Amalgamation, une exposition des plus originales

Amalgamation, une exposition des plus originales
Descriptive text here

En entrant dans la pièce principale de Boréart, on ne peut guère manquer cette installation colorée qui rappelle une chambre d’enfant. Il faut cependant se rapprocher pour se rendre compte que dans le berceau se trouve une poupée recouverte de rouge vif. Titre de l’ouvrage : La politique de l’enfant unique.

« (En Chine) il y a eu des avortements forcés pour se débarrasser des filles. J’ai été inspiré par le témoignage d’un homme qui, dans un documentaire, disait avoir trouvé un fœtus mort dans un sac en plastique jeté sous un pont. C’est ce que j’ai voulu reproduire», explique Florence Michaud, elle-même adoptée au pays de Mao.

« L’idée était de jouer sur l’ironie et la cruauté, avec une sorte de douche de bébé macabre.”

>>>>>>

Florence Michaud a passé une bonne partie de l’ouverture à expliquer le processus derrière une installation pour le moins marquante. (Catherine Trudeau/La Voix de l’Est)

Pour ce projet de fin de DEC, l’enseignant Jérôme Trudelle a demandé à ses élèves de réaliser une œuvre traduisant le plus fidèlement possible leur identité artistique. Florence Michaud est loin d’être la seule à s’être inspirée de sa propre histoire.

Il a fallu six heures à Aucéanne Labbé pour installer une sculpture dont la tête est remplacée par des fils de laine fixés au plafond.

« J’ai beaucoup de crises de panique, donc mon intention était de représenter la charge mentale créée par le travail, les études, la famille et tout ce qui arrive dans la vie. Tu as tellement de pression que tu perds le fils, tu as l’impression que ta tête va exploser. Cela finit par affecter votre environnement, et c’est pour cela que mon travail prend beaucoup de place », résume-t-elle avec beaucoup de générosité.

A quelques pas se trouvaient les photos grand format de Maëlle Lacroix, présentées dans un décor vintage. Certains reconnaîtront bientôt certains ex-employés de La voix de l’Est

>>>>>>

L’enseignant Jérôme Trudelle (en haut à gauche) et la technicienne Micheline Hauver (à droite) semblaient satisfaits du travail accompli par leurs protégés. Au premier rang : Laurent Duhamel, Éliane Côté-Lemire, Chad Duranleau, Florence Michaud, Magaly Deslandes, Marie-Laurence Lamoureux, Lucas Dion et Aucéanne Labbé. En bas : Gérémie Pomerleau, Aurélie Coursol, Sara Lefebvre et Maëlle Lacroix. (Catherine Trudeau/La Voix de l’Est)

En descendant de scène, les visiteurs doivent contourner l’amas de tableaux détruits et « abandonnés » par Magaly Deslandes. Ils tombent aussi inévitablement sur les quatre collages de Laurent Duhamel.

Pour terminer ce tour d’horizon sur une note lumineuse, parlons du « rouge à lèvres sur toile » créé par Marie-Laurence Lamoureux. Cette dernière a reproduit une photo de son corps, façon boudoir, avant d’y apposer des dizaines et des dizaines de baisers. Tout cela pour représenter le thème de l’amour de soi.

« Je suis convaincue qu’aimer soi-même peut nous aider à prendre notre envol et à faire quelque chose de bien dans la vie », a déclaré Marie-Laurence.

Amalgame, donc c’est un peu tout ça à la fois. L’exposition se poursuivra jusqu’au 9 juin au Boréart.

Il s’agit d’ailleurs d’une période faste pour l’ensemble du programme Arts, Lettres et Communication du Cégep de Granby. L’exposition Punk new-yorkais : entre désirs et désordretiré d’un récent séjour dans la Big Apple, sera présenté lundi soir en salle C300.

Les étudiants de la filière cinéma recevront le mardi 21 mai l’acteur David La Haye, qui a accepté de jouer dans l’un de leurs films. Outre une interview sur scène, plusieurs projections sont prévues dans le cadre de l’événement Pleins feux sur le cinéma, qui n’est cependant pas ouvert au public.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV prévisions de trafic pour cette « journée noire »
NEXT LE SÉNÉGAL, NOUVEAU PÔLE DES TRAFICANTS DE DROGUES – .