Quartier des spectacles | Des ruines carbonisées s’étalent depuis un mois et demi

Quartier des spectacles | Des ruines carbonisées s’étalent depuis un mois et demi
Quartier des spectacles | Des ruines carbonisées s’étalent depuis un mois et demi

Des ruines calcinées gisent toujours en plein jour dans le Quartier des spectacles de Montréal, un mois et demi après l’incendie qui a ravagé un immeuble centenaire.

L’impressionnant amas de débris brûlés est impossible à manquer sur la rue Saint-Dominique et pose des défis de plus en plus grands en matière de sécurité avec l’arrivée des beaux jours.

«L’arrondissement Ville-Marie n’a reçu aucune rétroaction de la part du propriétaire de l’immeuble», a indiqué par courriel l’agent des relations municipales Guillaume Rivest. « En conséquence, nous avons émis un constat d’infraction et consolidé un périmètre de sécurité aux frais du propriétaire. »

« Les équipes de l’arrondissement de Ville-Marie travaillent fort pour que le propriétaire remplisse rapidement ses obligations en matière de sécurité des lieux, que ce soit en nettoyant les débris et en entretenant le périmètre de sécurité », a-t-il poursuivi.

Le 1602-1610, rue Saint-Dominique a entièrement brûlé aux petites heures du 23 mars. L’incendie a nécessité l’intervention de plus de 100 pompiers. Les causes de l’incendie ne sont toujours pas déterminées.

Selon le rôle d’évaluation de la Ville de Montréal, les lieux appartiennent à l’homme d’affaires Arvind Soni, via une société à numéro domiciliée à Brossard.

Joint dans une autre de ses entreprises – un détaillant de tapis –, M. Soni a assuré qu’il s’occupait du problème. ” Je fais. Je m’occupe de ça. Je ne dors pas, je sais que c’est ma responsabilité», a-t-il déclaré lors d’un entretien téléphonique, avant de mettre fin brusquement à la conversation.

M. Soni a ajouté qu’il ne pouvait légalement pas déplacer les débris calcinés dans les 30 jours suivant l’incendie. La Ville de Montréal lui donne raison sur ce point : « les débris dont la température peut provoquer des incendies ne peuvent être enfouis ».

Selon les archives photographiques de Google, le bâtiment incendié était fermé depuis au moins 2007.

Il est situé dans un secteur promis au réaménagement : son voisin immédiat est un ancien garage dont le propriétaire a affirmé en 2021 son désir de voir le terrain – situé à l’angle de Saint-Laurent et Maisonneuve – accueillir un projet digne de son emplacement. Des tours de 20 et 26 étages viennent de surgir à quelques dizaines de mètres.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Mlle Rosa, LE nouveau bar à cocktails et tapas envoûtant à découvrir sur le Plateau
NEXT La France a besoin de 400 000 logements supplémentaires par an d’ici 2030, selon une étude