Le Canada s’abstient à l’ONU, mais ouvre la porte au soutien à l’État palestinien

Le Canada s’abstient à l’ONU, mais ouvre la porte au soutien à l’État palestinien
Descriptive text here

L’Assemblée générale de l’ONU a voté ce matin à une large majorité pour accorder à la délégation palestinienne davantage de droits procéduraux dans les forums de l’ONU. Elle a également demandé au Conseil de sécurité de reconsidérer le blocage du statut de la Palestine, qui l’empêche de devenir un État membre.

Le Canada faisait partie des 25 pays qui se sont abstenus et a déclaré dans un communiqué qu’il ne voulait pas rejeter entièrement la proposition parce qu’il ne voulait pas soutenir les efforts d’Israël pour empêcher une solution à deux États.

Dans sa déclaration, le Canada affirme qu’il reconnaîtra l’État de Palestine « au moment le plus propice à une paix durable », ajoutant que cela n’arrivera pas nécessairement après un accord de paix final avec Israël.

« Même si dans le passé on disait que la reconnaissance d’un Etat palestinien ne peut intervenir qu’à l’issue d’un processus [qui inclut] deux États, nous reconnaissons que, peut-être, cela devra être fait à une autre étape de ce processus», a déclaré vendredi le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, de passage à West Kelowna. « Il s’agit d’un changement fondamental dans l’approche du Canada. »

« Le gouvernement israélien dirigé par le Premier ministre [Benjamin] Netanyahu bloque de manière inacceptable toute voie vers une solution à deux États et nous sommes fondamentalement en désaccord avec cela », a déclaré Justin Trudeau pour expliquer son raisonnement.

Il a réitéré les positions prises par le Canada depuis des mois sur le conflit, y compris la nécessité pour le Hamas de rendre ses otages et de cesser les combats, et pour Israël de cesser de limiter l’aide humanitaire en raison de « la famine qui augmente rapidement et il y a une perte horrible de populations ». vie.

Dans un communiqué, Affaires mondiales Canada a écrit qu’il reconnaîtrait l’État de Palestine « au moment le plus propice à une paix durable », ajoutant que ce n’est pas nécessairement après un accord de paix final avec Israël et que les pourparlers de paix « ne peuvent retarder la création d’un État palestinien ». un État palestinien.

La délégation palestinienne à Ottawa a écrit dans un communiqué de presse que ce « pas en avant » est « positif », mais a soutenu qu’une pleine reconnaissance refléterait mieux les aspirations du Canada à apporter la paix dans la région. L’ambassadeur d’Israël à Ottawa a soutenu que l’adhésion à part entière des Palestiniens à l’ONU récompenserait le Hamas.

Le Canada s’est également joint à l’Union européenne pour condamner deux incendies criminels perpétrés par des colons israéliens à Jérusalem-Est occupée contre le bâtiment local utilisé par l’Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés. pour la Palestine au Proche-Orient (UNRWA), une agence des Nations Unies qui soutient les Palestiniens.

Israël a accusé l’UNRWA de liens avec le terrorisme, ce qui a conduit les pays occidentaux à suspendre ou à geler son financement, bien qu’une enquête indépendante ait révélé qu’Israël n’avait fourni aucune preuve pour étayer ses affirmations. Le communiqué souligne que « les services fournis par l’UNRWA à Gaza et dans toute la région sont essentiels » et appelle Israël à assurer la sécurité du personnel et des locaux de l’ONU.

Malgré cette inquiétude, le Canada n’a pas encore tenu sa promesse faite il y a trois mois de sanctionner les colons violents en Cisjordanie, une décision prise par les États-Unis et le Royaume-Uni il y a quelques mois.

Au lieu de cela, la ministre des Affaires étrangères, Mélanie Joly, a imposé des sanctions à quatre hommes en Iran, qu’Ottawa accusait de fournir une formation militaire et des ressources pour aider à renforcer le Hamas. Les personnes répertoriées sont des membres du groupe ou du Corps des Gardiens de la révolution islamique.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Une élimination douloureuse pour Montréal dans le LPHF
NEXT les Vezouze placées en alerte rouge crue, ce qu’il faut savoir