronto. Je regarde l’inflation et la hausse des loyers. Le gardiennage de maison est la seule chose que je peux faire pour économiser pour mon avenir.

Une citation de Christine Estima, auteure torontoise

Comment fonctionne le gardiennage à domicile ?

Il existe plusieurs sites Internet pour le ménage. Sur le site Gardiens de maison de confiance, par exemple, les clients publient des offres de soins à domicile lorsqu’ils en ont besoin. Les gardiens, quant à eux, créent un profil en ligne et postulent auprès des clients lorsqu’une demande les intéresse. Plusieurs plateformes, comme Gardiens de maison de confianceavoir des frais annuels.

En échange d’un hébergement gratuit, ils s’occupent de la propriété, et parfois même des animaux des hôtes.

>>>>

Ouvrir en mode plein écran

Le maintien à domicile peut parfois aussi signifier garder des animaux de compagnie.

Photo : Radio-Canada / Ken Townsend

Même si Mme Estima utilise ce service principalement pour vivre à Toronto, ce n’est pas le cas de la majorité des gardiennes, affirme Angela Loisle responsable des relations publiques et communautaires de Gardiens de maison de confiance.

>>>>

Ouvrir en mode plein écran

Angela Laws, responsable des relations publiques et communautaires chez TrustedHouseSitters, dit qu’elle garde sa maison depuis 2010.

Photo : Radio-Canada / Soumis par Angela Laws

Selon elle, le gardiennage à domicile est principalement utilisé par les personnes qui disposent d’un logement permanent, mais qui souhaitent voyager dans différentes villes sans avoir à payer de frais de logement.

Pour ce faire, Mme. Lois stipule que les gardiens doivent entretenir de bonnes relations avec leurs clients afin que ceux-ci leur fassent confiance et veuillent les embaucher. Si les résidents possèdent des animaux de compagnie, les tuteurs doivent également démontrer qu’ils peuvent en prendre bien soin.

La relation entre les propriétaires est basée sur la confiance elle dit. Pour de nombreux résidents, c’est un acte de foi que de permettre à quelqu’un de prendre soin de leur maison et de leurs animaux de compagnie.

De plus en plus de gardiens

Selon Mme. LoisLe home-sitting devient de plus en plus populaire.

En 2023, il y a eu une augmentation de 62% du nombre de tuteurs inscrits sur la plateforme. Gardiens de maison de confiance par rapport à l’année précédente au Canada. À l’échelle mondiale, le nombre de gardiens de maison a augmenté de 66 % entre les mêmes années, dit-elle.

Cette année, à ce jour, les inscriptions sont déjà 40% plus élevées par rapport à la même période de l’année dernière. Mme Lois s’attend à ce qu’ils dépassent ceux de 2023 d’ici la fin de l’année.

Elle note également une hausse des inscriptions, notamment chez les jeunes de 25 à 45 ans, et surtout les femmes de cette tranche d’âge.

Le nombre de membres inscrits auprès Gardiens de maison de confiance a augmenté de 130 % depuis la fin de la pandémie, et celle des jeunes de 25 à 35 ans a connu une augmentation de 147 %.

Une citation de Angela Laws, responsable des relations publiques et communautaires de TrustedHouseSitters

Elle souligne cependant que les données ne révèlent pas le nombre de personnes qui utilisent ce mode de vie pour trouver un logement gratuit.

Une solution marginale à la crise du logement

Le fait que des gens comme Mme Estima fassent du gardiennage à temps plein pour éviter de payer un loyer n’étonne pas Thomas Delespierre, agent immobilier chez Royal LePage.

>>Un homme debout dehors dans un parc un jour d’automne.>>

Ouvrir en mode plein écran

Thomas Delespierre est un agent immobilier à Toronto.

Photo : Radio-Canada / Doyen Gariépy

En raison de la crise du logement, il remarque que de plus en plus de personnes tentent de trouver des solutions créatives au logement à Toronto. Selon lui, le ménage en fait partie.

Mais il considère toujours qu’il s’agit d’une solution marginale au problème d’abordabilité de Toronto.

Une personne qui travaille à temps plein devrait pouvoir se permettre de se loger seule dans la ville où elle travaille. Ce type de solution n’est donc qu’un pansement aux véritables problèmes d’abordabilité à Toronto.

Une citation de Thomas Delespierre, agent immobilier pour Royal LePage à Toronto

Mme Lois est d’accord dans le même sens. Elle veut surtout tempérer les attentes de ceux qui seraient tentés de considérer le ménage uniquement comme un moyen d’obtenir un logement gratuit. C’est avant tout un service pour s’occuper des maisons et des animaux, et non pas un toit sur la tête.elle dit.

Si les gens choisissent de ne pas trouver de logement permanent en tant que gardiens, ajoute-t-elle, ils le font à leurs propres risques.

Même les personnes qui gardent leur maison depuis des années peuvent avoir des difficultés à trouver des clients. Il leur faut donc avoir les moyens de se payer un hébergement temporaire en attendant de trouver de nouveaux clients.

Une citation de Angela Laws, responsable des relations publiques et communautaires de TrustedHouseSitters

Flexibilité requise

Mme Estima admet que le home-sitting est un mode de vie qui ne convient pas à tout le monde. Vous devez être flexible, pouvoir vous déplacer à tout moment et surtout aimer prendre soin des animaux. C’est une grande responsabilité que beaucoup de gens ne sont pas prêts à assumer.elle dit.

Cela peut aussi être stressant, poursuit-elle, car il faut consulter régulièrement les plateformes pour trouver de nouveaux clients.

Cependant, comme elle est auteure et travaille à domicile, c’est un mode de vie qui lui convient, affirme Mme Estima.

Il y a certainement du stress associé au maintien à domicile. Mais il existe également du stress lié au paiement d’un loyer ou d’un prêt hypothécaire.

Une citation de Christine Estima, auteure torontoise
 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV la bascule entre l’éolien et le photovoltaïque confirmée par la première cartographie départementale
NEXT comment les créateurs du Festival ont pu décliner le concept dans le Tarn