« Tu as tué mon père pour une bouteille de vin »

Martine Linteau a confronté vendredi les proches des deux personnes qu’elle a fauchées, ivres au volant, en juillet 2023, qui, malgré tous les remords dont a pu faire preuve l’accusée, ne lui pardonnent pas « son égoïsme ».

• Lire aussi : Chauffeuse qui a tué deux motocyclistes : elle allait lui en acheter 2e bouteille de vin du jour

• Lire aussi : Face-à-face meurtrier : accusé des deux décès de Saint-Raymond

• Lire aussi : Accident mortel à Saint-Raymond : «C’était comme une scène de guerre»

“Votre égoïsme a tué mon père.”

C’est avec ces mots durs que le fils de Samuel Lacoursière, Jayden, s’est adressé à Martine Linteau.

La jeune fille de 15 ans est passée à la barre pour rappeler à l’accusé que la bouteille de vin qu’elle allait recevoir le jour où elle aurait fauché son père ne vaudra jamais les années de solitude qui l’attendent.

Photo tirée de Facebook, Samuel Lacoursière

« Il était mon pilier. […] Il ne verra jamais mon diplôme, mon appartement ou ma maison, il n’aura jamais vu mes enfants et ne me dira plus jamais qu’il est fier de moi”, a déclaré avec force le jeune homme.

Doublez la limite

Samuel Lacoursière a péri, tout comme son amie Audrey Michaud, lorsque la moto sur laquelle ils se trouvaient a été fauchée par Martine Linteau, le 25 juillet 2023.

Photo Agence QMI, Guy Martel

Ce dernier a plaidé coupable à deux chefs d’accusation de conduite avec facultés affaiblies ayant causé la mort en décembre dernier. La violente collision s’est produite à Saint-Raymond alors que la conductrice avait dans le sang près du double de la limite légale d’alcool.

Elle était revenue acheter une deuxième bouteille de vin au dépanneur en milieu d’après-midi.

«Tu étais égoïste, tu ne pensais qu’à toi, à combler ton vide, tes blessures jamais cicatrisées», a souligné avec émotion la tante d’Audrey Michaud, Sylvie Morin, rappelant que la jeune femme, diplômée du secondaire en psychologie, a passé sa vie à aider des personnes « en souffrance », qui, contrairement aux accusés, ont accepté d’être aidées.

“Dans votre cas, cela a entraîné la perte de notre belle Audrey.”


Photo fournie par la famille d’Audrey Michaud

Être désolé pour lui-même

Jayden Lacoursière a rappelé que si Martine Linteau avait pu vivre avec difficulté la perte de ses sœurs, comme elle le lui avait dit lors de son enquête de mise en liberté, son père avait également vécu des difficultés.

Vétéran de l’Afghanistan, Samuel Lacoursière vivait avec le syndrome de stress post-traumatique, mais « s’est toujours remis sur pied sans utiliser d’excuses comme son trouble ou sa consommation d’alcool », a insisté son fils avant de s’adresser directement à l’accusé.


Jayden Lacoursière a perdu son père, Samuel, fauché à mort par Martine Linteau. La femme conduisait avec presque le double de la limite d'alcool en milieu d'après-midi le 25 juillet 2023, à Saint-Raymond.

Samuel Lacoursière, avec son fils Jayden, à son départ pour l’Afghanistan

Courtoisie

“Vous l’avez tué pour une bouteille de vin que vous alliez boire en vous apitoyant sur votre sort au lieu d’essayer d’améliorer votre cas”, lui a dit l’adolescent en deuil.

Et rappelant les propos de l’accusée qui avait évoqué devant le tribunal qu’elle trouvait son incarcération difficile, le jeune homme a simplement affirmé « n’avoir aucune empathie pour les gens qui n’assument pas la responsabilité de leurs torts ».

“Je suis content que la prison ne te convienne pas, car le trou que tu as laissé dans ma vie ne me convient pas non plus”, lâche l’adolescent.

«Elle dit que la prison n’est pas faite pour elle, mais le cimetière n’est pas fait pour Samuel non plus», a ajouté Louis-Philippe Lebel, meilleur ami de la victime.

La prochaine en juillet

Compte tenu des nombreux témoignages, les avocats du dossier n’ont pas pu remettre leurs plaidoiries à la juge Marie-Claude Gilbert. Le dossier reviendra donc fin juillet pour que les parties présentent au juge leurs suggestions sur la peine à infliger à la femme de 62 ans.

Des remords qui la suivront toute sa vie

En larmes, Martine Linteau a confié avoir « reçu la vérité en face » après avoir entendu les proches des deux personnes qu’elle a tuées en état d’ébriété, affirmant qu’elle ne voulait même pas leur demander pardon car elle comprend leur douleur. .

«Si moi aussi j’avais perdu deux enfants comme ça, je réagirais de la même façon», a témoigné vendredi l’accusé de 62 ans. « Vous ne pouvez plus demander pardon après ça. Nous ne pourrons jamais pardonner à quelqu’un qui nous enlève un enfant de cette façon.


Jayden Lacoursière a perdu son père, Samuel, fauché à mort par Martine Linteau. La femme conduisait avec presque le double de la limite d'alcool en milieu d'après-midi le 25 juillet 2023, à Saint-Raymond.

Photo tirée du Facebook de Martine Linteau

L’irréparable

La conductrice, détenue depuis l’accident de juillet 2023, a déclaré reconnaître la gravité de l’erreur qu’elle avait commise ce jour-là.

“J’ai fait l’irréparable.”

Dans son témoignage, la femme a longuement évoqué ses problèmes de consommation, exacerbés par le décès de ses sœurs et ses problèmes de santé mentale, notamment ses crises d’angoisse.

La femme avait été hospitalisée à plusieurs reprises au cours des années précédant le drame et avait également suivi quatre thérapies. Son compagnon a également témoigné de ces éléments vendredi.

Depuis sa détention, Martine Linteau suit des cours et des formations sur la santé mentale et participe également aux rencontres des Alcooliques anonymes qui y sont offertes.

Mais elle a aussi réaffirmé que la prison « n’est pas sa place ».

Une déclaration qui a provoqué la colère des proches des victimes.

Des témoignages poignants

« Je sais que nous avons tous un destin, mais perdre son unique enfant comme ça est difficile. Nous avons été obligés de donner la vie de notre fille pour que vous puissiez enfin comprendre.»

–Hélène Morin et Michel Michaud, parents d’Audrey Michaud

« À travers la douleur qui fait partie de notre quotidien et de notre famille, une question me revient sans cesse : si vous aviez pensé une seule seconde que vous auriez pu heurter votre propre enfant, auriez-vous pris le volant ? Poser la question, c’est y répondre. J’espère donc que la peine sera proportionnelle au mal que vous avez fait.

–Sylvie Morin, tante d’Audrey Michaud

“A votre âge, j’aurais 1000 fois préféré affronter mes problèmes plutôt que de voir mes enfants et mes petits-enfants grandir dans les barreaux.”

–Jayden Lacoursière, fils de Samuel Lacoursière

Avez-vous des informations à nous partager sur cette histoire ?

Écrivez-nous au ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV La biodiversité diminue dans les petits cours d’eau en France
NEXT La Belgique et ses régions voisines pourraient accueillir 75 lynx, selon le WWF