Santa Teresa 2024 – Jour 1

Santa Teresa a lancé ce jeudi sa huitième édition en intégrant pour la première fois une soirée humoristique à sa programmation. Sans être un spectacle incontournable, l’agréable Soly Thérèseanimé par Arnaud Soly, a réuni des comédiens mêlant musique et comédie dans leurs numéros.

Pas grand chose à se mettre sous la dent pour cette première journée de Santa Teresa : une soirée karaoké avec Louis Brousseau, la prestation d’un DJ, l’enregistrement d’un podcast live par Brick & Brack et donc, enfin, Soly Thérèsela pièce maîtresse de la soirée d’ouverture.

L’arrivée à Sainte-Thérèse laisse un peu à désirer : à 19h25, des dizaines et des dizaines de personnes attendent encore pour accéder au site de la Grosse Scène alors même que le spectacle est prévu à 19h30. Soly Thérèse commence finalement avec 15 minutes de retard : pas dramatique du tout, mais on le sait, ce genre d’événement ne fait jamais le bonheur des programmateurs de festivals. En particulier lorsque Soly Thérèse est à lui seul le seul spectacle authentique de la soirée sur le site de la Grosse Scène.

*Photo par contenu heureux.

Rire en clé sol

Bon début pour Soly Thérèse : l’humoriste populaire remporte la scène en jouant de la flûte traversière, avant de casser son instrument quelques secondes plus tard en le frappant au sol. «Cette flûte valait 3 000 piasses», dit-il. Arnaud Soly poursuit en expliquant que l’émission rassemble « des blagues pas assez bonnes pour finir en stand-up, et des morceaux pas assez bons pour finir sur des albums. »

«Le meilleur des deux mondes», ajoute l’humoriste montréalais.

Arnaud Soly enchaîne en entonnant deux chansons aux paroles plutôt cocasses, avant d’assumer son rôle d’animateur pour le reste de la soirée.

*Photo par contenu heureux.

Au total, cinq comédiens se succéderont sur scène : les nombres ne sont pas forcément égaux. Daphné Létourneau, première invitée, n’amuse que très peu la galerie par son imitation d’Édith Piaf chantant Les Colocs, sa chanson en réponse au camp de jour ou encore sa reprise deBonjouroù les paroles d’Adèle sont remplacées par un hymne à son chien.

Julien Corriveau, membre des Appendices et collaborateur majeur du Club Soly, monte rapidement le niveau à travers ses compositions drôles et bien plus inventives. Sa chanson sur sa mésaventure dans les toilettes du restaurant Toqué ! est à la fois hilarant et dégoûtant. Rappelons que Corriveau est aussi musicien, et a notamment sorti un album instrumental (sérieusement) en 2020 : il repart avec une longueur d’avance ce soir, disons.

Mona de Grenoble, comédienne et drag queense poursuit par un sketch drôle et grinçant à la fois, dénonçant la vision conservatrice de l’homosexualité à travers l’histoire absurde d’une invasion de drag queens soldats, avant de céder la place à Maude Landry et ses chansons « rock’n’roll », selon ses propres mots, aux vers d’oreilles terriblement entêtants.

Vient ensuite la sensation de la soirée, celle qu’attend aujourd’hui avec impatience une bonne partie de Santa Teresa : Pierre-Yves Roy-Desmarais.

*Photo par contenu heureux.

Difficile de briller Soly Thérèse en 10-15 minutes par passage, difficile d’insérer des blagues efficaces dans votre numéro tout en respectant le concept musical de la proposition. Sauf Pierre-Yves Roy-Desmarais, qui semble être devenu maître en la matière ces dernières années. L’humoriste, lauréat de l’Olivier de l’année en 2023, charismatique et à l’aise sur scène, offre sans aucun doute le segment le plus agréable de la soirée. On s’en doutait dès l’annonce de la programmation, en effet, que PY RD allait être excellent lors de l’émission, celui qui nous a tant fait rire et sourire pendant cette sombre période de pandémie qu’on essaie tous d’oublier.

Pour clôturer cette première édition de Soly Thérèsenul autre que Koriass monte sur scène pour recréer le succulent live bataille de compliments qu’il avait tenu avec Arnaud Soly en 2022. Le rappeur montréalais continue en interprétant sa récente chanson Printempset évidemment c’est essentiel Cinq à sept. Les rideaux tombent.

Soly Thérèse ne restera peut-être pas dans les annales du festival, avec le recul on touche à quelque chose de relativement conventionnel, mais pour un premier essai, l’effort reste plus qu’honorable. La partie humoristique de Santa Teresa, sans prendre trop de place dans la programmation future, pourrait sans doute être répétée afin d’apporter une belle touche de variété à l’événement printanier.

*Photo par contenu heureux.

La belle bêtise

Pensez à vos plus belles soirées d’adolescent. Avec vos amis, autour d’un feu ou d’une table dans le jardin, tous ivres. Est-ce clair ? Où on se raconte conneries sur conneries, où on se raconte absolument tout ce qui nous passe par la tête. L’avez-vous là ?

Eh bien, ce genre de moment a non seulement été recréé devant un public par le très unique Brick & Brack, mais il a également été enregistré et filmé dans le cadre de leur podcast. Un pays à l’oreille. Mona de Grenoble, présente deux heures avant Soly Thérèseagit en tant qu’invité.

A peine une centaine de personnes s’entassent dans L’Urlu, une ancienne église protestante, assistant à des discours souverainistes (évidemment), des discussions grivoises, des salves de « baiser, se marier et tuer » ou des segments de karaoké. Le genre de question posée pour pimenter le tout : « qui serais-tu dans la vidéo ? Joyeux anniversaire Kévin? » ou encore « quel homme politique ferait le mieux traîner? « . Ils boivent de la bière, ils jettent des joints au public depuis la scène.

Un plaisir coupable fou.

*Photo par contenu heureux.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Haute Savoie. Circulation alternée au tunnel du Mont-Blanc et camions détournés
NEXT Les Ocres de Rustrel – Vaucluse – .