Cherbourg-en-Cotentin. Pourquoi Presqu’île en fleurs est « l’un des plus beaux événements du pays »

Cherbourg-en-Cotentin. Pourquoi Presqu’île en fleurs est « l’un des plus beaux événements du pays »
Cherbourg-en-Cotentin. Pourquoi Presqu’île en fleurs est « l’un des plus beaux événements du pays »

Par

Julien Munoz

Publié le 12 mai 2024 à 8h50

Voir mon actualité
Suivre - de la Manche

Il a fallu du courage et de l’obstination pour imaginer un événement dédié aux plantes et qui a la particularité de n’accueillir que producteurs. Au début, il y avait le tandem Poirier-Forafo.

Vingt ans et des dizaines de milliers de visiteurs plus tard, l’événement a pris racine dans le calendrierde plus en plus ancré dans le cœur des résidents de Nord Cotentin.

C’est l’un des plus beaux événements du pays. C’est entièrement gratuit, et géré de A à Z par le service public. C’est un grand moment fort auquel nous sommes très attachés. Organiser un tel événement est complexe. Une fois tous les deux ans me semble être un bon rythme, dans la lignée des nombreuses autres manifestations organisées par la Ville.

Benoit Arrivé (Maire de Cherbourg-en-Cotentin)

Mûrir, mais ne pas pousser trop vite

Il y a, forcément, des racines et des bourgeons avant l’arrivée des cueillettes et du bouquet final. Une réputation se nourrit de petites graines. Ici, elle profite à la fois du cadre exceptionnel qu’est ce que le parc du Château des Ravalet et le richesse des exposantsOMS marché variétés de plantes que l’on ne trouve habituellement pas dans le région.

Une foule folle dans les allées dès l’ouverture de la manifestation, organisée une fois tous les deux ans au mois de mai. ©Julien MUNOZ

Certains amoureux des plantes n’hésitent pas à faire dizainesparfois des centaines de kilomètres pour venir flâner dans les allées.

C’est quelque chose de reconnu. Il faut dire que c’est un métier qui voyage, paysagiste. C’est comme ça depuis le 17ème siècle ! Dans le Cotentin, vous avez aussi une culture très jardinière, et un climat qui s’y prête.

M. Schneider (Pépiculteur près de Brême, qui possède une résidence secondaire dans le Cotentin)

Au fil du temps, l’événement a mûri, s’adaptant à la marge d’une édition à l’autre, sans jamais chercher à pousser trop vite. Une force, au coeur d’une saison où la concurrence autour vacances les plantes sont particulièrement denses dans le quartier ouest de la France.

« 45 à 50 exposants, c’est très bien », estime Thierry Jeanne, de la poterie Au Grès du temps, à Montsenelle. Il reste petit, ce qui est bien. Le but de venir ici est de rencontrer de vrais pépiniéristesavec vrais produits. Si c’est pour avoir des épingles qui viennent avec la plante de base de Belgique et Les Pays-Bastu pourrais aussi bien y aller grand domaine spécialisé! Bien souvent, ailleurs, la logique est justement de combler, en se persuadant que plus il y en a, plus ça rapporte. Ce n’est pas le calcul qui se fait à Cherbourg, et c’est tant mieux. »

Tôt le matin, sous le soleil, des fleurs dans les dents

A la sortie d’un des six parkings, aménagés dans un vaste champ à proximité du parc du château, Lucie, 30 ans, patiente. Une file d’attente s’est formée quelques minutes avant l’ouverture de l’événement. En week-end avec son compagnon cherbourgeois, la Briochine d’adoption est arrivée la veille au soir. « C’est l’occasion de ramener de belles plantes en Bretagne », estime l’infirmière professionnelle. Mon père m’a fait une petite liste de ce que je devais lui apporter pour son jardin. Après, c’est le ressenti. Il y a un monde de différence entre regarder des photos de fleurs sur Internet et pouvoir les voir de près ! » Dans les ruelles, le parfum du printemps a la vertu d’apaiser. À chaque édition, l’organisme cherche à élargir un peu plus la palette. Le credo d’un événement comme Presqu’île en Fleurs est de permettre à tous les passionnés d’acquérir les plantes qui personnaliseront les jardins. Comme dans une brocante, les spécialistes se précipitent dès l’ouverture pour réaliser ce qu’ils considèrent comme les meilleures affaires. Fabrice, Virandevillais, la quarantaine, a la main verte. Aux beaux jours, le jardin retrouve des couleurs. Ce samedi, il s’est levé tôt pour partir à la recherche d’orchidées rares pour son terrain. « Je sais qu’en venant à une exposition-vente comme celle-ci, j’aurai des produits que je ne trouverai pas ailleurs localement », confie ce père de famille. Les orchidées appartiennent à l’une des familles végétales les plus diversifiées, comptant un grand nombre d’espèces. Et puis, ce qui est bien, c’est de pouvoir interagir avec des professionnels au moins aussi passionnés que nous, qui sauront nous guider. C’est super bien organisé et le fait que ce soit gratuit permet à tout le monde de venir y jeter un œil. Et dépensez de l’argent en fleurs ! Ce n’est pas anodin quand tout augmente. » Les passionnés plus ou moins éclairés de jardinage et de botanique peuvent également compter sur les conseils des associations présentes.

Presqu’île en fleurs continue ce dimanche au parc du Château des Ravalet. De 10h à 19h Entrée gratuite. Six parkings (gratuits) d’une capacité de 1 500 véhicules et un parking vélo permettront de stationner à proximité du château. Pour cette édition autour du thème des arbres, les jardiniers de la Ville ont réalisé en un temps record une création spécifique à l’entrée du site. Pour le 20e anniversaire, une exposition rétrospective de photos est présentée à proximité des magnifiques serres du château.

Suivez toute l’actualité de vos villes et médias préférés en vous abonnant à Mon -.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV un an après sa création, les polices municipales intercommunales montrent leur efficacité
NEXT le début de 2024 a été le plus pluvieux des 6 dernières années