Vers un audit du secteur de la pêche et des accords en vigueur au Sénégal – VivAfrik

Vers un audit du secteur de la pêche et des accords en vigueur au Sénégal – VivAfrik
Vers un audit du secteur de la pêche et des accords en vigueur au Sénégal – VivAfrik

Le Président de la République du Sénégal a profité de la réunion hebdomadaire du Conseil des Ministres, mercredi 8 mai 2024, pour rappeler au gouvernement la place essentielle de la pêche dans le développement économique et social du Sénégal, notamment la pêche artisanale qui est une Source de revenus importants pour une grande partie de la population.

Ainsi, Bassirou Diomaye Faye et son équipe s’attaquent au secteur de la pêche, qui fait vivre de nombreux Sénégalais mais souffre d’une diminution des ressources halieutiques. Cette annonce intervient après la publication de la liste des bateaux agréés à la pêche par le Ministère de la Pêche le lundi 6 mai 2014.

L’objectif est de protéger la pêche artisanale, un secteur en crise qui fait vivre plus de 600 000 Sénégalais selon les données de l’Organisation des Nations Unies (ONU). L’une des promesses de campagne du nouveau président était de se concentrer sur l’emploi des jeunes, de plus en plus tentés par l’émigration clandestine.

« Le Chef de l’Etat a demandé au gouvernement de prendre toutes les mesures nécessaires pour préserver les ressources halieutiques et protéger les professionnels de la pêche artisanale. Pour ce faire, il a appelé à la révision du Code de la pêche maritime et à son application rigoureuse », indique un communiqué diffusé à l’issue du Conseil des ministres. LE

Le Président de la République a souligné, dans ce contexte, l’impératif de renforcer les mécanismes de lutte contre les activités de pêche illégale. Il a également souligné l’urgence de définir une politique nationale de gestion durable des ressources halieutiques à travers un programme spécifique impliquant des chercheurs et des partenaires bien ciblés.

Bassirou Diomaye Faye a également demandé à son gouvernement un audit du pavillon sénégalais, visé par des soupçons de candidats, insistant sur « l’impératif de renforcer les mesures de lutte contre les activités de pêche illégale ». Cela rejoint plusieurs autres audits qu’il a demandés ces dernières semaines, comme sur les constructions sur le littoral.

Il appelle également à l’évaluation des accords et licences de pêche en vigueur dans le pays ainsi qu’à une révision du code de la pêche maritime.

Le Chef de l’Etat a également demandé l’inventaire et l’évaluation des interventions, subventions et financements de l’État dans le secteur de la pêche en termes d’infrastructures construites et d’accompagnement des acteurs.

Rappelons que le Sénégal a conclu plusieurs accords de pêche avec des partenaires étrangers comme l’Union européenne (UE) depuis 1979. L’UE verse au Sénégal 3 millions d’euros par an en échange du droit de pêcher 10 000 tonnes de poisson. Cet accord expire en novembre 2024 et pourrait donc être renégocié.

Le président Faye a également demandé d’assurer le renouvellement et la sécurité de la flotte de pirogues artisanales. Dans le même sillage, le Chef de l’Etat a invité le Premier ministre, Ousmane Sonko, à engager des consultations avec les acteurs du secteur de la pêche afin de définir un programme d’urgence pour la relance de la pêche artisanale et le développement. de la pêche industrielle, a souligné la nécessité de développer l’aquaculture, Source d’emplois, en réseautant le territoire national en centres et stations aquacoles.

Moctar FICUU / VivAfrik

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV une fillette de 8 ans décède, son père placé en garde à vue
NEXT C’est ainsi que les primes devraient augmenter en 2025