et Slimane a chanté… – .

et Slimane a chanté… – .
Descriptive text here

Aucun drame ni manifestation d’une quelconque hostilité politique n’est venu perturber le défilé des drapeaux, traditionnelle ouverture du concours européen de la chanson. Visages radieux, les 25 candidats à l’Eurovision 2024 ont défilé fièrement samedi soir comme si de rien n’était. Le spectateur qui a passé la semaine dans une grotte n’a vu que du feu. Il n’a pas pu saisir l’ampleur des crises et des psychodrames qui ont entouré cette semaine de répétitions. A moins d’avoir passé la journée sur BFMTV, impossible d’être au courant des rassemblements pro-palestiniens qui ont duré une partie de la journée dans le centre de Malmö, la ville suédoise qui accueille cette année la compétition.

Les spectateurs assis dans la salle ont vu des manifestants devant l’arène – dont la militante écologiste Greta Thunberg – être fermement expulsés par la police locale. Mais pour ceux qui ont déboursé plusieurs centaines d’euros pour y être, rien n’a pu arrêter le spectacle.

Dans les coulisses, le psychodrame hollandais

Les chansons se succèdent. Le moins attendu d’abord. Dès 21h20, moment d’émotion lorsque les Ukrainiens Alyona Alyona et Jerry Heil chantent l’émouvant « Teresa & Maria ». Peu de chances de gagner en accédant à la deuxième position, également appelée « lieu du décès ».

Après le Luxembourgeois Tali qui chante en français, on passe sans rien dire de la prestation numéro 4 à la 6ème. Le Néerlandais Joost Klein et son amusant « Europa » a été exclu le matin même pour un mauvais geste avec un caméraman. Pas une mention à l’antenne.

La chanteuse israélienne Eden Golan. AFP/Tobias Schwartz

De copieux sifflets retentissent en revanche dans la salle lorsque Eden Golan, la candidate israélienne de 20 ans, prend sa place. Dans un contexte géopolitique ultra tendu, sa chanson qui évoque les attentats terroristes du 7 octobre fait grincer des dents les participants de cette compétition qui se targue d’être apolitique depuis des mois.

De nombreux candidats ont appelé à un cessez-le-feu à Gaza. Mais là encore, les téléspectateurs n’en savaient rien. Pas de drapeaux palestiniens comme les candidats des autres pays ont tenté de le montrer lors des répétitions. Et les sifflets ont été atténués pour les téléspectateurs grâce au « bouton magique » du réalisateur qui peut ajouter des applaudissements dans la régie. « Coupé au montage », mais en direct.

L’Espagne et son sosie dément de Donatella Versace, l’Irlande gothique (qui cachait l’inscription « cessez-le-feu » sur son visage dans l’ancien alphabet local), la Grèce pop, la Grande-Bretagne queer, l’Italie accrocheuse et la Finlande folle ont fait paniquer les applaudissements. Tout s’est accéléré à 22h45 avec l’artiste suisse Nemo, petit clown coquin interprétant “The Code”, l’un des favoris, rapidement suivi par son grand rival de la soirée, Baby Lasagna, qui a enflammé l’Arena avec “Rim”. Tim Tagi Dim », un tube sur l’exil rural de son pays, la Croatie.

Des frissons dans la pièce

En France, les Français retenaient leur souffle peu après 23 heures, lorsque Slimane, tout de blanc vêtu, commençait les premières notes de « Mon Amour » allongé sur le sol. Contrairement à la répétition de la veille, sa voix ne crépite pas à la fin et la foule frémit d’émotion sur son final a cappella parfait, loin du micro, durant lequel il fixe la caméra.

A-t-il conquis les téléspectateurs à travers tout le continent grâce à sa performance puissante ? Les Français doivent attendre une heure, dont un hommage à ABBA, avant de découvrir les premiers votes du jury. Les résultats seront désormais comptés pays par pays pendant près de quarante minutes avant que les votes des téléspectateurs ne soient ajoutés en fin de soirée, ce qui peut tout changer. Mais les téléspectateurs qui auront le courage de regarder sauront tout.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV vers de nouvelles aurores boréales en Suisse
NEXT L’équipe de natation d’Équipe Canada à Paris 2024 dévoilée – Équipe Canada